Arrêt Boissière, 14 h, dans le XVIème arrondissement de Paris. C’est le point de rendez-vous de la manifestation organisée par la communauté malienne. Quelques slogans. Un en particulier que l’on pouvait s’approprier facilement « Le Mali : un peuple, un but, une foi». Ces personnes manifestent à cause des derniers événements qui ont secoué le pays, confronté à une rébellion touareg. Elle a conquis tout le nord du pays et déclaré unanimement son indépendance. Par ricoché, elle a également provoqué un coup d’Etat et la mise en place d’une junte militaire qui vient tout juste de rendre le pouvoir aux civils.

De militants très actifs dans les causes citoyennes et africaines étaient présents. Notamment Rokhaya Diallo, Aisa Maiga,  Mokobé et Mariam Thiam . Rokhaya, qui n’a pas d’énormes liens avec le Mali,  est quand même venue soutenir cette communauté dans son combat. Quand je lui pose la question : Pensez-vous  que les dirigeants de la Cédéao (Communauté économique des États d’Afrique de l’ouest) ont été à la hauteur des  évènements ? Elle me répond « Je crois qu’ils se sont montrés assez décevants pour beaucoup de personnes. Après c’est difficile. C’est une situation qui est arrivée de manière inattendue. Beaucoup de gens n’étaient pas préparés. Je ne sais pas de quels moyens disposent cet organisme. De l’extérieur, j’ai trouvé que l’efficacité était très faible. » Mokobé, rappeur d’origine malienne, a été pour sa part très déçu par ce coup d’État : « On ne sait pas pourquoi ils ont fait ça. Cela  n’a servi à rien. C’est le coup d’État le plus loupé des histoires des coups d’État.»

Une dame malienne me dit qu’«il faut qu’on arrête les exactions qui se produisent au nord Mali. Le problème touareg ne se réglera pas par la force. Il ne se réglera que par la négociation et le dialogue ».

Mariam Thiam me confie ce qu’elle pense de cette situation : « Moi qui ai participé à la lutte pour une démocratie au Mali en 1991, je  suis révoltée et désolée de ce qui se passe au pays».

Dans cette manifestation, on ne trouve que des pères, des mères, des salariés. Mais  peu de jeunes à l’horizon. C’est aussi le constat de Mokobé. Il trouve dommage qu’ils ne se soient pas mobilisés.

La manifestation s’est terminée dans la bonne humeur. Avec des petits groupes de manifestants qui se forment pour discuter et partager leurs idées et leur ressentiment sur la situation. On a aussi eu des chants, des danses. On avait l’impression qu’on était en famille…

Irene Alambwa

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022