TOUR D’EUROPE 2014. Deuxième étape du voyage de Balla : Barcelone la catalane, qui a du vague à l’âme. Retrouvez tous les articles sur notre page spéciale

Bien que la corrida soit interdite en Catalogne depuis juillet 2010, il est une arène qui domine la ville : le centre commercial de plusieurs étages. Las Arenas se situent à Plaza Espanya. Le dernier étage offre une vue imprenable sur Barcelone : le Musée national d’art de Catalogne, la colline de Montjuic qui abrite les édifices construits pour les Jeux Olympiques d’été de 1992, notamment le Stade olympique Lluís-Companys.

Ça fourmille aux abords du centre commercial. Les passants ne s’arrêtent que pour prendre des photos. « J’adore ce quartier, mais le nom de la place me pose problème. Plaza Espanya, c’est un peu l’hispanisation forcée de la Catalogne », regrette un passant trentenaire, cravate grenat. Les élections européennes ? « Non ce n’est pas au programme. Je passe. »

Une raison de s’indigner

A quelque pas du centre commercial, la Calle de la Diputación donne sur le parc Miró. Guitare à la main  Fran, t-shirt orange, barbe d’aventurier, amuse la galerie. Il est entouré par des amis qui ont tous la vingtaine. Parmi les événements qu’ils attendent le plus, il y a la San Juan (Saint-Jean), le  Sonar (festival électro). Qu’en est-il du 25 mai ? « C’est un piège ? Est-ce une date historique ? », me demande Ana, étudiante en sociologie. Un autre membre du groupe s’interroge : « Tu ne confondrais pas avec le 15 mai et le mouvement des Indignés ? » Les élections européennes ? Tous en cœur, ils feignent de se souvenir : « Aaah sisisisisi ! Claro. » « En voilà une autre raison de s’indigner ! », lance Sara. Le groupe éclate de rire. Elle reprend : « Personnellement j’attends qu’on  fasse le ménage parmi tous les hommes politiques corrompus et après on verra ! »

En descendant Gran Vía, avec le Bicing (équivalent du vélib), on atterrit vers une place plus catalane, de nom tout du moins : Plaza Catalunya. Nombreuses sont les âmes qui s’y entassent, les Catalans, les touristes. On vous alpague dans toutes les langues, mais les élections européennes ne semblent pas être la principale préoccupation. On parle volontiers de la Catalogne, du Barça et de sa saison décevante, de la crise, de corruption, du concert de IAM le 10 mai dernier. Les plans à court terme ? Descendre la Rambla pour aller tutoyer le bord de mer et prendre un bain de soleil.  Voter ? Les réponses sont vagues à l’image de la célèbre chanson de Osvaldo Farrés : « Quizás, quizás, quizás ». Et ainsi passent les jours, jusqu’au 25.

Balla Fofana

 

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022