« Un peuple meurt, un peuple pleure, un peuple saigne, partout son sang baigne; des centaines de Palestiniens meurent chaque jour, qui sommes-nous pour oublier notre humanité ? Ne restons pas passifs face à cet élan de haine, agissons, réunissons-nous, faisons entendre notre indignation, faites que ce message ne s’arrête pas. » Chaque jour, ce sont des dizaines de textos de ce genre que je reçois sur mon téléphone portable, d’amis divers. Je ne suis pas la seule en ce moment ! Une bonne partie de la communauté musulmane de France n’a pas attendu les bombardements israéliens sur Gaza pour se développer en réseaux grâce aux nouvelles technologies.

Tous les moyens sont bons pour faire passer le message, et ce, que l’on soit pro-israélien ou pro-palestinien. Ainsi, dès lors qu’une information pouvant intéresser ou mobiliser l’un ou l’autre bord sur le conflit israélo-palestinien, elle est aussitôt transmise par texto, mails ou postée sur Facebook. J’ai par exemple reçu le 3 janvier six fois le message suivant : « Al Jazeera annonce que les Israéliens sont entrés à Gaza priez pour eux et faites tourner le message. »

Il suffit de taper Israël ou Palestine sur Facebook pour tomber sur des groupes respectivement solidaires de ces deux peuples. Des groupes tels que « Remercions et prions pour les soldats de Tsahal » qui compte 888 membres, ou encore « Israël la réelle guerre approche » qui en compte 7280, sont des moyens pour les pro-Israéliens de faire entendre leur soutien à la politique de l’Etat d’Israël. On peut lire les commentaires suivants : « Je remercie l’armée d’Israël qui chaque jour risque sa vie pour défendre notre pays, bien sûr grâce à D… Pour qu’on puisse faire bronzette », écrit l’un ; « Vive le peuple élu !!! Vive notre armée ! Vive les Colons ! Tout Israël n’appartient qu’aux Juifs ! et bientôt on y sera les seuls résidents !!!!!!!!!!! dommage pour toi Nwo’s Antinouvelordremondial El.m … », rédige un autre.

Au sein des groupes de soutien au peuple palestinien, tels que « Stop le massacre à Gaza » ou encore « Let’s collect 500 000 signatures to support the Palestinians in Gaza », qui comptent respectivement 2046 et 161 077 membres, on trouve ce type de messages : « Le Parti communiste d’Israël PCI appelle les partis communistes et ouvriers, et les mouvements sociaux du monde entier à se mobiliser contre ces crimes contre l’humanité commis par Israël. Il demande que la communauté internationale prenne des sanctions contre Israël, et inculpe Tzipi Livni, Ehud Barak et les autres responsables politiques et militaires israéliens pour ces crimes de guerre flagrants, commis dans le cadre du processus électoral en Israël », ou : « Paix aux civils ! Que les militaires aillent se battre dans le désert et se tuent entre eux, le monde s’en portera mieux ! Mais une armée suréquipée qui fait du tir au pigeon sur des civils sans défense, c’est le fait d’une bande de lâches. Il faudra qu’on m’explique la différence entre Gaza et Oradour sur Glane ! »

Cela ne surprendra pas, la bataille fait rage entre « fans » des deux bords sur ces groupes libre d’accès : les « débats » y sont houleux, souvent injurieux ; côté « palestinien », ils servent d’exutoire à l’impuissance que beaucoup ressentent face ces images de guerre insoutenables.

Cette mobilisation est aussi le moyen de faire partager son savoir, ou ce qui en tient lieu, en termes de géopolitique ou de théologie. Ainsi, toujours plus de vidéos tournent en ce moment par mail, telles que celle sur les « neturei karta », juifs orthodoxes palestiniens et antisionistes. La plus visionnée est certainement la vidéo de l’intervention du journaliste belge Michel Collon lors d’une émission de France 3, qui affiche à ce jour 66 985 vues sur Dailymotion http://www.dailymotion.com/video/x7nolb_michel-collon-israel-letat-le-plus_webcam.

Des groupes lui ont même été dédiés par des pro-Palestiniens, qui estiment à l’inverse que les médias français sont de parti-pris pro-israélien. La bataille du net fait rage. Enjeu : gagner à soi l’ « opinion » française.

Widad Kefti

Articles liés

  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022
  • Lisa Koperqualuk, figure du militantisme inuit au Canada

    Essayiste, militante pour les droits des Inuits, anthropologue, conservatrice dans un musée… Il serait difficile de décrire en quelques mots Lisa Koperqualuk. Cette femme inuite originaire du Nunavik (Nord du Québec) semble avoir déjà vécu mille vies et mené mille combats et représente un modèle de réussite pour sa communauté. Rencontre.

    Par Emeline Odi
    Le 21/06/2022
  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022