J’ai décollé à 0h15. J’ai traversé les nuages vers une destination inconnue. Pas le temps d’en voir plus, je me suis finalement écroulée dans les bras de Morphée. C’est les vacances, j’en ai pour minimum 10 heures. Arrivée à destination. J’ai une vue de rêve : cocotiers et mer turquoise. Moi, pas farouche, je commence par grimper à un arbre pour en saisir le fruit. Je redescends avec une dizaine de noix de coco, comme si j’avais fait ça toute ma vie. Puis, comme dans un remake de Koh-Lanta, je saisis un harpon abandonné sur la plage de sable blanc et rentre d’un pas ferme dans une eau à 25 degrés. Entre deux falaises je plante du premier coup la lame entre les deux yeux d’une raie. Sûrement les restes d’un docu d’Arte que je me suis tapé avant de m’endormir.

Les aventures étranges et surprenantes de Robinson Crusoé, à côté de ce que je vis, c’est chocolat. Je me découvre un instinct de survie qui ferait pâlir de jalousie Bears Grylls, le mec de Man vs Wild qui déguste des larves géantes en se léchant les babines. Bon, moi, je suis en pension complète, j’ai le buffet à volonté d’un hôtel 5 étoiles qui m’attend, et comme je suis une dingue, que je n’ai pas peur du danger, je m’y rends pieds nus. Cocktail maison, crevettes à l’ail, riz au paprika et salade de fruits. La peau du ventre bien tendue je rejoins ma chambre d’hôtel.

Demain, journée de folie en prévision : admirer le lever du soleil en prenant un petit-déj sur la plage, retrouver quelques amis pour une plongée sous-marine, errer dans les allées d’un marché pittoresque en se shootant à l’odeur envoutante des épices, enfourcher un jet ski et finir la journée sur la plage, autour d’un feu, un cocktail à la main tout en écoutant les cris de la faune locale. Je plonge donc dans un lit aux dimensions indécentes et m’endors sans plus tarder dans mon 6 mètres par 3.

Mais la chaleur a raison de la tranquillité de mon sommeil, très vite je transpire, suffoque, et finit par me lever en sursaut. J’essuie les gouttes de transpiration qui coulent sur mon visage. Un coup d’œil à droite sur le radio réveil : 10h15. Je me retourne pour un coup d’œil à gauche et dégringole de mon lit de princesse. Au réveil mon lit est tout ce qu’il y a de plus standard, par la fenêtre je vois des sapins et mon chat qui tente de croquer un oisillon. J’ai passé exactement 10 heures aux Caraïbes. Retour à la réalité, mission du jour : déposer des CV à Rosny 2 pour taffer tout l’été.

Joanna Yakin

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022