Ce week-end, le Bondy Blog s’est délocalisé à Munich, en Bavière, où s’est déroulée la rencontre annuelle du réseau « Banlieues d’Europe, lieux de culture », dont le siège associatif se trouve à Lyon. De quoi s’agit-il ? Depuis 14 ans, l’association, spécialisée dans le développement des pratiques artistiques et culturelles, jette régulièrement l’ancre dans une ville européenne en réunissant des artistes, chercheurs et initiateurs de projets réalisés par la jeunesse des quartiers populaires de l’ensemble du continent. Et ce, dans des domaines très divers : créations théâtrales, peinture, mode, photo, etc.

Le financement de ces manifestations est assuré par le ministère français de la culture et la délégation interministérielle de la ville de Lyon. Le but est d’échanger des informations, de confronter les différentes actions culturelles. Selon la coordinatrice du réseau, Sarah Levin, « ces rencontres sont un moyen pour les professionnels de réfléchir à des collaborations entre les villes et les pays d’Europe ».

Ces journées sont l’occasion « d’interpeller les pouvoirs publics sur l’existence à part entière d’une culture des quartiers populaires. Beaucoup de projets artistiques nés dans certaines zones ne sont pas reconnus en tant que tels », précise la responsable de l’association. Ce ne fut pas le cas à Munich semble-t-il, où Bernadette Robert-Wyss, une représentante de la région Rhône-Alpes, Gwendoline Allain pour le ministère de la culture français, Anne-Marie Le Claire, de la direction générale de l’éducation et de la culture à la commission européenne, et Samuel Bosc, chargé de mission auprès de l’Adjoint au maire à la culture, n’ont pas manqué à l’appel.

A l’origine de ces événements culturels rassemblant les quartiers populaires européens, il y a la lassitude de Jean Hurstel, le président de Banlieues d’Europe. Las, dit-il, des débats culturels français trop conventionnels. Il a eu l’envie d’aller voir ce qui se passait au-delà de frontières hexagonales. Alors, il a sillonné les pays d’Europe, rencontré des animateurs culturels et dressé un constat : « Tous ces animateurs travaillaient et travaillent encore dans des environnements socialement défavorisés, situés dans les périphéries des grandes villes. » D’où la naissance de Banlieues d’Europe.

Le réseau s’est déjà réuni, entres autres villes, à Bruxelles, Valence, Strasbourg, Glasgow, Barcelone. Après Bucarest en 2006, rendez-vous avait été donné, cette année, du 29 novembre au 1er décembre, dans le Goethe Institut de Munich. Le rassemblement munichois a été pour nous, membres du Bondy Blog, l’occasion d’aller à la rencontre d’un pays à la langue et aux codes sociaux inconnus. Car, lors de nos années lycée, nous avions pris « espagnol » en langue vivante 2. Cet article de présentation est le premier d’une série qui rendra compte des points forts et des à-côtés de la réunion Banlieues d’Europe à Munich.

Nadia Boudaoud

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022