Il est 14 heures, le muezzin appelle à la prière. La grande, celle du vendredi. Hier. Les fidèles se pressent en nombre. Nous sommes à la mosquée Zeitouna, l’une des plus anciennes de Tunisie, située en plein souk de Tunis à quelques dizaines de mètres de la casbah où sont réunis les derniers opposants à l’actuel gouvernement. Pendant des siècles, la Zeitouna ne fut pas seulement un lieu de prière, ce fut aussi une université.

Par crainte d’une opposition incontrôlable, le premier président du pays, Habib Bourguiba, décida sa fermeture dès son arrivée au pouvoir juste après le départ de la France en 1958. A l’époque Ben Ali, ce lieu n’était ouvert que le temps de la prière. Aujourd’hui, c’est de l’histoire ancienne. « Quel bonheur de venir quelques heures avant la prière pour se recueillir, avant c’était impossible », se réjouit Ahmed, chirurgien à l’hôpital de Tunis. « De peur de me faire arrêter, je ne faisais même pas la prière du matin à la maison », confie le médecin.

Un vent de liberté arrive sur les épaules de l’imam. Sous l’ancien régime – si proche encore dans le temps – les prêches arrivaient directement du ministère des cultes. L’imam revêt les habits du moment : « Nous sommes libres, notre religion est en accord avec cette liberté. Nulle contrainte en religion comme le dit un verset. La liberté de pensée est un principe de l’islam. Regardez l’histoire, la civilisation islamique a donné des penseurs émérites. Et Dieu nous impose de réfléchir sur nos versets », s’époumone l’imam.

A la sortie de la prière, la plupart des fidèles rencontrés se réjouit de cette liberté comme miraculeuse : « Nous sommes enfin libres. Nous souhaitons que le gouvernement gouverne dans la justice et la droiture. Je ne voterai pas spécialement pour un parti islamique. Bien au contraire, l’islam ne se réduit pas à un parti », confie Hajj Faouzi, la cinquantaine. « D’ailleurs, faites le tour des fidèles, personne ne connaît Hannouchi, le leader d’Ennahda (parti religieux) », assure le pèlerin.

Personne ? Non. Certains connaissent ce leader mais n’adhéreront pas aveuglement, disent-ils, à ses idées. « Si son programme correspond à celui de l’AKP turc, je pourrai voter pour lui. Et a priori c’est le cas », croit savoir Mahmoud, un jeune étudiant en sciences politiques. « Et à ceux qui crient au péril vert, nous disons que la démocratie doit accepter les partis qui représentent une opinion, dès lors que les idées qu’ils propagent respectent la constitution. Et ne mélangeons pas les takfirites (extrémistes islamistes) avec les musulmans éclairés », conclut Fouad, un enseignant en économie.

Changement d’époque oblige, les fidèles, ce vendredi, ne quittent pas précipitamment la mosquée, beaucoup restent pour refaire le monde, jouer avec les enfants sur l’esplanade. Décidément, la Tunisie…

Chaker Nouri (Tunis)

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xgslrp_la-mosquee-zeitouna-tunis_news[/dailymotion]

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022