Chaozhou, également appelée Teochew, est située dans la province de Guangdong, au sud de la Chine. C’est de cette ville, ou plutôt cette région que proviendraient mes gênes… Bien que je sois né à Aubervilliers qui se trouve à 9672,88 km, je connais le dialecte local de Chaozhou. Depuis mon enfance, c’est avec cette langue que mes parents m’ont élevé. Ils auraient pu nous élevés, mes frères, sœurs et moi, en mandarin, la langue nationale, mais comme grand-mère vivait avec nous et ne connaissait que le chaozhou, ce fut plus simple d’utiliser le dialecte.

D’ailleurs, mes oncles et mes tantes en France ont également transmis ce dialecte à leurs enfants. A la maison, c’était donc le chaozhou, et à l’école j’apprenais le français. Naturellement, avec mes frères et sœurs, nous parlions en français. Pourquoi ? Je ne sais pas, c’est venu naturellement.

Mais aujourd’hui, je n’ai plus de lien familial dans cette région de Chine. Papa et sa famille l’ont quittée lorsque lui-même était tout petit, à cause de la guerre civile. Ils faisaient alors partie des Chinois qui se sont réfugiés au Cambodge. La famille de ma mère, elle, avait déjà émigré au Cambodge depuis un bon moment. C’est là-bas qu’elle née. Elle y a donc grandi mais ne parle pas le cambodgien. Restant en  communauté, les Chinois se parlaient en chaozhou. C’est au Cambodge, entre Chinois d’une même communauté, que mes parents se sont rencontrés.

La suite : coup d’Etat militaire au Cambodge, guerre civile… C’est peu avant 1975 que mes parents fuient le pays pour venir se réfugiés en France. Heureusement pour eux car quelques temps après, le dictateur Pol Pot et les Khmers rouges prennent le pouvoir. Mes parents échapperont alors à l’un des plus grands génocides du siècle dernier. Près de 2 millions de victimes. S’ils étaient restés là-bas, je n’aurais certainement jamais vu le jour.

S’ils étaient retournés en Chine, je n’aurais probablement jamais vu le jour non plus. Avec la politique de l’enfant unique, moi qui suis le troisième « gosse », je n’aurais peut-être pas été dans les plans de mes parents. Cela dit, ils ont gardé les traditions des familles nombreuses. Nous constituons une tribu de six enfants ! Chose qui, aujourd’hui, est inconcevable en Chine. Ici, à Chaozhou, c’est limité à deux enfants. Lorsque je raconte aux gens que j’ai cinq frères et sœurs, ils sont très surpris : « Balaize ta mère! »

Le chaozhou est une langue chinoise parlée au Cambodge, ainsi qu’en Thaïlande. De même que par des minorités à Hong Kong, au Viêt-Nam, en Malaisie, à Singapour et en Indonésie. Il constitue l’un des dialectes chinois les plus représentés en France. Historiquement, la ville fut l’un des berceaux de « la route maritime de la porcelaine ».

A Chaozhou, je peux communiquer avec les gens. Je me sens beaucoup plus à l’aise qu’avec le mandarin. Cependant, je sens une énorme différence quand je parle à un local. Le chaozhou dont j’ai hérité a fait un crochet par la France, est passé par le Cambodge… Il y en a eu des transformations de mots, de syllabes, et de ton. J’ai l’impression qu’ils me parlent tous en « chaozhou ch’ti »! Mais en fait, c’est plutôt moi, le « Ch’ti, ici !

Je n’ai plus de famille à Chaozhou, mais en voyant cette localité sur la carte de la Chine, j’ai eu l’envie d’y aller. Maintenant que j’y suis, cela me fait un petit quelque chose… Je ne sais pas quoi exactement, mais un petit quelque chose…
Bisous maman, bisous papa !

Chou Sin

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022