Deuxième invité de l’émission Génération Bondy, tournée lundi, Maurice Leroy a répondu aux question de nos bloggeurs et des journalistes qui les accompagnaient.  Gérard Leclerc a ouvert le bal, en duo avec Widad Kefti, par des questions d’actualité. Le ministre de la ville s’est dit enthousiasmé par les révolutions qui touchent les pays arabes : « Sans violences pour la plupart d’entre elles, sauf en Libye malheureusement. » « La France ne doit surtout pas être une donneuse de leçons », continue-t-il, tout en défendant la diplomatie du gouvernement auquel il appartient : « Si on s’était exprimé plus tôt sur les événements, notamment en Tunisie, en tant qu’ancienne puissance coloniale, on nous aurait dit : Vous êtes bien sympas les Français mais bon… Laissons ces pays faire leur révolution. »

Le ministre n’est pas favorable, après celui sur l’identité nationale,  à un nouveau débat sur l’islam : « J’ai déjà dénoncé le premier débat. Ils servent les intérêts de Marine (ndlr : Marine Le Pen) plus qu’autre chose. D’un autre côté, le silence sur ces questions, ce n’est pas bon non plus. » Pour lui, s’il y a débats, il faut qu’ils soient « utiles, opportuns, mieux pilotés ».

Alexandre Devecchio qui est de la maison, parle au ministre de la ville – et du Grand Paris – de ses problèmes liés à la ligne 13.  Tout un numéro cette garce : chaque jour ce métro porte malheur à des milliers d’usagers qui ont l’impression de voyager en classe bétail. Une fois, véridique, j’ai fusionné avec un curé tellement on était collé l’un à l’autre. Je suis rentré à la maison avec une croix autour du cou et lui s’est retrouvé avec une capote dans la poche. Pour le ministre, pas de soucis, le Grand Paris réglera assurément  le problème : « Le prolongement de la ligne 14 permettra de desserrer d’un tiers le trafic sur la ligne 13. Le Grand Paris améliorera l’existence des Franciliens. »

Dans le public, Aladine Zaïane constate que dans Montreuil, les plus humbles n’ont plus les moyens d’habiter dans les bons quartiers. Maurice Leroy lui répond qu’il faut s’en plaindre à Dominique Voynet, maire de cette cité, car un ministre de la ville « n’a pas de baguette magique ». Dans la foulée d’Aladine, tout le monde se lâche. Noria propose au ministre, ancien communiste, qui a tendance à changer de partis, d’en créer un.  Juliette veut jouer au golf, mais dans notre département ce n’est pas possible. Maurice Leroy répond à toutes ces questions, sans se démonter, mais parfois en tournant un peu autour du pot. Rien de plus normal pour un homme qui doit organiser la boucle du grand Paris (que je suis rigolo).

Et puis enfin, la grande question que se posent tous nos amis de Clichy-sous-Bois a été posée. Frères du fond des bois, à la fois si proches et si éloignés,  quand aurez-vous un train pour vous relier au monde des humains ? A la fin de l’émission, le ministre m’a assuré, en aparté, que c’était sûr et certain, camarades Clichois, vous aurez un chemin de fer. Il me la topé dans la main. 150 ans après Mankato, dans La petite maison dans la prairie, vous  aussi, vous découvrirez les joies du tchou-tchou. C’est au programme, juré, pas de soucis c’est Grand Paris qui rince. Quant à savoir quand ça arrivera…Pas tout de suite tout de suite en tout cas.

Idir Hocini

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022