L’Hôtel-de-Ville de Paris était américain hier soir. A défaut de ne pas être à Washington comme sa très chère camarade Ségolène Royal qui se targue d’être le maître à pensée du nouveau président des Etats-Unis, le maire Bertrand Delanoë avait fait venir l’Amérique à lui, sous les ors municipaux. Quelles belles salles ! Que de magnificence ! Il se devait de marquer le coup le jour de l’investiture de Barack Hussein Obama. Mais son ex-rivale à une investiture moins grandiose – la tête du PS – lui aura toutefois ravi la vedette, même placée « à 200 mètres » du successeur de Bush. Le maître de cérémonie avait fait les choses en grand pour ses hôtes : trois écrans géants retransmettant la cérémonie du Capitole, champagne, petits fours et Golden Gate Quartet en smoking blanc – évocation d’un parcours terrible et magistral : des champs de coton à la Maison Blanche.

Les salles d’honneur de la maire étaient bondées. En majorité des Américains résidant. Des VIP. L’ambassadeur d’Israël à Paris. Et beaucoup d’anonymes, comme on dit quand on n’est pas capable de mettre un nom sur chaque faciès. Ambiance surchauffée : des cris et des pleurs à l’apparition d’Obama à l’écran. On vivait là un événement historique. Extase et dévotion face à ce beau gourou. Un « saint homme », selon les mots de Judith, une femme noire, franco-américaine : « Obama, c’est notre nouveau prophète, c’est le messie, c’est Jésus, il va sauver l’Amérique, notre pays va guider le monde entier, il va faire des miracles, je suis sûre que dans la Bible, on doit parler de lui… »

Dans cette atmosphère sucrée-sacrée, on frise l’hystérie. L’osmose est parfaite. C’est à celui qui glorifiera le plus Obama. « Sous Bush, ma vie était triste, j’avais honte de dire que j’étais américaine, confesse une femme blanche, franco-américaine. Aujourd’hui, je revis, I’m american. » Dans cette assemblée aussi dévouée, aucune critique, bien évidemment. Les plus jeunes sont obnubilés par leur nouvelle idole : « Obama, il est sexy et beau, on l’adore », crient en cœur un groupe de jeunes étudiantes américaines.

Les Français de la soirée ? Idem. Adoration totale pour Obama. Jean, un homme d’un certain âge : « Pour moi, le président des USA est l’avenir du monde et notre sauveur, vous allez voir que grâce à lui, la crise financière va se régler, les arabes et les juifs vont faire la paix, il va donner naissance à une nouvelle époque. Je ne crois pas habituellement aux miracles, mais avec lui, j’y crois. »

Ce n’est plus une salle municipale, mais un temple, rempli des fidèles conquis par ce nouvel évangéliste. Frères et des sœurs, ils l’écoutent pieusement. La soirée spéciale « Obama » de la maire de Paris se termine en musique : l’hymne américaine retentit, silence et recueillement des invités. Certains pleurent, d’autre méditent, d’autres encore affichent un sourire apaisé. Ils son bénis.

Chaker Nouri

Chaker Nouri

Articles liés

  • GameStop : révolution des traders amateurs ou victoire illusoire ?

    C’est un vent de panique qui a soufflé sur Wall Street en ce début d’année lorsque des traders en herbe, inscrits sur un forum Reddit de conseils boursiers, se sont coordonnés pour faire échouer les plans de puissants fonds d’investissements concernant une franchise de vente de jeux-vidéos. Retour sur cette folle saga qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

    Par Yunnes Abzouz
    Le 04/03/2021
  • Une école francophone à Gaza pour l’avenir des Palestiniens

    À Rafah, au sud de Gaza, l’association Tabassam Gaza entreprend d’ouvrir une école francophone. Son président Waleed Aboudipaa, enseignant de français et humanitaire gazaoui tente de proposer une offre éducative aux écoliers de la ville dont la scolarité est menacée par la guerre avec Israël et la pauvreté qui en découle.

    Par Amina Lahmar
    Le 15/02/2021
  • « Sans le vouloir on contribue au génocide des Ouïghours »

    Les États-Unis, par le biais du secrétaire d'État sortant Mike Pompeo, ont accusé la Chine de "génocide" et de "crime contre l'humanité", à propos du traitement réservé à la minorité musulmane des Ouïghours, réduite en esclavage dans des camps et acculturée par le régime. Une accusation historique, dans une période où la cause de cette minorité a été plus que jamais médiatisée. Mais où en est-on dans la lutte pour la libération d'au moins un million de personnes ? Entretien avec Dilnur Reyhan, présidente de l'institut ouïghour d'Europe.

    Par Lila Abdelkader
    Le 22/01/2021