Étendue d’eau douce nichée dans les montagnes du Tchan, le lac Inle est, depuis l’ouverture, toute relative, du pays en 2011, une des principales attractions pour voyageurs en quête d’exotisme.
Au mois de septembre cependant, en pleine saison des pluies, à l’heure du lever ou du coucher du soleil, les lourdes barques à moteurs de touristes disparaissent. Seules quelques pirogues de pêcheurs voguent sur le lac. Cet espace féerique est cependant aujourd’hui menacé. Augmentation de la population et afflux de touristes, déforestation, intensification de l’agriculture et invasion étouffante de la jacinthe d’eau mettent en péril l’écosystème du lac et la pérennité de ce peuple sur pilotis.
Entre ciel et eau, cet univers semble évoluer hors du temps, paradis birman est en sursis …

Célia Delaplace

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022