Décédé le 5 décembre dernier, Nelson Mandela a rejoint Qunu, son village dans le Transkai, en pays Xhosa, après une semaine de funérailles nationales. Derniers hommages pour une reconnaissance éternelle.

Cet homme restera dans tous les esprits. Il était connu pour ses 27 années de prison, mais aussi pour son combat. Madiba, je l’ai connu au collège, quand j’ai entendu Afrique du Sud. Je me demandais s’il s’agissait d’une région comme on nomme le reste du continent par « Afrique de l’est ou du nord » par exemple, ou si c’était un pays. J’ai donc commencé par bouquiner, à la recherche d’informations. Et c’est là que j’ai compris que c’était un pays vaste situé au sud du continent africain.

L’histoire de ce pays ayant subi l’apartheid m’a beaucoup touché. Certaines images connues aussi. Comme ce jeune garçon portant un enfant blessé dans ses bras ou encore cette infirmière en détresse un bébé extrêmement maigre dans ses mains, demandant simplement que ce nourrisson soit nourri. Là j’ai compris que Nelson Mandela avait vraiment accompli quelque chose de grand. Ce dimanche, après dix jours de deuil, la terre du sud a repris ce modèle de la liberté et de l’amour.

La cérémonie stricte, faite de discours, qui mêlait honneurs militaires et rites traditionnels Xhosa, a été loin de l’euphorie qui, la veille, avait accompagné le corbillard de Mandela vers Mthatha, la capitale régionale. Devant le cercueil, et son parterre d’invités représentant presque toutes les nations, le président sud-africain Jacob Zuma a rappelé, combien le pays devait au défunt. « Et aujourd’hui plus que jamais, nous devons l’écouter. Ses paroles sont souvent comme des versets de la Bible » a-t-il ajouté. Ce matin, son village de Qunu voyait revenir l’enfant sauveur du pays.

Beaucoup se réjouisse de voir l’épisode Mandela se finir, et ne se gêne pas pour le dire sur les réseaux sociaux et les commentaires d’articles. Je peux comprendre que ces incultes se sont lassés de tous ces articles, tout cet engouement face à la mort du premier président sud-africain noir. Mais l’histoire, elle, et surtout la sienne, resteront dans nos mémoires et nos livres d’histoire qu’ils le veuillent ou non. Si cet homme n’est plus parmi nous maintenant, une trace de l’apartheid restera à jamais gravée.

Et elle est dans le drapeau du pays. Ses couleurs ont toutes un sens particulier dans le pays de Madiba, et sa forme de « Y » aussi : le bleu représente le ciel, le vert la terre africaine, le blanc les natifs européens et le noir la population noire, le jaune symbolise la richesse aurifère du pays et le rouge, c’est le sang. Celui versé par tous ces hommes durant les différents conflits du pays notamment l’apartheid. Le « Y » renversé est l’union de tous ces symboles, qui font l’histoire du pays qu’elle soit belle ou pas. Bon voyage Madiba, et que ta force, ton combat et ton pardon soient des valeurs universelles.

Inès El Laboudy

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022