L’humoriste star de la télé, le Jon Stewart Egyptien, a décidé de jeter l’éponge. Il s’appelle Bassem Youssef, mais on l’appelle aussi Docteur Bassem Youssef. Cet ancien chirurgien de formation est devenu humoriste et animateur depuis 2011 de l’une des émissions les plus populaires d’Egypte, El-Bernameg.

El-Bernameg, en égyptien, le Show, en éyptien. Une émission satirique quotidienne, sur le mode des late-night shows américains ou du Petit Journal en France qui rencontrait un incroyable succès dans le pays à tel point que sa renommée a franchi les frontières. Le Time magazine avait même nommé Bassem Youssef comme l’une des 100 personnes les plus influentes dans le monde.

Mais lundi dernier, comme une conséquence quasi immédiate de l’élection du Maréchal Abdel Fattah Al-Sissi, Bassem a convoqué son staff, les médias et journalistes lors d’une conférence de presse, dans le décor de son studio pour annoncer que son émission ne reviendrait plus à l’antenne. Une annonce précédée par une longue ovation pour cet homme qui symbolisait à la télévision l’esprit de la révolution égyptienne post Moubarak.

« Je remercie la chaîne MBC pour toute la période de notre collaboration et en aucun cas, je ne peux reprocher quoi que ce soit à la chaîne MBC. Les responsables de la chaîne ont tout fait pour faire durer le programme mais malheureusement les pressions étaient plus fortes. Cela veut dire que le problème n’est pas dans le contenu du programme mais c’est le programme lui-même. Pour le coup, ce programme ne peut pas continuer, ni sur MBC, ni sur une autre chaîne arabe ou étrangère » a-t-il dit avant d’ajouter : « Nous sommes fatigués de passer d’une chaîne à une autre, en subissant à chaque fois une pression psychologique, mentale et matérielle jusqu’à ce que le programme soit arrêté de nouveau« .

L’Egypte ne sait plus rire. L’ambiance n’est plus propice aux spectacles d’humour. Les pressions étaient devenues insupportables pour lui et son staff, ils ne cessaient de recevoir des menaces. Et pourtant l’histoire de cette émission était belle. Pendant deux ans, le show a tenu le coup. Malgré tout. Malgré les pressions politiques incessantes, les procès en tout genre, les ennuis judiciaires, Bassem Youssef et son équipe avaient tenu bon. Le gouvernement en place n’a jamais osé déprogrammer l’émission.

Mais tout a changé avec la destitution du Mohamed Morsi. Déchu après un coup d’état organisé par l’armée. Cette fois-ci les attaques de Bassem à l’égard de l’institution militaire ne passent pas. Le 25 octobre dernier, était diffusé le premier numéro de la troisième saison du programme. A ce moment là, personne ne le sait, mais ce sera le dernier. Il faut dire que Bassem Youssef s’en prenait directement à Abdel-Fattah Al-Sissi qu’il met au défi de ne pas censurer son émission par le biais d’un sketch très drôle.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/x16s8pg_bassem-youssef-al-bernameg-3-3_fun#from=embediframe[/dailymotion]

Bassem Youssef y va fort. Comme il y allait fort contre les frères musulmans ou le Président Morsi, mais trois ans après la révolution, ça ne passe plus. L’Egypte a perdu l’envie de rire. Résultat, l’émission est brutalement déprogrammée. Le 1er novembre, seulement quelques minutes avant la diffusion d’El-Bernameg, un journaliste de la chaîne privée CBC qui hébergeait l’émission, vient lire un communiqué pour expliquer aux téléspectateurs qu’ils ne verront pas leur rendez-vous. Officiellement pour des raisons artistiques, techniques et commerciales. Sans évoquer les raisons politiques bien évidemment.

Bassem est donc suspendu après seulement un numéro de la troisième saison de son émission mais pas découragé. Il va au contraire se lancer dans une grande campagne pour trouver un autre diffuseur.

Il mettra trois mois à trouver une autre chaîne et sera de retour le 7 février 2014 sur MBC Masr autrement dit MBC Egypte, propriété des Saoudiens. Mais là encore, rien ne sera simple. D’autant que Bassem frappe toujours sur Al Sissi, candidat à l’époque à l’élection présidentielle. Résultat, l’émission est suspendue pendant la campagne pour officiellement, ne pas influencer les électeurs.

Elle était sensée revenir à l’antenne le 29 mai dernier, ce qui n’arrivera jamais. Impossible de taper sur Al Sissi sur une chaîne saoudienne alors que l’Arabie Saoudite soutient ouvertement le nouveau président égyptien. Un retour en arrière terrible que n’a pas oublié de dénoncer Jon Stewart l’animateur du célèbre Daily Show dont s’était inspiré Bassem Youssef et auquel il avait d’ailleurs été invité.

Bassem Youssef, est aussi l’objet de plusieurs plaintes pour outrages à l’armée. Il est devenu une icône aimée et détestée en Egypte, mais très appréciée dans le reste du monde. il reste le symbole de la liberté d’expression en Egypte, qui en perd beaucoup dans cette affaire.

Il a même reçu de la part de médias arabes mais aussi étrangers des offres très alléchantes. mais comme il l’a dit lundi lors de sa conférence de presse : « Emettre notre émission depuis l’étranger, c’est tuer la crédibilité de notre programme. En effet, nous avons reçu des offres étrangères très alléchantes. Mais la place de ce programme est en Egypte et pas ailleurs. »

Mohamed Mezerai

Articles liés

  • GameStop : révolution des traders amateurs ou victoire illusoire ?

    C’est un vent de panique qui a soufflé sur Wall Street en ce début d’année lorsque des traders en herbe, inscrits sur un forum Reddit de conseils boursiers, se sont coordonnés pour faire échouer les plans de puissants fonds d’investissements concernant une franchise de vente de jeux-vidéos. Retour sur cette folle saga qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

    Par Yunnes Abzouz
    Le 04/03/2021
  • Une école francophone à Gaza pour l’avenir des Palestiniens

    À Rafah, au sud de Gaza, l’association Tabassam Gaza entreprend d’ouvrir une école francophone. Son président Waleed Aboudipaa, enseignant de français et humanitaire gazaoui tente de proposer une offre éducative aux écoliers de la ville dont la scolarité est menacée par la guerre avec Israël et la pauvreté qui en découle.

    Par Amina Lahmar
    Le 15/02/2021
  • « Sans le vouloir on contribue au génocide des Ouïghours »

    Les États-Unis, par le biais du secrétaire d'État sortant Mike Pompeo, ont accusé la Chine de "génocide" et de "crime contre l'humanité", à propos du traitement réservé à la minorité musulmane des Ouïghours, réduite en esclavage dans des camps et acculturée par le régime. Une accusation historique, dans une période où la cause de cette minorité a été plus que jamais médiatisée. Mais où en est-on dans la lutte pour la libération d'au moins un million de personnes ? Entretien avec Dilnur Reyhan, présidente de l'institut ouïghour d'Europe.

    Par Lila Abdelkader
    Le 22/01/2021