« J’écris avec toi bien-aimée mon sang mon cœur ma voix.  Avec ma patrie Tunisie mon offrande.  Je ne suis qu’à toi je peux me déchirer pour toi. Tunisie ma chérie ma Tunisie chaude amante ».Comment ces vers de Moncef Ghachem ne pourraient-ils pas résonner au regard des évènements qui secouent le Maghreb ? La révolution de jasmin, le poète auteur de Car vivre est un pays lui dit merci. Merci aux jeunes, et un souhait : « Que la Tunisie ne manque pas ce moment à la fois glorieux, furieux et mystérieux ».

A 10 ans, Moncef Ghachem vit la « Tunisie heureuse », celle de l’Indépendance. Mais l’euphorie prend fin lors de la prise de pouvoir de Ben Ali. De tout son cœur il aime à rappeler qu’il est un homme « engagé » et combien les « créateurs » dont il fait partie « aiment ce moment ». « On est heureux de ce qu’il s’est passé. Certes il y a des martyrs, mais René Char a dit « La pyramide des martyrs obsède la Terre » ».

Quand on lui demande un mot sur l’Egypte, Moncef Ghachem fait un petit rappel historique. « Malgré les différences géographiques et culturelles, l’Egypte et la Tunisie ont en fait beaucoup en commun. Mahdia, la ville où je suis né, c’est Le Caire construit en Tunisie, l’ancienne capitale chiite ».  Le lien est fait avec l’Egypte avant d’ajouter un remerciement particulier aux femmes tunisiennes, « au front, et réellement émancipées en dépit de la manipulation politique démagogique tunisienne de la question de la condition féminine ».

Mais au Maghreb des livres, on veut vite savoir si cette révolution peut influer sur la littérature maghrébine. D’après la jeune maison d’édition Elyzad, il est « encore trop tôt ». « Nous avons demandé aux auteurs d’écrire dessus, mais il leur faut du temps. Nous avons des propositions pour des essais, des chercheurs, des universitaires qui peuvent écrire tout de suite. Mais pour les romans, c’est plus long, ils n’ont pas envie d’écrire dans le feu de l’action », mais aucun doute, « l’intention est là » dit-il.

Dans les allées du salon, passage obligé sur le stand de Slim, caricaturiste algérien. Comme dans ses dessins, le ton est impertinent : « On ne peut pas raconter des histoires à dormir debout pendant qu’il y a une révolution. Donc oui, il y a matière en ce moment, j’ai commencé à travailler. » Et l’avenir en Algérie ? « Bah en Algérie ils nous ont fait une autoroute gratuite. Ça va peut-être nous amener des émeutiers… ».

Joanna Yakin

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022