Il y a deux agences de voyage à Bondy, l’une s’appelle l’agence Kissy. Où les gens voyagent-ils? Je pousse la porte et tombe sur Abel, qui remplace le patron. La spécialité de l’agence, ce sont les lieux saints de l’Islam, et justement le patron vient de partir, vendredi, avec un groupe de pèlerins pour la Mecque. Ils sont 160! Plus quatre accompagnants. Ils reviendront le 20 janvier. Le tarif plancher, c’est 2600 euros, tout compris sauf la nourriture. « On ne fait ça qu’une fois dans sa vie », explique Abel. Les autres vacanciers, c’est souvent d’abord « le retour au bled »: Tunisie, Algérie, Maroc, Sénégal, Mali, Martinique… Il y a aussi des destinations plus proprement touristiques: actuellement, les Caraïbes, la Turquie et l’Egypte ont la cote.

Voilà pour les destinations phare. « Mais on a aussi quelques couples qui vont faire du ski, ajoute Abel. A La Plagne, par exemple. Chamonix, c’est trop cher! »

Par Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022