Destination conflit, température loin d’être idéale. C’est pourtant le Mali qu’Aicha a choisi comme lieu de villégiature pendant un mois. Dans la capitale, le climat semble être au calme fixe.

On célèbre ou conspue la première année de notre président. Les bilans affluent de toute part, mais qu’en est-il de celui de la guerre engagée au Mali ? C’est un conflit qui dure malgré le quasi silence radio dans les médias. La France s’est lancée dans cette guerre depuis maintenant plus de 4 mois.

Les pertes humaines ne cessent de s’accentuer. Côté français, 6 soldats sont morts tandis que du côté tchadien on en dénombre 38. Un constat sanglant qui fait froid dans le dos. Depuis le désengagement, 500 soldats français sont rentrés au bercail. Qui plus est, tout le monde le sait sans avoir fait Sciences Po, le coût d’un conflit est exorbitant ! Allons-nous éviter ou plongerons-nous la tête la première dans l’enlisement ?

Pendant que la lutte armée fait rage au nord-est du pays, c’est les vacances pour Aïcha. Sans peur, sans appréhensions, elle s’envole vers sa destination, le Mali. « Le climat s’est calmé, sinon mes parents ne m’auraient jamais laissé partir », confesse-t-elle avec désinvolture. C’est plus précisément à Bamako que cette jeune Française d’origine malienne décide de poser ses bagages pour ses vacances.

« Il faut dire que Gao et Bamako ce n’est pas non plus la porte d’à côté », ajoute-t-elle. Acte audacieux ou acte mûrement réfléchi, seule elle-même le sait ! La raison de son voyage est connue mais que pense t-elle du conflit ? « La situation n’en est pas là pas hasard, c’est le destin … Quand des richesses sont en jeu, le conflit n’est pas loin ! », répond-t-elle. Du haut de ses 21 ans, Aicha, veut faire une pause dans son job d’animatrice et aussi couper du stress parisien.

Elle s’est donc pris un mois de mars à avril, pour profiter pleinement de ses racines après 8 ans d’absence. Une guerre n’est jamais sans mal ! « Je n’ai pas vu un bouleversement dans le mode de vie des Maliens ». D’après ses dires, c’est comme si le conflit n’avait jamais existé dans le pays. « Il y a quand même des légers changements, les gens sont plus réservés. Avant les mariages se célébraient un peu partout, avec tout le monde. Maintenant c’est devenu plus intimiste, les fêtes se passent dans les maisons et avec plus de retenue », lance Aïcha.

On peut se mettre des œillères mais ça n’arrêtera pas le conflit. « C’est comme si les mentalités changent inconsciemment. Les gens savent ce qui se passe, mais ne veulent pas en parler ! », rajoute-t-elle à demi-mot. C’était en quelque sorte un voyage au coeur de l’actualité, mais loin du champ de bataille. C’est un Bamako avec des micros séquelles qu’elle laisse derrière elle. Elle a foi en une fin de cette guerre dans un futur assez proche. Les associations se relayeront pour reconstruire les zones touchées par la guerre. Et quand on lui demande si l’occasion de partir en vacances au Mali se présentait à nouveau, elle répond oui sans hésitation.

Lansala Delcielo

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022