Tout a commencé à Lisbonne, en cette matinée du 25 Avril 1974. La ville aux sept collines se réveille au son des chars, pénétrant dans la ville. Des troupes envahissent les rues. C’est un coup d’état entrepris par l’armée. Le but est de mettre fin à une dictature sans fin. Kévin nous retranscrit cet évènement en s’appuyant sur les souvenirs de son père. 

Dans la mémoire de mon père, restent encore bien lisibles les souvenirs d’un enfant de dix ans, assistant à la révolution portugaise. «Ma mère me réveilla en me disant : «e a revoluçao» : c’est la révolution. Voilà comment cette journée a débuté pour lui.

Le MFA (Mouvement des Forces Armées) incite la population à rester chez soi et à garder son calme par des annonces sur certaines radios de Lisbonne. Les chansons émises à l’antenne sont, en fait, des messages codés pour permettre aux militaires de se tenir au courant de leurs ordres de mission.

« Je suis bien sûr sorti dans la rue, comme beaucoup d’entre nous. Au début, personne ne savait ce qu’il se passait, ça a été si rapide. Nous sommes tous partis au centre de la ville et c’est à ce moment-là que j’ai aperçu, pour la première fois, les blindés, les soldats et leurs fusils. Ils nous ont demandé d’évacuer les lieux. »

 En effet, le pouvoir, encore en place, a encore, à sa disposition, dans la capitale quelques troupes et des chars prêts à faire feu contre ses soldats. Ceux-ci, avec l’aide de quelques capitaines, ont l’intention de renverser, par un coup d’état, Marcelo Caetano. Ce dernier est le successeur d’Antonio Salazar, l’homme qui a débuté dans les années 30 une politique ferme dans le pays et que Caetano n’a fait que prolonger.

Nombreux militaires ne veulent plus aller perdre leurs vies inutilement dans des conflits coloniaux en Angola, Guinée-Bissau et Mozambique. Ils veulent, par la même occasion, réinstaurer la démocratie et la liberté d’expression au Portugal. Heureusement, aucun coup de feu n’a été tiré et même plusieurs des soldats pro Caetano ont fini par rejoindre les révolutionnaires.

« Ils ont pris le contrôle de la ville, sans tirer le moindre coup de feu. Je me suis rendu sur la place du Rossio, en plein cœur de Lisbonne. Le peuple se confond avec les militaires qui sont applaudis. Certaines personnes, n’imaginant pas que cela aurait pu se produire un jour, sont en larmes. Je suis monté sur un char avec mon frère, les gens ont commencé  à hurler « liberdade, liberdade ». Il y avait habituellement sur cette place quelques  fleuristes et c’est de là que l’idée leur est venue de mettre au bout de leurs canons des œillets, d’où le nom de la révolution

Ce symbole a été celui du renouveau, du coup d’état pacifiste, qu’a réussi l’armée portugaise. Le jour même, Marcelo Caetano, président du Conseil a été démis de ses fonctions et la dictature, qui durait depuis 1933, a pu cesser d’exister. Le pouvoir a enfin été rendu au peuple.

« Nous étions tellement heureux, tellement contents. Nous pouvions enfin dire ce que nous pensions, sans la peur d’être mis en prison pour nos opinons politiques ou simplement pour avoir dit que nous n’aimions pas notre gouvernement. Fini les mensonges, Fini la censure et Fini la guerre. »

La révolution des œillets restera dans l’histoire pour avoir été l’exemple parfait d’une révolution pacifiste, orchestrée par la junte militaire. Elle a permis au Portugal de changer radicalement sa structure au niveau politique, social et culturel.

« Je me souviendrai longtemps de ce jour du 25 Avril 1974, où la liberté avait pour la première fois un sens ».

 

Kévin Vaz

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022