Lampedusa fait déjà partie du passé pour Bachir. Pourtant, les camps d’infortune de l’île italienne semblent l’avoir suivi jusqu’à Paris. « Cela fait un mois et vingt jours que je suis arrivé ici », raconte ce Tunisien de 26 ans, originaire de Tunis. Tout en regardant la queue qui s’allonge pour un repas chaud, il parle de la « chambre » qu’il occupe dans un foyer de la capitale depuis presque deux semaines, de l’ambiance cosmopolite qui y règne : « Il y a des clandestins de tous les pays, des Pakistanais, des Egyptiens et des Tunisiens, mais pas trop. »

Interpelé par ces propos, un camarade de galère lui demande de répéter ce qu’il vient de dire : « Toi, tu habites dans un foyer ? Depuis quand le Parc de la Villette est un foyer ? » Gêné par cette remarque, Bachir préfère rester silencieux. Pour retrouver sa confiance, quelques questions sur sa famille et sa vie à Tunis. Après un moment, il sort de son mutisme et parle « d’honneur et d’orgueil ». « J’ai dû vendre un lopin de terre hérité de mon père, mon scooter et risquer ma vie en mer pour pouvoir arriver en France et maintenant, je suis obligé de dormir dans la rue comme un vagabond et manger sur le trottoir. Ce n’est pas ce que j’avais prévu. »

Tawfiq, un Tunisien de Zarzis, ville du sud-est du pays, veut également témoigner en attendant sa soupe : « Il faut dire la vérité pour que les gens sachent que nous sommes des victimes. Jusqu’à présent, beaucoup de personnes se sont enrichies sur notre dos ; j’ai donné 1200 euros pour faire 26 heures de bateau et 700 euros à un passeur pour rejoindre la France. Avant j’étais chômeur mais maintenant, je suis chômeur, clandestin et je vis dans la rue. J’aurais mieux fait de rester chez moi. Je suis ici pour trouver du travail, rien de plus. Je ne veux pas rester en France. »

Hier soir à la station de métro Stalingrad, ce sont plus de 300 repas qui ont été servis par Une chorba pour tous. « Chaque jour depuis une semaine, nous voyons le nombre de migrants tunisiens augmenter », explique Lakhdar Lakhdari, vice-président de l’association. « Nous avons reçu une subvention exceptionnelle de plusieurs dizaines de milliers d’euros de la mairie de Paris pour faire face à cette nouvelle demande. Certains nouveaux arrivés participent également à nos cours d’alphabétisation en attendant de trouver un emploi », précise-t-il.

Malgré la précarité de la situation, ces jeunes Tunisiens ne perdent pas de vue la raison de leur présence en France. Peintre de formation, Tawfiq a entendu dire que le secteur du bâtiment recrutait et qu’il pourrait travailler sur des chantiers « à la journée ». Après plusieurs jours de recherches, il désespère : « C’est toujours la même chose, on me demande mes papiers et une adresse. »

De son côté, l’Italie a décidé d’attribuer aux migrants tunisiens des titres temporaires de séjour. Cette mesure a permis de limiter le nombre de migrants sur son sol. Avec ce sésame, les portes de l’espace Schengen leur ont été ouvertes. Bachir et Tawfiq s’interrogent : « Pourquoi Berlusconi aide-t-il les Tunisiens et pas Sarkozy ? » Discrètement, Bachir montre du doigt les trois cars de police stationnés sur le trottoir d’en face. « C’est ça la France, le pays des droits de l’homme ? Ils viennent nous trouver au moment de la soupe… Nous avons besoin de papiers pour travailler. Juste quelques mois. Le temps de mettre assez d’argent de côté pour rentrer en Tunisie et monter une petite affaire. Au lieu de nous donner des papiers, Sarkozy nous envoie la police. »

Rêves, avenir… Les deux hommes restent modestes et souhaitent adresser ce message à Nicolas Sarkozy : « On ne demande rien d’extraordinaire ; nous voulons juste pouvoir travailler quelques mois en attendant que la situation dans notre pays s’améliore. Est-ce normal qu’un homme se fasse entretenir par son père à 33 ans ? »

Mona Choule

Photo: île de Lampedusa (crédit : Sylvain Liechti)

Paru le 28 avril

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022