Ce week-end, le Bondy Blog s’est délocalisé à Munich, en Bavière, où s’est déroulée la rencontre annuelle du réseau « Banlieues d’Europe, lieux de culture », dont le siège associatif se trouve à Lyon. De quoi s’agit-il ? Depuis 14 ans, l’association, spécialisée dans le développement des pratiques artistiques et culturelles, jette régulièrement l’ancre dans une ville européenne en réunissant des artistes, chercheurs et initiateurs de projets réalisés par la jeunesse des quartiers populaires de l’ensemble du continent. Et ce, dans des domaines très divers : créations théâtrales, peinture, mode, photo, etc.

Le financement de ces manifestations est assuré par le ministère français de la culture et la délégation interministérielle de la ville de Lyon. Le but est d’échanger des informations, de confronter les différentes actions culturelles. Selon la coordinatrice du réseau, Sarah Levin, « ces rencontres sont un moyen pour les professionnels de réfléchir à des collaborations entre les villes et les pays d’Europe ».

Ces journées sont l’occasion « d’interpeller les pouvoirs publics sur l’existence à part entière d’une culture des quartiers populaires. Beaucoup de projets artistiques nés dans certaines zones ne sont pas reconnus en tant que tels », précise la responsable de l’association. Ce ne fut pas le cas à Munich semble-t-il, où Bernadette Robert-Wyss, une représentante de la région Rhône-Alpes, Gwendoline Allain pour le ministère de la culture français, Anne-Marie Le Claire, de la direction générale de l’éducation et de la culture à la commission européenne, et Samuel Bosc, chargé de mission auprès de l’Adjoint au maire à la culture, n’ont pas manqué à l’appel.

A l’origine de ces événements culturels rassemblant les quartiers populaires européens, il y a la lassitude de Jean Hurstel, le président de Banlieues d’Europe. Las, dit-il, des débats culturels français trop conventionnels. Il a eu l’envie d’aller voir ce qui se passait au-delà de frontières hexagonales. Alors, il a sillonné les pays d’Europe, rencontré des animateurs culturels et dressé un constat : « Tous ces animateurs travaillaient et travaillent encore dans des environnements socialement défavorisés, situés dans les périphéries des grandes villes. » D’où la naissance de Banlieues d’Europe.

Le réseau s’est déjà réuni, entres autres villes, à Bruxelles, Valence, Strasbourg, Glasgow, Barcelone. Après Bucarest en 2006, rendez-vous avait été donné, cette année, du 29 novembre au 1er décembre, dans le Goethe Institut de Munich. Le rassemblement munichois a été pour nous, membres du Bondy Blog, l’occasion d’aller à la rencontre d’un pays à la langue et aux codes sociaux inconnus. Car, lors de nos années lycée, nous avions pris « espagnol » en langue vivante 2. Cet article de présentation est le premier d’une série qui rendra compte des points forts et des à-côtés de la réunion Banlieues d’Europe à Munich.

Nadia Boudaoud

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022