Cher Papa, j’ai appris que cet été tu viendrais avec nous en vacances au bled. C’est super cool, on va pouvoir faire plein, plein de choses. Mes dernières vacances avec toi remontent à 2006 précisément. En général, quand je pars avec toi, tu aimes bien nous emmener dans de la famille que je ne connais même pas, mais bon… Le bon coté des choses c’est que l’on va pouvoir aller à Alger, une ville que je n’ai jamais vue, cela me changera de du train-train de Tlemcen (photo).

Mais je te le dis, cet été au bled sera le dernier pour moi, car l’année prochaine je compte bien travailler et changer de destination pour mes grandes vacances. Jusqu’à maintenant, j’étais la petite fille sage qui écoutait papa et maman et qui n’osait pas trop ouvrir sa bouche de peur de vous blesser. Cet été en Algérie sera donc le dernier, je vous en fais la promesse.

A vrai dire, je ne comprends pas toutes ces personnes qui payent 500 euros un billet d’avion pour aller dans un pays où il y a mille et une contraintes, un pays où tantes et voisines voyant quelle belle et jeune mariée je ferais pour leur cher « beau » et « gentil » petit « blédard » de fils, me harcèlent avec douceur. Comme si, à 16 ans j’allais me marier.

Amariya 

Partir avec mes amies, sans adultes

Le soleil, le sable, les palmiers, la chaleur, une destination de rêve… Enfin pour mes parents. Pour moi, c’est plutôt mes amies, le soleil et surtout un autre pays que le bled. Une autre destination de rêve, quoi ! Ce que veulent mes parents, c’est voir leur famille, se reposer, retrouver leur culture. Mais ce que moi je veux, c’est m’évader, rencontrer de nouvelles personnes et surtout m’amuser ! C’est même devenu une menace, ces vacances en Tunisie, car si je ne suis pas sage ou fais des conneries, eh bien je risque d’y aller direct !

Mes vacances idéales, ce serait plutôt avec mes amies, dans un endroit magnifique et sans adultes. Alors que là, je suis obligée d’aller au bled, obligée de voir la famille, obligée de m’adapter. En fait, je ne suis plus trop libre. Je ne pense pas non plus que tout le monde soit comme moi. Il y’en a bien sûr qui « kiffent » aller au bled l’été. Moi, j’en ai marre…

D’autres se reconnaîtront peut-être dans ma description. En tout cas, ce que je sais, c’est que pour tous ceux et celles qui ont l’habitude de passer deux mois au bled, avec une chaleur épouvantable qui nous plaque au lit et nous force à ne rien faire, l’envie est forte de vivre autre chose. Quelque chose de nouveau, une nouvelle destination de rêve, quoi…

Sophia

Avec la collaboration de l’association Zy’va

Amariya et Sophia

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022