Arrêt Boissière, 14 h, dans le XVIème arrondissement de Paris. C’est le point de rendez-vous de la manifestation organisée par la communauté malienne. Quelques slogans. Un en particulier que l’on pouvait s’approprier facilement « Le Mali : un peuple, un but, une foi». Ces personnes manifestent à cause des derniers événements qui ont secoué le pays, confronté à une rébellion touareg. Elle a conquis tout le nord du pays et déclaré unanimement son indépendance. Par ricoché, elle a également provoqué un coup d’Etat et la mise en place d’une junte militaire qui vient tout juste de rendre le pouvoir aux civils.

De militants très actifs dans les causes citoyennes et africaines étaient présents. Notamment Rokhaya Diallo, Aisa Maiga,  Mokobé et Mariam Thiam . Rokhaya, qui n’a pas d’énormes liens avec le Mali,  est quand même venue soutenir cette communauté dans son combat. Quand je lui pose la question : Pensez-vous  que les dirigeants de la Cédéao (Communauté économique des États d’Afrique de l’ouest) ont été à la hauteur des  évènements ? Elle me répond « Je crois qu’ils se sont montrés assez décevants pour beaucoup de personnes. Après c’est difficile. C’est une situation qui est arrivée de manière inattendue. Beaucoup de gens n’étaient pas préparés. Je ne sais pas de quels moyens disposent cet organisme. De l’extérieur, j’ai trouvé que l’efficacité était très faible. » Mokobé, rappeur d’origine malienne, a été pour sa part très déçu par ce coup d’État : « On ne sait pas pourquoi ils ont fait ça. Cela  n’a servi à rien. C’est le coup d’État le plus loupé des histoires des coups d’État.»

Une dame malienne me dit qu’«il faut qu’on arrête les exactions qui se produisent au nord Mali. Le problème touareg ne se réglera pas par la force. Il ne se réglera que par la négociation et le dialogue ».

Mariam Thiam me confie ce qu’elle pense de cette situation : « Moi qui ai participé à la lutte pour une démocratie au Mali en 1991, je  suis révoltée et désolée de ce qui se passe au pays».

Dans cette manifestation, on ne trouve que des pères, des mères, des salariés. Mais  peu de jeunes à l’horizon. C’est aussi le constat de Mokobé. Il trouve dommage qu’ils ne se soient pas mobilisés.

La manifestation s’est terminée dans la bonne humeur. Avec des petits groupes de manifestants qui se forment pour discuter et partager leurs idées et leur ressentiment sur la situation. On a aussi eu des chants, des danses. On avait l’impression qu’on était en famille…

Irene Alambwa

Articles liés

  • GameStop : révolution des traders amateurs ou victoire illusoire ?

    C’est un vent de panique qui a soufflé sur Wall Street en ce début d’année lorsque des traders en herbe, inscrits sur un forum Reddit de conseils boursiers, se sont coordonnés pour faire échouer les plans de puissants fonds d’investissements concernant une franchise de vente de jeux-vidéos. Retour sur cette folle saga qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

    Par Yunnes Abzouz
    Le 04/03/2021
  • Une école francophone à Gaza pour l’avenir des Palestiniens

    À Rafah, au sud de Gaza, l’association Tabassam Gaza entreprend d’ouvrir une école francophone. Son président Waleed Aboudipaa, enseignant de français et humanitaire gazaoui tente de proposer une offre éducative aux écoliers de la ville dont la scolarité est menacée par la guerre avec Israël et la pauvreté qui en découle.

    Par Amina Lahmar
    Le 15/02/2021
  • « Sans le vouloir on contribue au génocide des Ouïghours »

    Les États-Unis, par le biais du secrétaire d'État sortant Mike Pompeo, ont accusé la Chine de "génocide" et de "crime contre l'humanité", à propos du traitement réservé à la minorité musulmane des Ouïghours, réduite en esclavage dans des camps et acculturée par le régime. Une accusation historique, dans une période où la cause de cette minorité a été plus que jamais médiatisée. Mais où en est-on dans la lutte pour la libération d'au moins un million de personnes ? Entretien avec Dilnur Reyhan, présidente de l'institut ouïghour d'Europe.

    Par Lila Abdelkader
    Le 22/01/2021