Le think tank Youthonomics a sorti une étude passant au scanner plusieurs contrées du monde. 59 critères sont évalués pour répondre à cette question : Où fait-il bon vivre quand on est jeune ?
Soixante-quatre pays sont concernés par l’étude. Le think tank avait déjà fait parlé de lui en 2012 avec la Tribune « Barrez-vous ! » qui incitait les jeunes de France à tenter leur chance ailleurs. Trois ans plus tard, tous ceux qui désirent écouter ce conseil, savent désormais où sont les places to be pour la jeunesse. Chaque pays est jugé selon une myriade de critères comme l’éducation, l’emploi, les droits, l’optimisme des jeunes ou leurs perspectives d’avenir.
unnamedMettons tout de suite fin au suspens : « la France n’est pas sur le podium. Elle est 19e », affirme Felix Marquardt , un des fondateurs du Youthomonics, « Elle est dans le premier tiers mais elle est plutôt mal classée par rapport aux pays développés ». D’après l’étude, c’est mieux d’être jeune en Israël (15e) ou en Estonie (18e).
D’après Felix Marquardt, l’accès à l’emploi est le critère qui a le plus plombé la mère patrie dans le classement : « La France est un pays fantastique a plein d’égard mais le manque de flexibilité pénalise les nouveaux arrivants sur le marché de l’emploi. Donc les jeunes. »
De fait la France est classée 42e sur 64 au niveau de l’emploi des jeunes bien en dessous de l’Allemagne ou de la Suisse qui arrive en tête du classement. Toutes catégories confondues, le pays où il fait bon vivre pour les 18-29 ans est la Norvège. Globalement les pays scandinaves raflent les meilleures places dans la plupart des critères d’évaluation.
En faisant abstraction des bons ou mauvais résultats de chacun, Felix Marquardt note qu’il y a un désarroi de la jeunesse à l’échelle mondiale. Il cite l’exemple des retraites : « comme le financement des retraites est mutualisé, tous les jeunes, pauvres comme riches, y participent. Mais lorsqu’ils proviennent des aînés vers les plus jeunes, les transferts de richesses se font au niveau intra-familial. Sous couvert de justice sociale, notre système perpétue donc au contraire les inégalités. C’est d’autant plus injuste que les jeunes qui cotisent aujourd’hui ne pourront pas prétendre à des retraites aussi avantageuses que leurs ainés aujourd’hui ».
Felix Marquardt justifie la nécessité de cette étude « pour mettre les pays en compétition et forcer les politiques à réagir pour éviter que les forces vives n’aillent là où l’herbe est plus verte ».
Idir Hocini

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022