Terroriste d’hier devenu héros du présent, Nelson Mandela, chantre du combat contre la ségrégation raciale, laisse derrière lui un enseignement d’humanité sans borne. Hommage.

On peut emprisonner un homme, mais on ne peut rien faire contre ses idées. Toutes les geôles du monde ne pourront jamais effacer de la mémoire des hommes ce besoin vital de liberté de conscience, d’opinion, d’expression. C’est la première leçon à retenir de la vie de Mandela.

On peut ralentir la propagation des envies et des besoins de liberté,  infuser la peur dans les têtes, faire taire les soutiens, terroriser les proches, manipuler les opinions, mener des actions pour déshumaniser les hommes. Rien ne peut entraver les êtres décidés à emprunter les chemins de la liberté. Chaque obstacle, chaque injustice est une preuve de la justesse de leur lutte. Ce qui ne vous tue pas, vous renforce. C’est la deuxième leçon.

La liberté est certainement la condition humaine la plus difficile à conquérir. Elle est un bien inestimable. Elle est sans cesse remise en question, menacée, combattue. Elle ne se donne pas, elle ne se reçoit pas, elle se  gagne et il faut la défendre sans concession. C’est la troisième leçon.

Pendant des années, Nelson Mandela et des milliers de militants de l’ANC se sont battus pour libérer les leurs du joug du racisme dans un système d’apartheid. Ils étaient considérés comme des terroristes par de nombreux chefs d’Etat occidentaux. Ce sont les mêmes, aujourd’hui, qui impriment leur hypocrisie funéraire dans les communiqués de presse et qui forcent leur timbre de voix pour jouer leur petite musique compassionnelle. En politique, la honte de soi n’existe pas et le courage est un mot proscrit. Quatrième leçon.

Enfin, Mandela a renversé une dictature sans résolution de l’ONU, sans coalition militaire étrangère, sans import d’un pseudo-système démocratique, et en évitant une guerre civile. C’est le summum de l’art politique ! Dans l’histoire du XXe siècle, on compte ces grands hommes sur les doigts d’une seule main. C’est certainement la plus grande leçon de Madiba aux pompiers pyromanes et aux apprentis sorciers du moment…

Nordine Nabili

Articles liés

  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022
  • Covax : « la crise rappelle à quel point l’Afrique est dépendante de l’Occident »

    Alors que l'épidémie de Covid-19 se stabilise en France grâce notamment au vaccin, le reste des pays du Sud font face à une pénurie d'approvisionnement. Le mécanisme Covax de l'OMS destiné à mettre en place un accès équitable des doses de vaccin a des difficultés à remplir ses objectifs, principalement en raison de l’accaparement des doses vaccin par les États les plus riches. Analyse.

    Par Olorin Maquindus
    Le 11/10/2021
  • Au Sénégal, on célèbre le grand Magal à Touba

    Ce dimanche 26 septembre, la ville sainte de Touba au Sénégal accueille des centaines de milliers de pèlerins musulmans venus de tout le pays, mais aussi d’Afrique, d’Europe, et des États Unis pour le grand Magal. Un pèlerinage, fait d'histoire coloniale, de résistance et de foi, centré autour de la figure de Cheikh Ahmadou Bamba. Récit.

    Par Kab Niang
    Le 26/09/2021