La coupe du monde de football de 2014 et les Jeux Olympiques de 2016 auront lieu au Brésil. La ville de Rio de Janeiro se prépare à accueillir ces grands évènements sportifs. Mohamed s’est particulièrement intéressé au mythique stade Maracanã.

Le stade Maracanã de Rio de Janeiro est l’un des plus grands stades de football au monde. Maracanã ou « l’oiseau vert » en portugais brésilien, c’est même tout un symbole du foot en Amérique du Sud. C’est le lieu où ont eu lieu des rencontres mythiques, entre autres Brésil contre Argentine. C’est même pour certains le temple du football. Combien de personnes m’ont dit : » Non, mais tu vas au Brésil ?!  La chance ! Se rendre au Stade Maracanã, c’est un rêve pour tous les passionnés de football ! » Et bien sûr le passionné que je suis y est allé.

Le Brésil étant un pays très catholique, certains vont même jusqu’à dire que c’est la cathédrale du football. Au moment où je suis à Rio, il est possible de le visiter, de s’en approcher, par contre, pour regarder un match c’est encore trop tôt. Construit à l’occasion de la coupe du monde 1950 de la FIFA, il avait une capacité initiale de plus de 250 000 spectateurs (debout). Cependant, cette capacité fut réduite dans les années 1990, à 77 720 places assises (103 022, si l’on compte les places debout). Ayant déjà accueilli, lors d’une affluence record, le jour de son ouverture, 199 854 spectateurs lors du match Urugay-Brésil, le Maracanã accueille de nos jours “seulement” 82 238 spectateurs assis. Ce chiffre sera encore revu à la baisse lorsque les travaux de réaménagement et de rénovation seront terminés, avec une nouvelle capacité totale de 78 838 places. Les plus grands joueurs, que le football ait connus, ont évolué sur la pelouse de ce stade mythique, tels que Pelé ou encore Diego Maradona. Des concerts géants eurent aussi lieu avec des artistes tels que Tina Turner, Frank Sinatra ou encore Paul Mc Cartney.

Le Maracanã fait partie des douze stades qui accueilleront dans un peu plus d’un an, les 64 matchs de la Coupe du monde de football au Brésil. Il accueillera également les Jeux Olympiques de 2016. De ce fait, depuis 2010, il connaît une période de rénovation importante. Une remise en forme destinée à faire de Rio de Janeiro, le centre du monde sportif dans les années à venir. Aujourd’hui, les travaux du stade Maracanã s’accélèrent et entrent dans leur phase finale pour la Coupe des Confédérations, prévue en juin et le Mondial 2014. L’état d’avancement des travaux est un souci constant pour la FIFA. A l’heure actuelle, plus de 70% des travaux ont été effectués. Le chantier de rénovation du Maracanã coûtera à lui seul près de 900 millions de réaux, soit près de 335 millions d’euros.

entrée stadeEn Janvier, l’enceinte du Maracanã ressemblait encore à un vaste champ de guerre. Lorsque le Brésil a accueilli pour la première fois la Coupe du monde de football, en 1950, le stade de Maracanã n’était pas entièrement terminé. Pour son second mondial, le pays s’est juré de ne pas réitérer en anticipant les travaux quelques années avant. Au grand dam des fans de football, le stade du Maracanã est resté fermé aux visites durant une grande partie des travaux. Désormais, il est possible de le visiter mais seulement durant quelques jours pendant la semaine. La transformation du Maracanã est surveillée de près par les touristes du monde entier. J’ai pu moi-même aller le visiter. Toutes les agences de tourismes, les hôtels, les vendeurs ambulants sur la plage proposent une visite guidée, et même pendant les travaux c’est le rush. Les gens veulent voir à quoi va ressembler le stade, ou simplement y poser les pieds. A l’entrée du Maracanã, les fans de foot peuvent marcher sur les traces de leurs idoles!

Brahim et sa femme sont originaires de Mantes-la-Jolie, ils sont venus au Brésil pour passer les fêtes de fin d’année.  » On est à Rio, et si l’on se rend pas au stade c’est du grand n’importe quoi. Les plus grands joueurs ont joué ici, c’est un stade mythique ! Il fallait absolument que je vienne ici avec ma femme, et plus tard, je reviendrai avec mes enfants. On a pris pas mal de photos, c’est bon, on a les souvenirs dans la poche ! » Parmi les visiteurs ce jour-la : des japonais, des australiens ou encore des Russes. On peut se promener à travers la salle d’exposition près de la Calçada da Fama, qui rassemble les grands noms du football tel que Pelé. Se trouve aussi le musée du football, où l’on peut voyager à travers l’histoire du sport et du stade.

Selon le ministère des Sports et des Loisirs du Brésil, le Maracanã est l’une des attractions touristiques les plus visitées de la ville. En 2010, avant les travaux, le stade a reçu 195 000 touristes. L’année dernière, toujours en rénovation, 76 000 personnes l’ont visité. On s’attend à ce que, après la modernisation du stade, le nombre de visiteurs double. La plupart est attirée par les nouvelles technologies du nouveau temple du football. Ce climat qui allie histoire et tradition avec  rénovation et technologie est ce qui fascine et attire chaque jour plus de touristes. En plus d’être un stade, c’est aussi un musée, retraçant l’histoire du stade aux travers des grandes rencontres et du passé victorieux du Maracanã. Une impressionnante collection de maillots s’y trouve.

Les rénovations de ce stade ont suscité énormément de critiques et de polémiques ici. Déjà la durée des travaux de rénovation : elle aurait apparemment dépassé la durée même de la construction du stade pour 1950. Autrement dit, la durée de rénovation est bien plus longue que la durée de construction. Bon nombre de voix s’élève aussi à l’encontre de la façon dont le stade est en cours de façonnement. Même un ancien joueur brésilien Romário, de la seleção de 1994 grogne. Il prétend qu’avec les années, le stade du Maracanã a perdu son âme, qu’il n’est plus un bien commun. D’autre part, la privatisation du Maracanã pour une durée de 35 ans gêne la population. Pour les brésiliens, le stade a été destitué de son côté populaire où toutes les classes sociales pouvaient se côtoyer et vivre de bons moments.

Autre polémique: l’intense nettoyage des favelas environnantes et le déplacement d’une population indigène en vue de recevoir les jeux olympiques de 2016. Le nouveau Maracanã ne plait pas à tous ! En effet, les travaux réalisés autour du stade Maracanã ont déjà donné lieu à d’inquiétants déplacements de population. Le projet de modernisation du stade prévoit également la revitalisation de tout ce quartier du nord de la ville, réputé violent, afin d’en accroître la sécurité.

Rio a vu grand. La deuxième plus grande ville du Brésil va être littéralement transformée. Les voies rapides et les structures d’accueil ont déjà commencé à sortir de terre… Aux dépens des habitants les plus pauvres. Klenio, est un habitant de Rio, il habite face au Stade.  » J’en ai marre de ce stade, ça va faire plus d’un an que le bruit des travaux est devenu normal pour moi. Lorsque ça va s’arrêter, ça va me paraître bizarre. C’est bien pour notre pays d’organiser la coupe du monde, mais on est pas encore prêt. Vous savez, alors que le stade n’est même pas prêt, certains ont déjà créé des boites de nuit autour du stade. Les prostitués se mettent à apprendre l’anglais. C’est un business avant tout. »

travauxAujourd’hui, l’inquiétude subsiste toujours autour de la rénovation du stade. Après plus de 2 ans et 5 mois de travaux, le chantier n’est toujours pas terminé… Beaucoup de questions, notamment sur la sécurité, refont surface depuis l’incendie meurtrier le mois dernier, dans une discothèque, qui a fait plus de 230 morts. L’inauguration du nouveau Maracanã était prévue en décembre dernier mais a été repoussée. Le Brésil recevra l’Angleterre pour un match de gala amical le 2 juin prochain à Rio, soit quelques jours avant le début de la Coupe des Confédérations. Date à laquelle l’inauguration du stade Maracanã est en principe prévue, pour le moment…

 

Mohamed Mezerai

Articles liés

  • GameStop : révolution des traders amateurs ou victoire illusoire ?

    C’est un vent de panique qui a soufflé sur Wall Street en ce début d’année lorsque des traders en herbe, inscrits sur un forum Reddit de conseils boursiers, se sont coordonnés pour faire échouer les plans de puissants fonds d’investissements concernant une franchise de vente de jeux-vidéos. Retour sur cette folle saga qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

    Par Yunnes Abzouz
    Le 04/03/2021
  • Une école francophone à Gaza pour l’avenir des Palestiniens

    À Rafah, au sud de Gaza, l’association Tabassam Gaza entreprend d’ouvrir une école francophone. Son président Waleed Aboudipaa, enseignant de français et humanitaire gazaoui tente de proposer une offre éducative aux écoliers de la ville dont la scolarité est menacée par la guerre avec Israël et la pauvreté qui en découle.

    Par Amina Lahmar
    Le 15/02/2021
  • « Sans le vouloir on contribue au génocide des Ouïghours »

    Les États-Unis, par le biais du secrétaire d'État sortant Mike Pompeo, ont accusé la Chine de "génocide" et de "crime contre l'humanité", à propos du traitement réservé à la minorité musulmane des Ouïghours, réduite en esclavage dans des camps et acculturée par le régime. Une accusation historique, dans une période où la cause de cette minorité a été plus que jamais médiatisée. Mais où en est-on dans la lutte pour la libération d'au moins un million de personnes ? Entretien avec Dilnur Reyhan, présidente de l'institut ouïghour d'Europe.

    Par Lila Abdelkader
    Le 22/01/2021