Je connaissais Montreuil : « Le pays où la vie est moins chère », avec ses commerçants défiant toute concurrence nationale et son fameux marché au puces ! Lorsque je me suis rendu à Londres, j’ai compris qu’on avait vraiment de la chance, nous Bondynois, d’habiter pas si loin de Paris la vachement chouette. Ces vacances sont donc l’occasion de bouger un petit peu. Pourquoi pas la capitale britannique ? Mais partir sur un coup tête en plein juillet, ça doit coûter la peau du cou ! Sur le site de la SNCF, pour un aller-retour, il faut compter 150 euros minimum. Et si, comme moi, on s’amuse à choisir le plus onéreux, on atteint les 6 heures de train à 300 euros ! J’ai vite cliqué sur eBay. Ça m’a permis de trouver un gentil bonhomme, qui m’a cédé un ticket bon marché. Les dates me conviennent, juste quelques jours, et hop ! Pour 70 euros, j’arrache un aller-retour Paris-Londres. Je chope le train de midi moins le quart à la gare de Bondy, je saute dans l’Eurostar de 12h16 à la gare du Nord, direction London Waterloo !

Arrivé à destination, j’ai regretté d’avoir fait le con pendant les cours d’anglais du collège et du lycée, soit dit en passant. On sait bien que la vie à Londres n’est pas faite pour les pauvres, mais on se dit qu’on ne sera pas plus taxé qu’à Paris. Ben non ! Première stupeur, les tarifs du métro et des bus: le ticket de base vaut 4 Livres Sterling. Petit rappel, 1£ = 1,50 e = 10 francs. J’applique la règle de trois: 40 francs le sésame. Pour moi, jeune Français, ce montant est exagéré. Il sera plus intéressant d’acheter l’équivalent de la carte orange. Je m’en sors pour 19,5 £ la carte de trois jours. Côté nourriture et loisirs, c’est tout aussi bonbon : plus de 6 £ sa pitance au Burger King ; 5 £ pour faire trois minutes de pousse-pousse; 2£ pour pouvoir se soulager ; plus de 5 £ pour un paquet de clopes; et 15 £ pour monter dans la célèbre grande roue au bord de la Tamise.

Ce que je n’ai encore jamais vu à Paris et qu’on croise ici, ce sont les types dans les grandes rues marchandes, portant une pancarte qui indique le MacDonald du coin ! Un peu barbant, comme taf. Mais quand j’en parle à l’un d’entre eux, il trouve ça cool, et le salaire semble correct : 6£ de l’heure. D’après lui, c’est mieux payé que le Smic anglais, qui serait de 5,35 £. C’est très proche de notre Smic, mais avec leur coût de la vie bien plus élevé, on se demande comment ils font, les Anglais !

Ce qui m’a plu, ce sont les espaces verts immenses en pleine ville, où l’on se dépayse complètement en allant mater les écureuils et s’allonger sur un transat. Jusqu’au moment où un homme muni d’une boîte vient vous voir et vous demande : « 2 pounds please ! » Et oui, il faut payer 20 francs pour s’asseoir ! « It is not free ? »  « Ah ! Ha ! Ha ! You are in London, nothing is free ! »   Londres, c’est aussi chouette que Paris, mais qu’est-ce que ça douille !

Chou SIN

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022