« En ce moment, ça va, c’est calme » … Mon hôte est heureux de recevoir une française. L’annexe de sa maison destinée à accueillir des visiteurs de passage est vide en ce moment. M. Tabash vit avec sa femme Mary à Bethléem, à quelques mètres du Check Point 300. La situation est calme … en ce moment. Les barbelés, le béton des murs de séparation entre Israël et les territoires et les miradors viennent rappeler, cependant, que l’apaisement reste toujours provisoire.

Alors que nombre de jeunes français se réclament de la défense de la « cause palestinienne », la très grande majorité n’a jamais mis les pieds dans « les territoires ». Rendre compte de la réalité quotidienne en Palestine est complexe. On y ressent un dynamisme, un bouillonnement mais aussi une tension latente omniprésente.
De nombreux palestiniens souhaiteraient pouvoir faire connaître leur pays aux étrangers. On peut visiter, ça ne risque rien, c’est juste parfois un peu compliqué… Les derniers visiteurs de Jack et Mary devaient passer Noël chez eux, à Bethléem, et réveillonner dans l’Eglise de la nativité. Ils ont annulé leur voyage.
Palestine, Cisjordanie, territoires occupés, … Quelques images pour donner un aperçu de la vie quotidienne dans les villes de Naplouse, Jéricho, Bethléem, Hébron ou dans le quartier de Jérusalem-est à défaut de trouver les mots…

Caelia Delaplace

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022