Ce week-end, le Bondy Blog s’est délocalisé à Munich, en Bavière, où s’est déroulée la rencontre annuelle du réseau « Banlieues d’Europe, lieux de culture », dont le siège associatif se trouve à Lyon. De quoi s’agit-il ? Depuis 14 ans, l’association, spécialisée dans le développement des pratiques artistiques et culturelles, jette régulièrement l’ancre dans une ville européenne en réunissant des artistes, chercheurs et initiateurs de projets réalisés par la jeunesse des quartiers populaires de l’ensemble du continent. Et ce, dans des domaines très divers : créations théâtrales, peinture, mode, photo, etc.

Le financement de ces manifestations est assuré par le ministère français de la culture et la délégation interministérielle de la ville de Lyon. Le but est d’échanger des informations, de confronter les différentes actions culturelles. Selon la coordinatrice du réseau, Sarah Levin, « ces rencontres sont un moyen pour les professionnels de réfléchir à des collaborations entre les villes et les pays d’Europe ».

Ces journées sont l’occasion « d’interpeller les pouvoirs publics sur l’existence à part entière d’une culture des quartiers populaires. Beaucoup de projets artistiques nés dans certaines zones ne sont pas reconnus en tant que tels », précise la responsable de l’association. Ce ne fut pas le cas à Munich semble-t-il, où Bernadette Robert-Wyss, une représentante de la région Rhône-Alpes, Gwendoline Allain pour le ministère de la culture français, Anne-Marie Le Claire, de la direction générale de l’éducation et de la culture à la commission européenne, et Samuel Bosc, chargé de mission auprès de l’Adjoint au maire à la culture, n’ont pas manqué à l’appel.

A l’origine de ces événements culturels rassemblant les quartiers populaires européens, il y a la lassitude de Jean Hurstel, le président de Banlieues d’Europe. Las, dit-il, des débats culturels français trop conventionnels. Il a eu l’envie d’aller voir ce qui se passait au-delà de frontières hexagonales. Alors, il a sillonné les pays d’Europe, rencontré des animateurs culturels et dressé un constat : « Tous ces animateurs travaillaient et travaillent encore dans des environnements socialement défavorisés, situés dans les périphéries des grandes villes. » D’où la naissance de Banlieues d’Europe.

Le réseau s’est déjà réuni, entres autres villes, à Bruxelles, Valence, Strasbourg, Glasgow, Barcelone. Après Bucarest en 2006, rendez-vous avait été donné, cette année, du 29 novembre au 1er décembre, dans le Goethe Institut de Munich. Le rassemblement munichois a été pour nous, membres du Bondy Blog, l’occasion d’aller à la rencontre d’un pays à la langue et aux codes sociaux inconnus. Car, lors de nos années lycée, nous avions pris « espagnol » en langue vivante 2. Cet article de présentation est le premier d’une série qui rendra compte des points forts et des à-côtés de la réunion Banlieues d’Europe à Munich.

Nadia Boudaoud

Articles liés

  • GameStop : révolution des traders amateurs ou victoire illusoire ?

    C’est un vent de panique qui a soufflé sur Wall Street en ce début d’année lorsque des traders en herbe, inscrits sur un forum Reddit de conseils boursiers, se sont coordonnés pour faire échouer les plans de puissants fonds d’investissements concernant une franchise de vente de jeux-vidéos. Retour sur cette folle saga qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

    Par Yunnes Abzouz
    Le 04/03/2021
  • Une école francophone à Gaza pour l’avenir des Palestiniens

    À Rafah, au sud de Gaza, l’association Tabassam Gaza entreprend d’ouvrir une école francophone. Son président Waleed Aboudipaa, enseignant de français et humanitaire gazaoui tente de proposer une offre éducative aux écoliers de la ville dont la scolarité est menacée par la guerre avec Israël et la pauvreté qui en découle.

    Par Amina Lahmar
    Le 15/02/2021
  • « Sans le vouloir on contribue au génocide des Ouïghours »

    Les États-Unis, par le biais du secrétaire d'État sortant Mike Pompeo, ont accusé la Chine de "génocide" et de "crime contre l'humanité", à propos du traitement réservé à la minorité musulmane des Ouïghours, réduite en esclavage dans des camps et acculturée par le régime. Une accusation historique, dans une période où la cause de cette minorité a été plus que jamais médiatisée. Mais où en est-on dans la lutte pour la libération d'au moins un million de personnes ? Entretien avec Dilnur Reyhan, présidente de l'institut ouïghour d'Europe.

    Par Lila Abdelkader
    Le 22/01/2021