Terroriste d’hier devenu héros du présent, Nelson Mandela, chantre du combat contre la ségrégation raciale, laisse derrière lui un enseignement d’humanité sans borne. Hommage.

On peut emprisonner un homme, mais on ne peut rien faire contre ses idées. Toutes les geôles du monde ne pourront jamais effacer de la mémoire des hommes ce besoin vital de liberté de conscience, d’opinion, d’expression. C’est la première leçon à retenir de la vie de Mandela.

On peut ralentir la propagation des envies et des besoins de liberté,  infuser la peur dans les têtes, faire taire les soutiens, terroriser les proches, manipuler les opinions, mener des actions pour déshumaniser les hommes. Rien ne peut entraver les êtres décidés à emprunter les chemins de la liberté. Chaque obstacle, chaque injustice est une preuve de la justesse de leur lutte. Ce qui ne vous tue pas, vous renforce. C’est la deuxième leçon.

La liberté est certainement la condition humaine la plus difficile à conquérir. Elle est un bien inestimable. Elle est sans cesse remise en question, menacée, combattue. Elle ne se donne pas, elle ne se reçoit pas, elle se  gagne et il faut la défendre sans concession. C’est la troisième leçon.

Pendant des années, Nelson Mandela et des milliers de militants de l’ANC se sont battus pour libérer les leurs du joug du racisme dans un système d’apartheid. Ils étaient considérés comme des terroristes par de nombreux chefs d’Etat occidentaux. Ce sont les mêmes, aujourd’hui, qui impriment leur hypocrisie funéraire dans les communiqués de presse et qui forcent leur timbre de voix pour jouer leur petite musique compassionnelle. En politique, la honte de soi n’existe pas et le courage est un mot proscrit. Quatrième leçon.

Enfin, Mandela a renversé une dictature sans résolution de l’ONU, sans coalition militaire étrangère, sans import d’un pseudo-système démocratique, et en évitant une guerre civile. C’est le summum de l’art politique ! Dans l’histoire du XXe siècle, on compte ces grands hommes sur les doigts d’une seule main. C’est certainement la plus grande leçon de Madiba aux pompiers pyromanes et aux apprentis sorciers du moment…

Nordine Nabili

Articles liés

  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022
  • Lisa Koperqualuk, figure du militantisme inuit au Canada

    Essayiste, militante pour les droits des Inuits, anthropologue, conservatrice dans un musée… Il serait difficile de décrire en quelques mots Lisa Koperqualuk. Cette femme inuite originaire du Nunavik (Nord du Québec) semble avoir déjà vécu mille vies et mené mille combats et représente un modèle de réussite pour sa communauté. Rencontre.

    Par Emeline Odi
    Le 21/06/2022
  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022