Étendue d’eau douce nichée dans les montagnes du Tchan, le lac Inle est, depuis l’ouverture, toute relative, du pays en 2011, une des principales attractions pour voyageurs en quête d’exotisme.
Au mois de septembre cependant, en pleine saison des pluies, à l’heure du lever ou du coucher du soleil, les lourdes barques à moteurs de touristes disparaissent. Seules quelques pirogues de pêcheurs voguent sur le lac. Cet espace féerique est cependant aujourd’hui menacé. Augmentation de la population et afflux de touristes, déforestation, intensification de l’agriculture et invasion étouffante de la jacinthe d’eau mettent en péril l’écosystème du lac et la pérennité de ce peuple sur pilotis.
Entre ciel et eau, cet univers semble évoluer hors du temps, paradis birman est en sursis …

Célia Delaplace

Articles liés

  • GameStop : révolution des traders amateurs ou victoire illusoire ?

    C’est un vent de panique qui a soufflé sur Wall Street en ce début d’année lorsque des traders en herbe, inscrits sur un forum Reddit de conseils boursiers, se sont coordonnés pour faire échouer les plans de puissants fonds d’investissements concernant une franchise de vente de jeux-vidéos. Retour sur cette folle saga qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

    Par Yunnes Abzouz
    Le 04/03/2021
  • Une école francophone à Gaza pour l’avenir des Palestiniens

    À Rafah, au sud de Gaza, l’association Tabassam Gaza entreprend d’ouvrir une école francophone. Son président Waleed Aboudipaa, enseignant de français et humanitaire gazaoui tente de proposer une offre éducative aux écoliers de la ville dont la scolarité est menacée par la guerre avec Israël et la pauvreté qui en découle.

    Par Amina Lahmar
    Le 15/02/2021
  • « Sans le vouloir on contribue au génocide des Ouïghours »

    Les États-Unis, par le biais du secrétaire d'État sortant Mike Pompeo, ont accusé la Chine de "génocide" et de "crime contre l'humanité", à propos du traitement réservé à la minorité musulmane des Ouïghours, réduite en esclavage dans des camps et acculturée par le régime. Une accusation historique, dans une période où la cause de cette minorité a été plus que jamais médiatisée. Mais où en est-on dans la lutte pour la libération d'au moins un million de personnes ? Entretien avec Dilnur Reyhan, présidente de l'institut ouïghour d'Europe.

    Par Lila Abdelkader
    Le 22/01/2021