Comme chaque 21 juin depuis trente-cinq ans, aujourd’hui, c’est la fête de la musique. C’est aussi (officiellement) le début de la saison estivale. Petit point Wikipédia, la fête de la musique est prévue le 21 juin pour célébrer l’arrivée de l’été mais aussi parce qu’il s’agit du jour le plus long de l’année, l’occasion de faire la fête plus longtemps.

Localement, de nombreuses manifestations sont donc prévues. En Seine-Saint-Denis, plus de 30 communes proposent ce soir des événements à cette occasion. La ville de Saint-Ouen faisait partie de cette liste de communes engagées à faire la fête ce soir. Sauf que la fête est (déjà) finie, ou plutôt elle n’aura finalement pas lieu.

Plusieurs groupes de musique du coin devaient se produire. Parmi eux, ABD et AY-P. Abd c’est pour Abdou et Ay pour Ayoub. Ils ont grandi à Saint-Ouen, ont 25 ans à peine, font de la musique depuis longtemps de leur côté et ont monté ce groupe depuis près de trois ans. Sur Youtube, ils comptabilisent quelques dizaines de milliers de vues.

Les 4Keus aussi étaient programmés

Alors, pour eux, ce 21 juin, c’était un peu le grand jour. Un concert à la maison, pour la fête de la musique, devant tous les copains peut-être, les voisins, les anciens camarades du lycée… Un grand jour, quoi. Et puis, une première fois. Ils avaient bien fait, déjà, quelques scènes ici et là, mais jamais à Saint-Ouen. En tous cas, rien de « formel » d’après eux. Cette fois, c’était du sérieux, un cachet était prévu, c’était calé plusieurs semaines à l’avance… « C’était particulier pour nous, il y avait beaucoup de fierté de jouer dans notre ville », appuient-ils.

Du coup, les deux jeunes hommes préparent un véritable show d’une heure, font plus de 15 heures de répétitions dans un studio qu’ils louent une vingtaine d’euros par session… Il faut les comprendre : « Une heure de show, c’est balaise ». Ils sont fin prêts. Sauf que mercredi, l’organisateur de l’événement leur passe un coup de fil. Changement de plan. Le concert est annulé : « En gros, il nous explique que le maire ne veut pas qu’on se produise dans ‘sa’ ville pour des raisons de sécurité. Je cite ‘il ne veut pas de débordements’. Parce que pour lui un concert de rap ça dégénère, forcément. »

ABD et AY-P devaient partager la scène avec 4Keus, un groupe de jeunes rappeurs de La Courneuve, juste à côté. Les 4Keus, c’est un nom et un succès fou depuis deux ans : plus de 83 millions de vues, par exemple, pour le morceau qui les a fait connaître.

Thomas Koffi était chargé d’organiser et coordonner l’événement au nom du réseau MAP (musiques actuelles de Paris), pour le dispositif « Give me five ! » qui promeut les musiciens émergents. Et il partage la colère et la déception des jeunes artistes. « La programmation de la fête de la musique a été refusée par le maire parce que c’était du hip-hop, du rap, lance-t-il. Ça n’a pas été formulé directement comme ça mais c’est comme ça que nous l’interprétons. Je suis d’accord avec ce qu’on dit les deux rappeurs sur leur page Facebook. »

Pour mieux comprendre tout ce tintamarre, nous aurions bien aimé donné la parole au maire (UDI) de Saint-Ouen, William Delannoy. Mais ni lui, ni son cabinet, ni ses services n’ont donné suite à nos multiples prises de contact ces derniers jours.

On part du principe que notre public ne sait pas se tenir

Quant à ABD et AY-P, ils ont reçu pas mal de soutien, via les réseaux sociaux notamment. « Des associations nous ont même proposé de nous produire aujourd’hui, expliquent-ils. Mais on n’est plus dans le mood. Chaque concert est un moment particulier qui se prépare, on n’y va pas comme ça les mains dans les poches du jour au lendemain. »  

Pour les deux Audoniens, « c’est une insulte, un manque de respect envers nous et notre public. On part du principe que notre public ne sait pas se tenir, va forcément faire n’importe quoi. Sauf qu’on en a fait, des dates et ça n’a jamais été le cas. Ce n’est pas l’image qu’on donne de nous et notre public n’est pas comme ça. 4Keus tourne partout en France et il n’y a jamais eu de débordements. Ils craignent une guerre civile ? Non, personne ne va arriver et tout casser. Clairement, on nous considère comme des racailles alors qu’il ne nous connaît même pas, en fait. »

Abdou embraye : « Moi, par exemple, je vais être diplômé d’un master là en septembre, un master en transports et voyageurs, je suis en alternance à la direction de la SNCF. On travaille, on a notre argent, on paye nos sessions studios de notre poche parce que c’est une passion. Il (le maire, ndlr) ne nous connaît pas du tout personnellement mais considère qu’on va créer des débordements ? C’est ridicule et surréaliste, c’est aussi représentatif de l’image du rap dans notre société malheureusement. »

Sarah ICHOU

Crédit photo : Capture d’écran Youtube / Concert des 4Keus

Articles liés

  • Les quartiers populaires discrets à la marche pour le climat

    Sept degrés en plus d’ici 2100, montée des eaux de 84 centimètres… D’après les nouvelles projections scientifiques, le réchauffement climatique sera pire que prévu si l’on continue à vivre ainsi. Ce samedi, 15 000 personnes s’étaient réunies à Paris pour crier l’urgence de la situation. Mais les habitants des banlieues ne semblaient pas nombreux dans le cortège parisien. Reportage.  

    Par Masisilya Haboudou
    Le 23/09/2019
  • Après l’évacuation, l’indignité : on a suivi les familles du campement de la Villette

    Fin août, un campement de familles de migrants a été évacué au parc de la Villette. Ce campement, le deuxième de ce type depuis le début de l’été, visait à mettre en lumière leur situation et à contraindre l’État à prendre ses responsabilités. Le BB a suivi la « mise à l’abri » de ces familles après l’évacuation. Reportage.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 12/09/2019
  • A Bagnolet, une décharge sauvage sous le nez des habitants

    Une décharge sauvage alimentée par les services municipaux : voici le sujet brûlant qui entache la ville de Bagnolet et la réputation de sa mairie. Mais au-delà du simple scandale, ce désastre écologique et sanitaire fait écho à un mal-être social qui mérite qu’on lui donne de la voix.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 11/09/2019