Les Docks paraissent moins animés qu’au premier tour. Il faut dire que cet entre deux-tours de trois semaines a été très intense : ralliement un à un des autres candidats derrière Macky Sall, tensions dues aux consignes des confréries religieuses, suspicions de votes ethniques, Wade qui propose de réduire son mandat à 3 ans pour  terminer ses chantiers etc… Les Sénégalais se sont peut-être essoufflés…

Hawa, franco-sénégalaise de 28 ans, a été fortement surprise dès l’arrivée au bureau de vote : « Il y avait vraiment moins de monde qu’au premier tour, je crains un fort taux d’abstention ». Cette jeune CPE d’un collège de la Courneuve a choisi de voter pour Macky Sall. Ou plutôt contre Abdoulaye Wade. « Je ne suis pas confiante à 200 % quant à un changement profond de la politique au Sénégal. Quoi qu’on en dise, Macky Sall est resté longtemps un collaborateur de Wade et ça ne s’efface pas du jour au lendemain ».

Le challenger de Wade a été son ministre puis premier ministre puis président de l’Assemblée Nationale. Elle rebondit tout de même sur ses espoirs : « Une fois élu, je pense qu’il serait intéressant qu’il associe l’ensemble des candidats de l’opposition au gouvernement ». Pour ses compatriotes, elle souhaite un véritable changement dans les priorités gouvernementales : « Il faut dans un premier temps que Macky travaille pour les plus démunis. Il faut que les gens aient à manger. Wade a travaillé sur les infrastructures, la culture, la place du Sénégal. Mais pour moi ce n’est pas la priorité ». C’est ensuite davantage la CPE que l’électrice qui parle : « Il faut que tous les Sénégalais sachent lire, écrire, compter. Il faut développer l’éducation, ça passe par là pour tout pays qui veut avancer. La situation ne peut perdurer comme ça ».

Madame Diop, petite femme de plus d’un demi-siècle, interpelle les électeurs à la sortie du bureau de vote. Elle distribue des programmes de … François Hollande. Non, elle ne s’est pas trompée d’élection. Pour cette binationale, le changement c’est maintenant. Pas seulement en France ou au Sénégal, mais partout dans le monde. « Si Macky Sall est élu, on pourra changer le Sénégal ». Elle souligne les difficultés de sa famille restée au pays : « Le riz est cher. L’huile est chère. Tout est cher au Sénégal. Il faut que Wade parte, on est fatigué ». Si Macky se retrouvait en face d’elle, Madame Diop lui conseillerait de : « s’occuper immédiatement de baisser le prix des denrées alimentaires ».

Les témoignages des deux femmes se rejoignent sur cette préoccupation alimentaire. A l’heure où l’Éducation est en panne (grèves depuis des mois), à l’heure où les estomacs crient famine pendant les périodes de sécheresse, l’ancien élève d’Abdoulaye Wade nourrit de profonds espoirs. L’élève dépassera-t’il le maître dans la tenue de ses promesses de campagne ?

Bien qu’il soit soutenu par l’ensemble de l’opposition à Dakar, bien que la diaspora française l’ait choisi dès le premier tour, Macky Sall, devra affronter la vigueur des Sénégalais. Ils ont montré qu’ils savaient se battre pour leur démocratie. Avec leur jeunesse. Avec leurs rappeurs. Et maintenant avec leurs urnes :  Macky Sall a battu le président sortant en réunissant 65,80 % des voix.

Rouguyata Sall

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022