Il y a des noms qui sont difficiles à porter en ce moment, un étudiant de ma classe en a fait les frais. Il porte le nom d’un président despotique qui a été tout récemment chassé de son pays sous la pression de la rue. Au moment de l’appel en classe, il a subi les regards inquisiteurs de mes camarades. Le connaissant déjà, je lui glisse : « C’est pas le bon moment pour s’appeler Ben Ali. » Il rit jaune.

Il n’a rien à voir avec la famille de l’ancien président tunisien, mais depuis quelques semaines, il doit parfois s’en justifier. « Il y a quelques semaines, raconte-t-il,  personne ne faisait attention à mon nom, mais maintenant tous le monde le connait et le déteste du fait des derniers évènements. »  Jusqu’à récemment, très peu de personnes voyaient le régime de Ben Ali comme une dictature. On connaît tous quelqu’un qui est allé en vacances en Tunisie.

Je viens de découvrir qu’une autre personne dans mon lieu d’étude s’appelle Ben Ali. Un ami d’origine tunisienne me dit en plaisantant : « J’espère qu’ils n’auront pas de problème pour aller au bled. Ils n’ont rien avoir avec le clan Ben Ali-Trabelsi, ils sont du coté du peuple ! » Maintenant, j’attends avec impatience le prochain qui connaîtra la même mésaventure. Un Moubarak , étudiant égyptien ou un Abdallah Saleh yéménite.

Amine Benmouhoud

Articles liés

  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022
  • Covax : « la crise rappelle à quel point l’Afrique est dépendante de l’Occident »

    Alors que l'épidémie de Covid-19 se stabilise en France grâce notamment au vaccin, le reste des pays du Sud font face à une pénurie d'approvisionnement. Le mécanisme Covax de l'OMS destiné à mettre en place un accès équitable des doses de vaccin a des difficultés à remplir ses objectifs, principalement en raison de l’accaparement des doses vaccin par les États les plus riches. Analyse.

    Par Olorin Maquindus
    Le 11/10/2021
  • Au Sénégal, on célèbre le grand Magal à Touba

    Ce dimanche 26 septembre, la ville sainte de Touba au Sénégal accueille des centaines de milliers de pèlerins musulmans venus de tout le pays, mais aussi d’Afrique, d’Europe, et des États Unis pour le grand Magal. Un pèlerinage, fait d'histoire coloniale, de résistance et de foi, centré autour de la figure de Cheikh Ahmadou Bamba. Récit.

    Par Kab Niang
    Le 26/09/2021