Le projet pour la nouvelle mosquée de l’est londonien était colossal. Avec une capacité de près de 10.000 fidèles, le centre Riverine, aussi connu sous le nom d’Abbey Mills Mosquee, aurait été un des plus grands centres islamiques d’Europe, le premier du Royaume-Uni. A deux pas du parc olympique de Stratford, la mosquée aurait été divisée entre deux salles de prière, l’une pouvant accueillir 7.500 hommes et l’autre environ 2.500 femmes. En comparaison, la plus grande cathédrale de Grande-Bretagne à Birmingham  a une capacité maximale de 3.000 personnes.

Le gouvernement local de Newham a cependant mis fin au projet le 6 décembre dernier. Concerné par la taille colossale des infrastructures, il s’est inquiété des problèmes de circulation et de stationnement qu’occasionnerait la mosquée. Ce vote intervient après une série de tensions entre le Council et Tablighi Jamaat, le groupe missionnaire islamique menant campagne depuis 10 ans pour la construction d’une telle mosquée sur le site de celle, provisoire, qu’il anime déjà et dont la capacité n’excède pas les 2,500 fidèles.

Ce groupe créée dans les années 1920 en Inde a pourtant déclaré prendre ses distances de toute « activité politique ou controversée et promouvoir la démocratie et la liberté » tout en promouvant « une intégration sociale et religieuse ». Les opposants au projet ont quant à eux exprimés des doutes quant à l’honnêteté des religieux, craignant que le quartier ne devienne le « premier territoire anglais régi par la loi islamique ».

La presse n’a pas manqué de souligner que le groupe a été par le passé accusé de radicaliser les jeunes musulmans des quartiers pauvres de la banlieue est londonienne. Plusieurs des terroristes responsables des attentats du 21 juillet 2005 à Londres étaient des fidèles de mosquées gérées par le groupe qui contrôle une grande partie des mosquées de l’Est londonien. D’un point de vue idéologique, le groupe n’est pourtant pas proche des musulmans orthodoxes. Il se borgne à imiter de très près le mode de vie du prophète Mahomet et parait à ce titre proche d’une obscure secte. Nombre de ses pratiques sont en désaccord avec l’orthodoxie diffusé depuis la péninsule arabique.

Dans mon entourage, les étudiants musulmans regrettent la décision du conseil de Newham.  L’un d’entre eux me confie être attristé par le fait que la construction de mosquée soit laissé aux mains de groupes comme Tablighi Jamaat. « Des projets plus modérés, plus en phase avec les quartiers auraient pu voir le jour. Maintenant à cause du bruit médiatique, tout le monde sera dressé contre n’importe quel projet de mosquée. C’est un mauvais exemple ».

Rémi Hattinguais

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022