Le Hadj est proche, le Hadj est là. Comme chaque année, des milliers de musulmans français sont en partance pour le pèlerinage de La Mecque, en Arabie Saoudite. Les valises sont faites. Mais dedans, on y trouve quoi ? Qu’emporte un pèlerin dans ses bagages ? A quoi doit-il renoncer ? Comment se prépare-t-on à ce long périple, accomplissement du cinquième pilier de l’islam ? Le Bondy Blog a mené l’enquête. « J’appréhende ce voyage, je ne connais pas ce pays, alors j’écoute les conseils de ma sœur, un hadja* qui s’est déjà rendue à La Mecque », raconte Fatima, une mère de 46 ans qui s’apprête à partir à son tour.

Vrai que le Hadj – le pèlerinage, donc – n’a pas grand-chose à voir avec des vacances au bled, synonymes, elles, de valises pleines à craquer et de razzia arrivé sur place. Pour la ville sainte saoudienne, c’est tout un cérémonial. Tongs, baskets, maillot de bain, on oublie ! « La tenue pour l’homme est très stricte, explique Rabah, 66 ans, musulman français qui a déjà accompli le pèlerinage deux fois. Dans sa valise, il doit mettre des sandales et des vêtements sacrés tel que le Ihram (qui désigne l’entrée dans l’univers sacré, ndlr), tenue exigée à l’entrée de la Mosquée. »

Ce vêtement se compose de deux pièces d’étoffes blanches : celle qui couvre le haut du corps s’appelle Rida et celle qui couvre le bas du corps, Izar, « un ensemble que l’on peut notamment trouver à Barbès ou sur place, à La Mecque », ajoute Rabah. Pour les femmes, c’est moins compliqué, pour une fois ! Ni couleurs, ni chaussures spéciales exigées, mais on évitera les talons. « J’ai prévu bien sûr plusieurs hijab, des tuniques. Des amies qui sont déjà hadja m’ont dis que je pouvais même emporter des baskets », explique Fatima. Des baskets avec un voile et une longue tunique : plutôt original.

« J’ai aussi entendu dire que l’on ne mangeait pas très bien, alors, vous allez rire, mais je pensais apporter avec moi quelques provisions », poursuit Fatima. Ah ! Quand le bled refait surface… Les mamans arabes ont toujours tendance à croire que là où elles vont, il n’y a rien. Et même lorsqu’elles sont sûres d’y trouver quelque chose, c’est plus fort qu’elles : vas-y que je te ramène ma cafetière, et pourquoi pas aussi une cocote, des gâteaux… « On ne sait jamais », comme elles disent.

Se préparer au pèlerinage, c’est aussi penser à se faire vacciner et à demander un visa. Deux démarches obligatoires. S’il ne s’y soumet pas, le pèlerin ne pourra pas embarquer de France à l’aéroport. Les explications du professeur d’islamologie Sami Abdeslam, présentateur de l’émission « Parler Islam » sur la radio France Maghreb : « Le visa est délivré gratuitement par le consulat d’Arabie Saoudite en France. Côté médical, il faut faire le vaccin contre la méningite. Trois millions de personnes venue du monde entier se retrouvent à La Mecque, autant dire que les risques de maladies sont très élevés. » Fatima, encore anxieuse, a donc tout bon avec son « forfait VVHC » : visa, vaccin, hijab et Coran. Rabah et le professeur Abdeslam, deux habitués de La Mecque, partent, eux, le cœur léger et avec un minimum de bagages.

Mais tout cela a un prix. Pour un pèlerinage d’un mois, il faut prévoir large : 5000 euros, selon Fatima. Cette somme comprend tout : le vol aller-retour, l’hôtel, un guide sur place, l’achat des inévitables souvenirs pour la famille, ainsi que les communications téléphoniques pour donner de ses nouvelles. Le pèlerinage n’est pas à la portée de toutes les bourses msulmanes de France.

Zineb Mirad

*Hadja, féminin de hadj : terme qui désigne la personne qui a effectué le pèlerinage de La Mecque.

Zineb Mirad

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022