#Ceciestmonpointdevue. C’est la marque de fabrique de ce blog reconnu dans la capitale burundaise. Derrière cette signature, se cache une jeune femme intrépide. A 26 ans, Dacia Munezero est un cas atypique. Très « indépendante » comme elle se décrit elle-même, elle n’est pas mariée et vit encore chez sa mère. « C’est comme ça ici, grogne-t-elle. Il n’est pas question qu’une fille habite seule. »
La condition de la femme dans son pays est l’un des sujets qui lui tient particulièrement à cœur et qu’elle développe sur son blog. « De manière plus générale, j’aime faire le portrait de gens qui font des choses bien mais qui ne font pas la une des journaux », explique-t-elle. C’est ainsi qu’elle a fait par exemple le portrait d’un peintre local. Une formule qui marche puisque régulièrement les internautes lui demandent : « Quand est-ce que tu feras mon point de vue sur moi ? » Elle évite néanmoins les sujets politiques trop engageants. « Si je les traite, je cherche des angles décalés pour dédramatiser les choses. »
Passée par une filière journalistique au Burundi, Dacia a fait des stages en rédaction. Mais la rigueur de l’écriture et la contrainte de certaines thématiques lui déplaisent : « Il y a des sujets dans les quartiers par exemple que je ne pouvais pas présenter. » Et de rajouter : « Et puis, il y a des moments où je voulais écrire dans un style franc et familier. »
C’est ainsi qu’il y a un an, elle a ouvert son blog, « par souci de liberté ». Une activité dont elle ne tire aucune rémunération. « Je ne suis pas très régulière dans la publication à cause de la connexion internet, détaille-t-elle. Et parfois j’ai beaucoup de travail, je n’ai pas le temps pour bien écrire. » Afin de gagner sa vie, elle travaille dans l’événementiel et la communication. Une activité qui va bien à cette petite femme qui une fois lancée ne peut plus être arrêtée. Elle a d’abord commencé par des petits jobs (serveuse, main d’œuvre dans des manufactures) qui lui ont permis de gagner en autonomie. Elle s’est ensuite occupée de la mise à jour du site du festival de cinéma « Festicab » ainsi que de différentes missions de consulting. « Quand on me demande ce que je fais dans la vie, je réponds “pleins de choses“ », au grand dam de sa mère.
Blog et 3e mandat
« On m’a proposé un poste de communicante dans une association mais j’ai refusé, explique-t-elle. Je ne me voyais pas enfermée dans un bureau. Je me suis dit un “autre jour“. Mais quand viendra le temps je vais céder », sourit-elle avec ce goût amer de devoir répondre aux attentes de la société, se marier et avoir des enfants.
Dacia contribue aussi au projet récent de Yaga. Cette plateforme de blogueurs est en ligne depuis un mois et demi et s’est donnée pour objectif de couvrir les élections générales à venir. Depuis que Pierre Nkurunziza a été désigné par son parti pour briguer un troisième mandat, les manifestations, les violences (déjà 14 morts du côté des civils) et les diverses coupures de courant, réseaux, radios… se multiplient. Des évènements qu’elle raconte au plus près.
Ses différents projets la pousse à voir les choses en grand. « Si les moyens financiers me le permettent j’aimerais ouvrir un site internet personnel sur lequel serait réuni mes activités de bloggeuse et d’évènementiel, décrit-elle. Je pourrai ainsi vendre des espaces publicitaires pour faire rentrer de l’argent. » Notre conversation dure plusieurs heures, elle multiplie les gestes expressifs et dans un grand enthousiasme résume. « Je me sens bien dans ce que je fais, je suis libre. »
Charlotte Cosset

Articles liés

  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022
  • Lisa Koperqualuk, figure du militantisme inuit au Canada

    Essayiste, militante pour les droits des Inuits, anthropologue, conservatrice dans un musée… Il serait difficile de décrire en quelques mots Lisa Koperqualuk. Cette femme inuite originaire du Nunavik (Nord du Québec) semble avoir déjà vécu mille vies et mené mille combats et représente un modèle de réussite pour sa communauté. Rencontre.

    Par Emeline Odi
    Le 21/06/2022
  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022