Le bus 249 est bondé. On se pousse. Le chauffeur demande d’avancer vers le fond. On descend près du lycée Jacques Brel à La Courneuve (93). Il est midi, l’heure d’aller se rassasier. Les lycéens filent fissa à la maison. On interpelle un groupe de filles. On lâche le nom de Ben Laden. « C’est pas un calife du Pakistan ? » sourit sérieusement une des quatre. Les autres la contredisent, se moquent. La troisième balance : « En tout cas, c’est pas un terroriste. Il voulait seulement faire du bien pour son peuple musulman. »

Ben Laden, cet homme qui à cette heure-là coule dans les fonds marins. L’homme qui, un jour où il ne s’y attendait pas, a vu les forces américaines lui glisser une balle dans le crâne. Ben Laden, ennemi public numéro un, exterminé avant-hier. Abiola, un gamin du coin, énumère : « C’est un Saoudien fortuné, terroriste et appartenant à Al-Qaida. » Il semble calé.

Les clopes se grillent devant la grille du lycée. Au loin, on entend des écoliers de l’école primaire qui s’amusent dans la cour, bien loin de tout ça. Deux garçons crânent, assis sur un petit muret. « Je ne croyais pas au World Trade Center, je ne croirai pas en la mort de Ben Laden. » Concis. Un élève de première littéraire sort. On l’attrape au vol. Il s’amuse : « Ben Laden, c’est mon père. » On le croit à peine. Il reprend ses esprits, se concentre et précise : « C’est un modèle. Il a échappé pendant dix ans aux Américains. »

Le mec ne lâche pas le morceau, s’enlise, conclut : « Le 11-Septembre, il n’a pas fait ça pour rien. Il avait de bonnes raisons. » Sur ce, l’oiseau prend son envol. On retourne sur le petit muret. Les mecs ont déjà oublié Ben Laden. « Et au fait, vous baisez souvent avec des meufs ? » Deux filles et un garçon s’approchent, ils sont plus sérieux. « Si Ben Laden a tué des Américains, c’est pour se venger. Parce que, eux, ils ont tué pleins d’Arabes. »

Les mots sont crus, à engloutir jusqu’à l’indigestion. Une des filles, élève en terminale scientifique, ajoute : « Obama en avait besoin, de la mort de Ben Laden. » En coeur, elle et sa copine disent qu’elles « n’aiment pas les Etats-Unis », mais qu’un jour, elles iraient bien voir « le Grand Cayon ». Avant de déguerpir, un lycéen s’offusque de savoir Ben Laden au fond des mers : «Vous pensez que les Américains auraient aimé qu’on balance Obama dans la mer ? »

Le soleil ne s’est pas calmé, il chauffe. Les corps et les esprits brûlent timidement. Un gars qui rôde : « C’est un moudjahidin, Ben Laden ! Et sérieux, respect, il a su se cacher pendant dix ans, malgré les technologies, malgré la force des Américains. » Il répète : « Respect ! » Et il s’aventure dans une comparaison crapuleuse : « Pas sûr qu’à notre époque Mesrine aurait réussi à se cacher si longtemps. Lui, il l’a fait. » Tuer, se cacher, crever… Un jour ou l’autre. Le triste sort d’un terroriste.

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022