Cela ressemble à une histoire fabriquée tant elle se situe aux frontières de l’absurde. Depuis des mois, les migrants Tunisiens arrivés à Paris via l’île de Lampedusa passent de parcs en squats, de gymnases en squares, se mettent en rang pour un plat chaud qu’ils engloutissent, debout. En pénétrant dans cet immeuble de trois étages du 36 rue Botzaris, dans le 19e à Paris, les migrants recherchaient un toit. Très vite, la situation les dépasse.

Ces Tunisiens venus chercher une vie meilleure en Europe trouvent refuge dans l’antre du loup. Celui-là même qu’ils ont justement fui, au péril de leur vie. Vingt-quatre heures sur un bateau qui tanguent et qui prend l’eau, pour atterrir ici ? Les Tunisiens du 36 rue Botzaris, se sont transformés en enquêteurs malgré eux, en « experts à Paris ». Ils découvrent que le centre culturel tunisien qu’ils squattent n’est autre le siège de la représentation du RCD en France, le parti de Ben Ali, le président déchu.

A l’intérieur, la vie s’organise. Les migrants s’occupent à visiter les bureaux et tombent sur une manne inattendue de documents qui témoignent des activités louches du RCD. Ils trient, classent, filment, photographient, stockent tout ce qu’ils peuvent, à l’extérieur du bâtiment, dans un local tenu secret. Le téléphone arabe se met alors en marche et les dossiers trouvés dans les bureaux semblent intéresser de nombreuses personnes. Objets et dossiers commenceraient à se monnayer. Parfois, les migrants remettent des documents à certaines personnes. Celles qui ont su montrer patte blanche. Ils font confiance à ces dernières, jusqu’au jour où elles disparaissent, les bras chargés de ce qu’elles étaient venues chercher.

Il y a quelques jours, l’immeuble a été évacué par les forces de l’ordre au petit matin. Utilisation de bombes lacrymogènes, affaires personnelles confisquées, garde à vue. Certains sont allés aux urgences. Pour Ali Gargouri, membre du nouveau parti politique tunisien Afek Tounès, « la situation n’est plus supportable, il faut trouver un hébergement d’urgence pour ces personnes ».

En attendant, les jeunes migrants de Tunisie pique-niquent sur la pelouse plus tout à fait verte du parc des Buttes Chaumont. Les plus jeunes téléphonent à leur maman, la voix tremblante pendant que les autres rédigent leurs CV et leur projet professionnel dans l’espoir de rentrer chez eux et de commencer une autre vie.

Mona Choule

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xjlpv0_video-bondy-blog-tunisiens_news[/dailymotion]

Montage vidéo : M. Ch.

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022