Chevelure blonde comme les blés, mèche savamment coiffée, sourire éclatant : Line, Uspen et Kate (de droite à gauche) semblent tout droit sortis d’une pub. A un détail près : contrairement aux spots télévisés ineptes, les trois Danois n’ont rien de creux. A 32 ans, Kate travaille au Musée des travailleurs de Copenhague, l’Arbejdermuseet, depuis presque six ans. Une place de conservateur qu’elle a pu décrocher grâce à ses études d’anthropologie.

Dès le premier contact, on la sent intéressée par les gens et la culture. « J’habite à deux kilomètres du centre de Copenhague, près de la mer. Il faut traverser un petit pont pour arriver jusqu’à chez moi, décrit-elle dans un français fluide. C’est un ancien quartier industriel. Les usines ont fermé et maintenant on commence à construire des immeubles. Juste à côté, il y a encore beaucoup d’ouvriers. C’est un quartier mixte, assez nouveau. » A l’image de toutes les capitales occidentales, Copenhague voit ses quartiers populaires et anciennement industriels investis par des artistes ou des intellectuels. Ce qu’on appelle, en France, des « bobos ».

Cultivés, urbains et dynamiques : Line, 32 ans, et Upsen, 26 ans, font justement partie de cette nouvelle classe sociale. Le couple, qui a rejoint Kate à Paris pour quelques jours, est également branché art. « J’ai fait des études de cinéma et aujourd’hui je travaille dans une société qui importe des films étrangers au Danemark », raconte Line en souriant.

Bien qu’elle soit amie avec Kate, elle ne vit pas à Copenhague mais à Arhus, la deuxième ville du pays. « C’est une ville très agréable, en bord de mer et près de la forêt », dépeint-elle. Selon elle, Arhus possède à la fois les caractéristiques d’une petite ville comme d’une grande ville. « Bien sûr ce n’est pas Copenhague, rigole-t-elle. C’est beaucoup plus calme. Mais c’est une ville très active, qui laisse beaucoup de place à la culture. Si tu sais où aller, si tu connais les endroits où sortir, alors c’est vraiment un endroit génial. » Son dynamisme, Arhus le doit aussi à ses étudiants, qui représentent un habitant sur six. Avec son université, ses écoles de commerce et d’ingénieurs, c’est l’une des principales villes estudiantines du pays.

Et malgré ça, Uspen n’a eu d’autre choix que de s’installer à Copenhague pour ses études. « Il suit des cours de comédie pour devenir acteur », confie Line. Du coup, les deux amoureux doivent vivre leur relation à distance. « On fait trois heures de train pour se voir », explique Uspen. Une situation plutôt inconfortable, mais le jeune homme doit en passer par là pour avoir une chance de vivre son rêve. « J’ai déjà joué dans quelques films, des films danois », raconte-t-il d’un air confiant. Créatif, le cinéma Danois s’exporte plutôt bien en Europe, à l’image des films de Lars Von Trier. Alors, qui sait, peut-être apercevrez-vous bientôt Uspen à l’écran…

Aurélia Blanc

Précédents articles de la série :
Aranza-et-Carlos : au-bord-de-la-crise-espagnole
Stacy-et-Ines, les-soeurs-anglaises-du-Père-Lachaise

Aurélia Blanc

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022