Le projet pour la nouvelle mosquée de l’est londonien était colossal. Avec une capacité de près de 10.000 fidèles, le centre Riverine, aussi connu sous le nom d’Abbey Mills Mosquee, aurait été un des plus grands centres islamiques d’Europe, le premier du Royaume-Uni. A deux pas du parc olympique de Stratford, la mosquée aurait été divisée entre deux salles de prière, l’une pouvant accueillir 7.500 hommes et l’autre environ 2.500 femmes. En comparaison, la plus grande cathédrale de Grande-Bretagne à Birmingham  a une capacité maximale de 3.000 personnes.

Le gouvernement local de Newham a cependant mis fin au projet le 6 décembre dernier. Concerné par la taille colossale des infrastructures, il s’est inquiété des problèmes de circulation et de stationnement qu’occasionnerait la mosquée. Ce vote intervient après une série de tensions entre le Council et Tablighi Jamaat, le groupe missionnaire islamique menant campagne depuis 10 ans pour la construction d’une telle mosquée sur le site de celle, provisoire, qu’il anime déjà et dont la capacité n’excède pas les 2,500 fidèles.

Ce groupe créée dans les années 1920 en Inde a pourtant déclaré prendre ses distances de toute « activité politique ou controversée et promouvoir la démocratie et la liberté » tout en promouvant « une intégration sociale et religieuse ». Les opposants au projet ont quant à eux exprimés des doutes quant à l’honnêteté des religieux, craignant que le quartier ne devienne le « premier territoire anglais régi par la loi islamique ».

La presse n’a pas manqué de souligner que le groupe a été par le passé accusé de radicaliser les jeunes musulmans des quartiers pauvres de la banlieue est londonienne. Plusieurs des terroristes responsables des attentats du 21 juillet 2005 à Londres étaient des fidèles de mosquées gérées par le groupe qui contrôle une grande partie des mosquées de l’Est londonien. D’un point de vue idéologique, le groupe n’est pourtant pas proche des musulmans orthodoxes. Il se borgne à imiter de très près le mode de vie du prophète Mahomet et parait à ce titre proche d’une obscure secte. Nombre de ses pratiques sont en désaccord avec l’orthodoxie diffusé depuis la péninsule arabique.

Dans mon entourage, les étudiants musulmans regrettent la décision du conseil de Newham.  L’un d’entre eux me confie être attristé par le fait que la construction de mosquée soit laissé aux mains de groupes comme Tablighi Jamaat. « Des projets plus modérés, plus en phase avec les quartiers auraient pu voir le jour. Maintenant à cause du bruit médiatique, tout le monde sera dressé contre n’importe quel projet de mosquée. C’est un mauvais exemple ».

Rémi Hattinguais

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022