Il y a deux mois deux jeunes Bondynois décidèrent de partir à l’aventure en Australie. On est restés en contact par mail et téléphone.

L’installation s’est bien passée à Sydney ?

Rémy : En fait, on a passé qu’une semaine à Sydney, on a même pas eu le temps de passer à Bondi beach ! Il fallait qu’on ouvre un compte, qu’on s’enregistre auprès du gouvernement pour avoir notre Taxation File Number (TFN), obligatoire pour travailler. On a aussi pris une carte sim pour avoir un numéro de téléphone australien. Mais on n’a pas encore fini, il nous reste encore à créer une adresse permanente, et acheter une voiture. On devra aussi peut être passer des formations pour pouvoir être barman ou travailler dans le bâtiment. 

Laurent : Très bien, par contre on bouge énormément, Sydney, Newcastle, Byron Bay, et actuellement, on est à Bundaberg. Le plus agaçant, c’est de faire et refaire les bagages.

Vous avez fait une école ?

Laurent : Oui, le Bush Camp ! Nous y sommes restés deux semaines, j’aurai préféré partir au bout de la première car j’avais l’impression de stagner niveau anglais et contact, mais on était obligé de rester deux semaines car on attendait nos papiers et c’était pour le moment notre seule adresse. Nous n’étions pas payés mais nourris logés contre 4 heures de travail par jour.

Remy : Ouais ! Pendant deux semaines, on travaillait peu le matin, et on était peinard l’après-midi. Notre taf c’était couper la pelouse, manutention, nettoyer la terrasse au karcher et construire une aire de jeux pour enfants. On avait beaucoup de temps libre, mais le seul hic, là où on était, si t’as pas de voiture, t’es coincé, donc l’après midi, le plus souvent, sieste !

Vous avez progressé en Anglais ?

Remy : Oui, un peu pour l’instant, mais c’est dur…

On s’est rendu compte que les Français devaient être ceux qui parlaient le moins bien anglais au sein des européens. Les Allemands et pays de l’Est se débrouillent largement mieux que nous. Mais on devrait progresser de plus en plus vite avec le temps.

Laurent : Euh…comment on dit déjà…ah oui!! YES ! Notre Anglais commence tout juste a s’améliorer, ainsi que notre Allemand, car les Allemand son très nombreux ici, bien sûr ils parlent anglais aussi et beaucoup mieux que nous les Français. A mon avis notre système d’apprentissage des langues laisse a désirer chez nous.

Et les filles ? Des rencontres insolites ?

Laurent : En tant qu’Ambassadeur de la France, il se devait que nous rencontrions des filles afin de leur faire partager notre savoir. Pour l’instant j’ai fait la rencontre de 3 filles, 2 à Sydney et une à Byron Bay, la dernière m’a beaucoup marqué. Bien sûr nos chemins se sont séparés mais j’espère la revoir. Pour ce qui est des rencontres insolites, j’aimerais répondre oui, mais ici l’insolite est normal donc non.

Rémy : Ouais, mais ça c’est confidentiel. Je te dirais juste que c’était pas des Australiennes, plutôt Hollandaise et Canadienne. Je donnerais plus de détails hors antenne si tu veux…

Après le camp des enfants, nos deux amis zigotos ont décidé de passer 5 jours de vacances à Byron beach, ensuite c’est plus d’une demi-journée de car qu’ils ont dû subir pour se rendre à Bundaberg, la ville du fruit picking. Idéal pour ramasser des pépètes, un nombre important d’heures de travail par semaine, et rien d’autre à faire dans la ville donc pas de dépenses.

Très débrouillards, ils ont récemment réussi à acquérir une voiture ! Une 4×4 même ! A un prix qui parait très bon marché en France, c’est-à-dire a peu prés 1000 € et qu’ils espèrent revendre le double avant de revenir en France.

 

Pour l’instant, ils concilient parfaitement vacances et boulot et ont l’air de bien s’amuser. Et même si ça se passerait mal pour eux, c’est une expérience qui ne peut être qu’ enrichissante.

 

 Chou Sin

Leurs blogs : http://aussieforever.over-blog.com/ et http://www.bout-du-monde.net/

Chou Sin

Articles liés

  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022
  • Lisa Koperqualuk, figure du militantisme inuit au Canada

    Essayiste, militante pour les droits des Inuits, anthropologue, conservatrice dans un musée… Il serait difficile de décrire en quelques mots Lisa Koperqualuk. Cette femme inuite originaire du Nunavik (Nord du Québec) semble avoir déjà vécu mille vies et mené mille combats et représente un modèle de réussite pour sa communauté. Rencontre.

    Par Emeline Odi
    Le 21/06/2022
  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022