J’ai décollé à 0h15. J’ai traversé les nuages vers une destination inconnue. Pas le temps d’en voir plus, je me suis finalement écroulée dans les bras de Morphée. C’est les vacances, j’en ai pour minimum 10 heures. Arrivée à destination. J’ai une vue de rêve : cocotiers et mer turquoise. Moi, pas farouche, je commence par grimper à un arbre pour en saisir le fruit. Je redescends avec une dizaine de noix de coco, comme si j’avais fait ça toute ma vie. Puis, comme dans un remake de Koh-Lanta, je saisis un harpon abandonné sur la plage de sable blanc et rentre d’un pas ferme dans une eau à 25 degrés. Entre deux falaises je plante du premier coup la lame entre les deux yeux d’une raie. Sûrement les restes d’un docu d’Arte que je me suis tapé avant de m’endormir.

Les aventures étranges et surprenantes de Robinson Crusoé, à côté de ce que je vis, c’est chocolat. Je me découvre un instinct de survie qui ferait pâlir de jalousie Bears Grylls, le mec de Man vs Wild qui déguste des larves géantes en se léchant les babines. Bon, moi, je suis en pension complète, j’ai le buffet à volonté d’un hôtel 5 étoiles qui m’attend, et comme je suis une dingue, que je n’ai pas peur du danger, je m’y rends pieds nus. Cocktail maison, crevettes à l’ail, riz au paprika et salade de fruits. La peau du ventre bien tendue je rejoins ma chambre d’hôtel.

Demain, journée de folie en prévision : admirer le lever du soleil en prenant un petit-déj sur la plage, retrouver quelques amis pour une plongée sous-marine, errer dans les allées d’un marché pittoresque en se shootant à l’odeur envoutante des épices, enfourcher un jet ski et finir la journée sur la plage, autour d’un feu, un cocktail à la main tout en écoutant les cris de la faune locale. Je plonge donc dans un lit aux dimensions indécentes et m’endors sans plus tarder dans mon 6 mètres par 3.

Mais la chaleur a raison de la tranquillité de mon sommeil, très vite je transpire, suffoque, et finit par me lever en sursaut. J’essuie les gouttes de transpiration qui coulent sur mon visage. Un coup d’œil à droite sur le radio réveil : 10h15. Je me retourne pour un coup d’œil à gauche et dégringole de mon lit de princesse. Au réveil mon lit est tout ce qu’il y a de plus standard, par la fenêtre je vois des sapins et mon chat qui tente de croquer un oisillon. J’ai passé exactement 10 heures aux Caraïbes. Retour à la réalité, mission du jour : déposer des CV à Rosny 2 pour taffer tout l’été.

Joanna Yakin

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022