Après le Ice bucket Challenge, véritable eau bénite pour les réseaux sociaux et la lutte contre la maladie de Charcot, le Rubble bucket Challenge, sceau rempli de gravats, commence a parcourir la toile en soutien à Gaza.

Impossible d’être passé à côté du phénomène de l’été, le « Ice Bucket Challenge », un défi à la mode qui consiste à se verser un seau d’eau glacée sur la tête (à la base pour sensibiliser le monde à la maladie de Charcot, ou sclérose latérale amyotrophie, SLA, et récolter des fonds pour la combattre). Initialement à travers les réseaux sociaux, puis ensuite dans les JT télévisés du monde entier. Artistes, acteurs, chanteurs, animateurs, tout le monde a joué le jeu et relevé le défi, y compris les anonymes sur Youtube ou Facebook. Le phénomène a pris de l’ampleur car chaque personne qui relevait le défi devait nommer trois autres personnes, autrement dit un défi qui ne s’arrête jamais.

Le phénomène a désormais sa version palestinienne, le « Rubble Bucket Challenge ». Un petit changement est tout de même à spécifier, ça se « joue » non plus avec un seau d’eau glacée mais avec un seau plein de gravats, de sables et de pierres. Remplacer l’eau et la glace par des gravats et de la poussière. C’est l’idée du «Rubble Bucket Challenge» pour sensibiliser l’opinion internationale sur le conflit dans la bande de Gaza, qui entre samedi dans son 54e jour. Est-ce que ce nouveau défi va-t-il à son tour envahir les réseaux sociaux ? On peut se poser la question si l’on s’en tient à toutes ces mobilisations et manifestations en soutien au peuple palestinien et à Gaza organisé non seulement en France mais aussi dans tout le monde entier.

Cette «campagne de sensibilisation sur la guerre à Gaza où les gens sont bombardés dans leurs maisons» a été lancée par une étudiante gazaouie, Maysam Yusef pour alerter sur la situation dramatique dans la bande de Gaza depuis l’offensive israélienne. Près de deux mois après le début des hostilités entre Israël et le Hamas, les affrontements ont tués 2 130 Palestiniens et 68 Israéliens selon l’ONU. La page Facebook du «Rubble Bucket Challenge», créée le 22 août, a depuis attiré plus de 6000 abonnés sur le réseau social.

Ayman Aloul, un journaliste basé à Gaza a publié une vidéo sur Youtube, où il effectue ce « challenge » au milieu des débris. « Ce défi s’adresse à toute personne qui veut soutenir la cause palestinienne à sa manière ».« Nous avons voulu faire une version palestinienne, en regardant ce que l’on avait autour de nous, des bâtiments détruits et des débris. Donc on a décidé d’utiliser ces débris à la place de l’eau glacée », glisse-t-il en guise d’introduction, au milieu des ruines. À la fin de la séquence, on lui verse un seau rempli de gravats sur la tête.

httpv://youtu.be/duSBig1-VUA

Ce qu’il faut savoir c’est que l’eau est devenue une denrée rare à Gaza : 90% de l’eau du robinet n’est plus potable. Dans les quartiers les plus dévastés, comme celui de Chajaya, elle ne coule qu’une ou deux heures par jour dans les robinets. Selon l’organisation caritative Oxfam, un tiers des 1,8 million de Palestiniens de Gaza sont aujourd’hui privés d’eau potable. Le journaliste appelle à des «messages de solidarité, en particulier de la part de ceux qui ont beaucoup de followers [sur Twitter, NDLR] ou un public». Le but n’est pas de recueillir de l’argent mais d’accentuer la pression internationale pour que cessent les frappes de Tsahal.

Sous le hashtag #RubbleBucketChallenge ou #RemainsBucketChallenge, des participants de nombreux pays, comme l’Allemagne et les États-Unis, ont déjà participé à ce mouvement de soutien. Après s’être versé les débris sur la tête, on les voit nommer à leur tour des amis. Le concept original du «Ice Bucket Challenge» a également été détourné en Inde, où une journaliste a lancé le «Rice Bucket Challenge» (défi du seau de riz). L’internaute est ainsi appelé à réaliser une bonne action : cuisiner ou acheter un paquet de riz puis offrir la nourriture à des gens dans le besoin.

Grâce à la viralité de l’«Ice Bucket Challenge», les dons pour l’association américaine ALS ont explosé. Plus de 70 millions de dollars (53 millions d’euros) de dons contre 2,5 millions de dollars il y a un an, à la même période, ont été récoltés. Le but ici pour le #RubbleBucketChallenge est de médiatiser la situation à Gaza. Les pro palestiniens ainsi que tous les gens qui soutiennent la cause palestinienne vont surement s’emparer de ce nouveau défi afin de médiatiser le conflit.

A une époque où internet est devenu un moyen hautement efficace pour distraire l’attention du public, qui se tourne trop souvent vers des sujets plutôt futiles, il est intéressant de voir des initiatives utiliser un phénomène populaire comme tremplin afin de promouvoir d’autres causes. C’est le cas avec le Rubble Bucket Challenge, le défi et le phénomène risquent de prendre de l’ampleur. A surveiller…

Mohamed Mezerai

 

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022