Le think tank Youthonomics a sorti une étude passant au scanner plusieurs contrées du monde. 59 critères sont évalués pour répondre à cette question : Où fait-il bon vivre quand on est jeune ?
Soixante-quatre pays sont concernés par l’étude. Le think tank avait déjà fait parlé de lui en 2012 avec la Tribune « Barrez-vous ! » qui incitait les jeunes de France à tenter leur chance ailleurs. Trois ans plus tard, tous ceux qui désirent écouter ce conseil, savent désormais où sont les places to be pour la jeunesse. Chaque pays est jugé selon une myriade de critères comme l’éducation, l’emploi, les droits, l’optimisme des jeunes ou leurs perspectives d’avenir.
unnamedMettons tout de suite fin au suspens : « la France n’est pas sur le podium. Elle est 19e », affirme Felix Marquardt , un des fondateurs du Youthomonics, « Elle est dans le premier tiers mais elle est plutôt mal classée par rapport aux pays développés ». D’après l’étude, c’est mieux d’être jeune en Israël (15e) ou en Estonie (18e).
D’après Felix Marquardt, l’accès à l’emploi est le critère qui a le plus plombé la mère patrie dans le classement : « La France est un pays fantastique a plein d’égard mais le manque de flexibilité pénalise les nouveaux arrivants sur le marché de l’emploi. Donc les jeunes. »
De fait la France est classée 42e sur 64 au niveau de l’emploi des jeunes bien en dessous de l’Allemagne ou de la Suisse qui arrive en tête du classement. Toutes catégories confondues, le pays où il fait bon vivre pour les 18-29 ans est la Norvège. Globalement les pays scandinaves raflent les meilleures places dans la plupart des critères d’évaluation.
En faisant abstraction des bons ou mauvais résultats de chacun, Felix Marquardt note qu’il y a un désarroi de la jeunesse à l’échelle mondiale. Il cite l’exemple des retraites : « comme le financement des retraites est mutualisé, tous les jeunes, pauvres comme riches, y participent. Mais lorsqu’ils proviennent des aînés vers les plus jeunes, les transferts de richesses se font au niveau intra-familial. Sous couvert de justice sociale, notre système perpétue donc au contraire les inégalités. C’est d’autant plus injuste que les jeunes qui cotisent aujourd’hui ne pourront pas prétendre à des retraites aussi avantageuses que leurs ainés aujourd’hui ».
Felix Marquardt justifie la nécessité de cette étude « pour mettre les pays en compétition et forcer les politiques à réagir pour éviter que les forces vives n’aillent là où l’herbe est plus verte ».
Idir Hocini

Articles liés

  • GameStop : révolution des traders amateurs ou victoire illusoire ?

    C’est un vent de panique qui a soufflé sur Wall Street en ce début d’année lorsque des traders en herbe, inscrits sur un forum Reddit de conseils boursiers, se sont coordonnés pour faire échouer les plans de puissants fonds d’investissements concernant une franchise de vente de jeux-vidéos. Retour sur cette folle saga qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

    Par Yunnes Abzouz
    Le 04/03/2021
  • Une école francophone à Gaza pour l’avenir des Palestiniens

    À Rafah, au sud de Gaza, l’association Tabassam Gaza entreprend d’ouvrir une école francophone. Son président Waleed Aboudipaa, enseignant de français et humanitaire gazaoui tente de proposer une offre éducative aux écoliers de la ville dont la scolarité est menacée par la guerre avec Israël et la pauvreté qui en découle.

    Par Amina Lahmar
    Le 15/02/2021
  • « Sans le vouloir on contribue au génocide des Ouïghours »

    Les États-Unis, par le biais du secrétaire d'État sortant Mike Pompeo, ont accusé la Chine de "génocide" et de "crime contre l'humanité", à propos du traitement réservé à la minorité musulmane des Ouïghours, réduite en esclavage dans des camps et acculturée par le régime. Une accusation historique, dans une période où la cause de cette minorité a été plus que jamais médiatisée. Mais où en est-on dans la lutte pour la libération d'au moins un million de personnes ? Entretien avec Dilnur Reyhan, présidente de l'institut ouïghour d'Europe.

    Par Lila Abdelkader
    Le 22/01/2021