COUPE DU MONDE. Alors que le match qui oppose l’Algérie à la Belgique vient de commencer et que les premiers klaxons retentissent ici à Bondy, Mohamed, qui est au Brésil a pu dresser le portrait du supporter algérien.

Ça y est, la 20e édition de la coupe du monde a été lancée il y a quelques jours. Des images de jolies supportrices et de supporters défilent à longueur de journée sur nos écrans. Et parmi eux il y a le supporter fidèle qui est présent aussi bien dans les bons ou mauvais moments. Ou encore celui qui ne connait ni la règle du hors-jeu ni le nom des joueurs de son équipe « préférée depuis longtemps ». Il y a aussi le  supporter fanatique qui dédie sa vie à son équipe. Et il y a…le supporter algérien*.

Imaginez que vous soyez en train de regarder une rencontre opposant par exemple, le Japon à la Côte d’Ivoire. A priori il n’y a rien qui puisse lier ces deux nations à l’Algérie. Puis soudain lors d’un gros plan vous apercevez un drapeau algérien. Cela semble-t-il étrange ? Pas aux yeux du supporter algérien. En effet ce dernier ne vit que pour une chose : brandir le drapeau de sa nation en toute circonstance.

Que l’on se le dise tout de suite. Pour encourager son équipe nationale de football,  le supporter algérien  ne lésine pas sur les moyens. Ainsi  il lui arrive de monter parfois torse nu, sur les poteaux d’éclairage du stade.  Avec un drapeau algérien dans les mains bien évidemment.  Et nul besoin de s’étendre sur les raisons de cet acte, car « seul un algérien peut comprendre » dixit tous les Algériens a qui j’ai daigné demander pourquoi.

Chez le supporter algérien, la nuance n’existe point. Encore moins la retenue. C’est donc avec excès qu’il manifeste généralement son enthousiasme lorsque son équipe joue.  Et ce sans condition. Match amical, match de poule ou phase finale, peu importe. Le supporter algérien se doit de faire du boucan chez lui, dans la rue ou même…chez vous. Rien ne peut stopper sa frénésie.

Par ailleurs, ce qui est assez drôle avec le supporter  algérien, c’est la confiance aveugle qu’il manifeste envers ses joueurs. Effectivement il aime à croire que  son équipe peut battre n’importe quelle tête d’affiche. Voire gagner la coupe du monde**. Et quand celle-ci est menée au score, c’est la catastrophe. Car sous l’emprise de la passion, le supporter algérien a parfois tendance à jeter sur le terrain tous les objets qui lui passent sous la main.

Vous l’aurez donc compris. Le supporter algérien a une manière bien particulière d’encourager son équipe. Et quoi qu’on en dise, ce dernier demeure et demeurera  singulier, car que son équipe perde ou gagne, il fera toujours couler le selecto à flots en chantant « one two three viva l’Algérie ».

Ps : si vous entendez une énorme liesse de foule, ne vous inquiétez pas, l’Algérie vient de faire match nul.

*bien évidemment je ne parle pas de tous les supporters algériens (ou pas).

**Opinion des supporters les plus atteints par le chauvinisme algérien.

Mohamed K.

Articles liés

  • GameStop : révolution des traders amateurs ou victoire illusoire ?

    C’est un vent de panique qui a soufflé sur Wall Street en ce début d’année lorsque des traders en herbe, inscrits sur un forum Reddit de conseils boursiers, se sont coordonnés pour faire échouer les plans de puissants fonds d’investissements concernant une franchise de vente de jeux-vidéos. Retour sur cette folle saga qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

    Par Yunnes Abzouz
    Le 04/03/2021
  • Une école francophone à Gaza pour l’avenir des Palestiniens

    À Rafah, au sud de Gaza, l’association Tabassam Gaza entreprend d’ouvrir une école francophone. Son président Waleed Aboudipaa, enseignant de français et humanitaire gazaoui tente de proposer une offre éducative aux écoliers de la ville dont la scolarité est menacée par la guerre avec Israël et la pauvreté qui en découle.

    Par Amina Lahmar
    Le 15/02/2021
  • « Sans le vouloir on contribue au génocide des Ouïghours »

    Les États-Unis, par le biais du secrétaire d'État sortant Mike Pompeo, ont accusé la Chine de "génocide" et de "crime contre l'humanité", à propos du traitement réservé à la minorité musulmane des Ouïghours, réduite en esclavage dans des camps et acculturée par le régime. Une accusation historique, dans une période où la cause de cette minorité a été plus que jamais médiatisée. Mais où en est-on dans la lutte pour la libération d'au moins un million de personnes ? Entretien avec Dilnur Reyhan, présidente de l'institut ouïghour d'Europe.

    Par Lila Abdelkader
    Le 22/01/2021