Auch’cours, les nordistes envahissent le monde. Mardi 28 avril à New-York, une dégustation de produits made in Nord-pas-de-Calais a eu lieu en plein milieu du quartier huppé de Upper East Side. Pegah était de la partie…

photo 3-2

Direction le 499, Park Avenue. La splendide salle de Bernardaud accueillait des étudiants en BTS commerce venus… D’Armentières (59) ! Le projet, fastidieux, a été mis en place par l’établissement d’enseignement supérieur Saint Jude. Au cœur de cette institution, plusieurs licences et BTS sont enseignés, notamment un BTS de commerce international. C’est ce cursus qui a mené les étudiants que nous apercevons ici, ce soir, lors de cette rencontre improbable et surprenante entre l’univers chaleureux du Nord-pas-de-Calais et l’atmosphère électrique de la Grande Pomme. « J’ai monté en 2007 un projet pédagogique appelé ‘Lille Region in NY’ » explique Isabelle Refouni, la directrice adjointe de l’école.

« Cette initiative se situe au carrefour de l’action économique et de la formation, qui se concrétise tous les deux ans et qui se fonde sur deux axes : offrir à des étudiants une expérience de terrain à l’international, et permettre à des TPE/PME régionales n’ayant pas forcément les moyens financiers de faire appel aux Chambres de commerce et d’industrie, d’offrir une opportunité à l’export vers New York. Nous nous retrouvons donc sur ce principe gagnant-gagnant d’accompagnement d’étudiants et d’accompagnement d’entreprises » poursuit-elle. Ainsi, pendant environ dix-huit mois, les étudiants mènent les différentes missions que leurs entreprises respectives leur ont confié dans le cadre de leurs études mais en dehors du temps scolaire.

En amont, la phase préparatoire de la mission pour cette année 2015 s’est entendue d’octobre 2013 à avril 2015. La phase opérationnelle a eu lieu du 25 avril au 3 mai. Ce soir est donc l’un de ces événements. Il est 18h30. Après quelques messages de remerciements et de bienséance de la part de l’équipe enseignante, les étudiants entrent en scène. « We are the nicest people, and we have the second Louvres in Lens !« , lance fièrement Julien. Le jeune homme de 21 ans n’aura ni trac ni hésitation. Les mots défilent alors et promeuvent la région.

photo 2-2

Puis les produits, préalablement exposés, sont mis à disposition des curieux venus découvrir ce que le Nord de la France propose. De l’alcool, des bijoux… Et même des gaufres Meert. Représentées par Claire Bienaimé, grande et jolie brune de seulement 19 ans. Le sourire aux lèvres, elle confie son ressenti. « C’est une joie de voir que Bernardaud nous accueillir. Ce projet, avec ses joies, le stress, les événements à préparer, le voyage… Il m’a changée. Lorsque je cherchais une école de commerce, j’ai de toutes façon été influencé dans mon choix. Avant, je me cachais derrière les livres, aujourd’hui je suis ici, à représenter les couleurs de mon entreprise« .

Des étudiants qui avouent que leur école, bien qu’elle ne soit pas « reconnue comme l’ESC Lille« , leur a apporté énormément. Du courage, de la débrouillardise. Pas besoin de faire les meilleures écoles pour être bons, preuve en est sous nos yeux. En présence du Chef deux étoiles Marc Meurin, l’excellence gastronomique régionale est mise en lumière. Mais, derrière l’ambiance chic et les bulles de champagne, l’enjeu est important et chaque étudiant présent le sait.

photo 4

« Tout cela peut déboucher sur d’autres stages, des propositions » relance Julien. « Après avoir contacté une liste d’entreprises qui souhaitaient s’exporter, établis des partenariats Chambres de commerce et des métiers, avoir fait de la prospection individuelle, on a envie que cela aboutisse à du concret. Et j’aime terriblement cette facette économique dans laquelle on essaie de développer le marché aux USA, de mettre en pratique la théorie » enchaine-t-il sans s’arrêter. « Financé à hauteur de 700€ par l’entreprise, le reste de nos dépenses est couvert grâce à des actions tout au long de l’année, cabarets, des systèmes de cagnotte… C’est une véritable aventure humaine en plus« . On leur souhaite que du succès et comme on dit en chti : In n’ingraisse pont ches pourchiaux à l’iau claire.

Pegah Hosseini

Articles liés

  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022
  • Lisa Koperqualuk, figure du militantisme inuit au Canada

    Essayiste, militante pour les droits des Inuits, anthropologue, conservatrice dans un musée… Il serait difficile de décrire en quelques mots Lisa Koperqualuk. Cette femme inuite originaire du Nunavik (Nord du Québec) semble avoir déjà vécu mille vies et mené mille combats et représente un modèle de réussite pour sa communauté. Rencontre.

    Par Emeline Odi
    Le 21/06/2022
  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022