Il y a deux agences de voyage à Bondy, l’une s’appelle l’agence Kissy. Où les gens voyagent-ils? Je pousse la porte et tombe sur Abel, qui remplace le patron. La spécialité de l’agence, ce sont les lieux saints de l’Islam, et justement le patron vient de partir, vendredi, avec un groupe de pèlerins pour la Mecque. Ils sont 160! Plus quatre accompagnants. Ils reviendront le 20 janvier. Le tarif plancher, c’est 2600 euros, tout compris sauf la nourriture. « On ne fait ça qu’une fois dans sa vie », explique Abel. Les autres vacanciers, c’est souvent d’abord « le retour au bled »: Tunisie, Algérie, Maroc, Sénégal, Mali, Martinique… Il y a aussi des destinations plus proprement touristiques: actuellement, les Caraïbes, la Turquie et l’Egypte ont la cote.

Voilà pour les destinations phare. « Mais on a aussi quelques couples qui vont faire du ski, ajoute Abel. A La Plagne, par exemple. Chamonix, c’est trop cher! »

Par Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • GameStop : révolution des traders amateurs ou victoire illusoire ?

    C’est un vent de panique qui a soufflé sur Wall Street en ce début d’année lorsque des traders en herbe, inscrits sur un forum Reddit de conseils boursiers, se sont coordonnés pour faire échouer les plans de puissants fonds d’investissements concernant une franchise de vente de jeux-vidéos. Retour sur cette folle saga qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

    Par Yunnes Abzouz
    Le 04/03/2021
  • Une école francophone à Gaza pour l’avenir des Palestiniens

    À Rafah, au sud de Gaza, l’association Tabassam Gaza entreprend d’ouvrir une école francophone. Son président Waleed Aboudipaa, enseignant de français et humanitaire gazaoui tente de proposer une offre éducative aux écoliers de la ville dont la scolarité est menacée par la guerre avec Israël et la pauvreté qui en découle.

    Par Amina Lahmar
    Le 15/02/2021
  • « Sans le vouloir on contribue au génocide des Ouïghours »

    Les États-Unis, par le biais du secrétaire d'État sortant Mike Pompeo, ont accusé la Chine de "génocide" et de "crime contre l'humanité", à propos du traitement réservé à la minorité musulmane des Ouïghours, réduite en esclavage dans des camps et acculturée par le régime. Une accusation historique, dans une période où la cause de cette minorité a été plus que jamais médiatisée. Mais où en est-on dans la lutte pour la libération d'au moins un million de personnes ? Entretien avec Dilnur Reyhan, présidente de l'institut ouïghour d'Europe.

    Par Lila Abdelkader
    Le 22/01/2021