COUPE DU MONDE. Alors que le match qui oppose l’Algérie à la Belgique vient de commencer et que les premiers klaxons retentissent ici à Bondy, Mohamed, qui est au Brésil a pu dresser le portrait du supporter algérien.

Ça y est, la 20e édition de la coupe du monde a été lancée il y a quelques jours. Des images de jolies supportrices et de supporters défilent à longueur de journée sur nos écrans. Et parmi eux il y a le supporter fidèle qui est présent aussi bien dans les bons ou mauvais moments. Ou encore celui qui ne connait ni la règle du hors-jeu ni le nom des joueurs de son équipe « préférée depuis longtemps ». Il y a aussi le  supporter fanatique qui dédie sa vie à son équipe. Et il y a…le supporter algérien*.

Imaginez que vous soyez en train de regarder une rencontre opposant par exemple, le Japon à la Côte d’Ivoire. A priori il n’y a rien qui puisse lier ces deux nations à l’Algérie. Puis soudain lors d’un gros plan vous apercevez un drapeau algérien. Cela semble-t-il étrange ? Pas aux yeux du supporter algérien. En effet ce dernier ne vit que pour une chose : brandir le drapeau de sa nation en toute circonstance.

Que l’on se le dise tout de suite. Pour encourager son équipe nationale de football,  le supporter algérien  ne lésine pas sur les moyens. Ainsi  il lui arrive de monter parfois torse nu, sur les poteaux d’éclairage du stade.  Avec un drapeau algérien dans les mains bien évidemment.  Et nul besoin de s’étendre sur les raisons de cet acte, car « seul un algérien peut comprendre » dixit tous les Algériens a qui j’ai daigné demander pourquoi.

Chez le supporter algérien, la nuance n’existe point. Encore moins la retenue. C’est donc avec excès qu’il manifeste généralement son enthousiasme lorsque son équipe joue.  Et ce sans condition. Match amical, match de poule ou phase finale, peu importe. Le supporter algérien se doit de faire du boucan chez lui, dans la rue ou même…chez vous. Rien ne peut stopper sa frénésie.

Par ailleurs, ce qui est assez drôle avec le supporter  algérien, c’est la confiance aveugle qu’il manifeste envers ses joueurs. Effectivement il aime à croire que  son équipe peut battre n’importe quelle tête d’affiche. Voire gagner la coupe du monde**. Et quand celle-ci est menée au score, c’est la catastrophe. Car sous l’emprise de la passion, le supporter algérien a parfois tendance à jeter sur le terrain tous les objets qui lui passent sous la main.

Vous l’aurez donc compris. Le supporter algérien a une manière bien particulière d’encourager son équipe. Et quoi qu’on en dise, ce dernier demeure et demeurera  singulier, car que son équipe perde ou gagne, il fera toujours couler le selecto à flots en chantant « one two three viva l’Algérie ».

Ps : si vous entendez une énorme liesse de foule, ne vous inquiétez pas, l’Algérie vient de faire match nul.

*bien évidemment je ne parle pas de tous les supporters algériens (ou pas).

**Opinion des supporters les plus atteints par le chauvinisme algérien.

Mohamed K.

Articles liés

  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022
  • Lisa Koperqualuk, figure du militantisme inuit au Canada

    Essayiste, militante pour les droits des Inuits, anthropologue, conservatrice dans un musée… Il serait difficile de décrire en quelques mots Lisa Koperqualuk. Cette femme inuite originaire du Nunavik (Nord du Québec) semble avoir déjà vécu mille vies et mené mille combats et représente un modèle de réussite pour sa communauté. Rencontre.

    Par Emeline Odi
    Le 21/06/2022
  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022