Samedi 21 Octobre 2011, à l’heure du déjeuner, l’élection est au cœur de la conversation. Mes parents ne savent pas encore pour qui voter, et moi encore moins. Avant de sortir, j’allume la télévision sur TV7 euh, pardon la «Chaîne tunisienne» histoire d’avoir quelques infos. Je tombe sur une rediffusion d’une émission genre «le magazine de la santé» mais version arabe. En bas de l’écran défile une bande d’information sur les élections qui invite à se rendre sur le site www.votez.tn.

Je me rends alors sur la page qui répertorie l’ensemble des partis et leur programme mais il y en a de trop, je suis perdue, et il est temps d’y aller. 15 heures, arrivée à Pantin, rue Jean Lolive, la queue atteint le Leader Price. Les futurs électeurs patientent calmement. Dans la foule, une jeune femme se réchauffe avec un drapeau tunisien, d’autres avec une cigarette.

Les Tunisiens non inscrits étaient invités à se rendre dans un bureau de vote à Aubervilliers, ce qui en a déplu certains qui s’étaient déplacé jusqu’à Pantin. La discussion s’invite rapidement autour de moi, une dame me dit «qu’elle rentrera aussitôt après avoir voté blanc», ce qui pousse les autres à intervenir, notamment mon père. Une jeune dame me dit «qu’on va encore se faire avoir, mais on n’a pas le choix, il faut agir». Elle m’indique que le parti en vogue serait « le parti du travail tunisien ».

Puis, elle nous montre une photo circulant sur les réseaux sociaux sur laquelle on aperçoit Ben Ali en train de voter aux élections. Après quelques rires, la discussion reprend. Une autre femme me dit que «le plus important est de régler le problème du chômage qui touche un bon nombre de jeunes diplômés». Lorsque je lui demande quel parti choisir, elle me répond que les programmes des partis ont beaucoup en commun. Pour elle, «il serait bien de créer un lien entre les étudiants d’ici et de là-bas, créer un échange, quelque chose comme cela».

J’atteins une première tente où une bénévole vérifie sur son ordinateur si je suis bien inscrite. J’en profite pour lui demander si nous avions été nombreux à voter. Elle me répond qu’elle n’a aucun chiffre pour le moment mais qu’il y a eu beaucoup de votants, en tout cas aujourd’hui.

La queue reprend et la discussion aussi avec deux jeunes étudiants tunisiens qui m’indiquent qu’ils vont voter le CPR, le Congrès pour la République. Au bout d’une heure, on accède au bureau. A l’intérieur est affichée la liste des partis. J’ai à peine le temps d’y jeter un œil qu’on me demande ma carte d’identité et que l’on me dit d’entrer pour aller voter. «Emira Ben Khelil» (avec l’accent)? Je me lève, on me demande à nouveau ma carte d’identité puis ensuite d’enfoncer mon index gauche dans une petite bouteille remplie d’encre bleue, preuve que l’on a voté. Après avoir signé sur leur registre, je me dirige vers l’isoloir où je prendrai un petit moment à lire la liste des partis.

Bien qu’aléatoire, mon choix est fait. Je dépose mon bulletin format A3 dans l’urne. Ca y’est, j’ai voté. A ma sortie, une petite photo s’impose devant le Consulat l’index gauche pointé vers le ciel avec le drapeau tunisien en arrière-plan. La queue atteint toujours le Leader Price. C’est sûr, la participation a été massive.

Demain, 23 octobre 2011, les nationaux devront à leur tour voter pour l’assemblée constituante. A la suite des résultats, les élus auront la lourde tâche de rédiger la nouvelle Constitution Tunisienne, un espoir de renouveau suite au printemps arabe qui a bouleversé le pays.

Emira BK.

Articles liés

  • GameStop : révolution des traders amateurs ou victoire illusoire ?

    C’est un vent de panique qui a soufflé sur Wall Street en ce début d’année lorsque des traders en herbe, inscrits sur un forum Reddit de conseils boursiers, se sont coordonnés pour faire échouer les plans de puissants fonds d’investissements concernant une franchise de vente de jeux-vidéos. Retour sur cette folle saga qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

    Par Yunnes Abzouz
    Le 04/03/2021
  • Une école francophone à Gaza pour l’avenir des Palestiniens

    À Rafah, au sud de Gaza, l’association Tabassam Gaza entreprend d’ouvrir une école francophone. Son président Waleed Aboudipaa, enseignant de français et humanitaire gazaoui tente de proposer une offre éducative aux écoliers de la ville dont la scolarité est menacée par la guerre avec Israël et la pauvreté qui en découle.

    Par Amina Lahmar
    Le 15/02/2021
  • « Sans le vouloir on contribue au génocide des Ouïghours »

    Les États-Unis, par le biais du secrétaire d'État sortant Mike Pompeo, ont accusé la Chine de "génocide" et de "crime contre l'humanité", à propos du traitement réservé à la minorité musulmane des Ouïghours, réduite en esclavage dans des camps et acculturée par le régime. Une accusation historique, dans une période où la cause de cette minorité a été plus que jamais médiatisée. Mais où en est-on dans la lutte pour la libération d'au moins un million de personnes ? Entretien avec Dilnur Reyhan, présidente de l'institut ouïghour d'Europe.

    Par Lila Abdelkader
    Le 22/01/2021