MONDIAL 2014. Fraîchement débarquée à Salvador de Bahia, Ines s’apprête à vive la coupe du monde au plus près. Premier récit d’un carnet de route brésilien.

Lundi 9 juin, décollage à 23 heures de Roissy-CDG. Il y a quatre ans, j’accompagnais des collégiens de Pierrefitte à la coupe du monde en Afrique du Sud, et cette année, l’aventure reprend. Un nouveau groupe du collège Gustave Courbet va à Salvador de Bahia, mais le séjour est différent. Nous sommes une cinquantaine cette fois avec des jeunes de Lyon et Grenoble à partir grâce à l’initiative de l’association Sport’A’Vie, et le séjour est encadré par une association basée à Salvador : Sambola (samba et bola, ballon en portugais). Fondée par des Français qui vivent entre les deux pays, elle a pour but de favoriser les échanges franco-brésiliens, autour des jeunes.

Après 14 heures de vol et une escale à Sao Paulo, nous voilà accueillis par deux membres de Sambola à l’aéroport international de Salvador. Des tonnes de valises calées dans la soute et des jeunes assez « chauds » dans le bus, voilà le début des aventures. Quarante cinq minutes de trajet jusqu’à notre quartier connu comme le quartier historique de la ville, nous voilà dans le Pelourinho. Qui dit quartier populaire dit petites rues de pavés en côte. Une lutte pour monter toutes les valises jusqu’à notre poussada (maison locale-auberge).

Épuisés par le voyage et la marche, voilà que s’ajoute un bruit assourdissant qui résonne de la rue. A peine installés, le groupe ressort au milieu de l’ambiance folle de la rue : la Batucada bat son plein. Rythmé par le chef du groupe, les percussions résonnent dans les mains de ces jeunes Brésiliens. Ils sont là pour nous, pour nous accueillir chez eux. Sans s’en rendre compte, nous voilà entourés de plein de monde, qui danse au rythme des percussions. La fête commence vraiment. Escortés par ce groupe jusqu’au restaurant où nous allons manger durant le séjour, nous sommes littéralement plongés dans le bain : jus de fruits mixés sur place, fromage local, poissons marinés et toutes sortes de légumes. Pendant deux semaines nous seront Brésiliens. Le programme prévu par les collégiens de Pierrefitte est complet. Une multitude d’échanges est prévue avec des jeunes des favelas. A suivre…

Ines El laboudy

Articles liés

  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022
  • Lisa Koperqualuk, figure du militantisme inuit au Canada

    Essayiste, militante pour les droits des Inuits, anthropologue, conservatrice dans un musée… Il serait difficile de décrire en quelques mots Lisa Koperqualuk. Cette femme inuite originaire du Nunavik (Nord du Québec) semble avoir déjà vécu mille vies et mené mille combats et représente un modèle de réussite pour sa communauté. Rencontre.

    Par Emeline Odi
    Le 21/06/2022
  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022