« Y a quelqu’un qu’on connaît ? » Non, monsieur, pas encore. Samedi dernier, la cohue au centre commercial Rosny 2 a attiré les curieux. Et pour cause, devant les vitrines s’est formée une file d’attente longue qui semble annoncer la venue d’une star. En fait, ce jour-là, les nombreuses jeunes filles ne sont pas venues demander un autographe, cette fois, les stars, ceux sont elles. Pomponnées, elles sont toutes là pour la même chose : le casting ELITE.

La prestigieuse agence de mannequins a réitéré son opération de l’an passé. Un jury de professionnels qui parcourt la France à la recherche des tops modèles de demain. Un tapis noir déroulé, un stand coiffure, des photographes et un jury, un vrai. Les jeunes filles, toutes munies d’un numéro sont appelées à se présenter. Elles défilent. Avec plus ou moins d’aisance, plus ou moins d’assurance. Agées de 14 à 20 ans, elles accourent des environs. Noisy-le-Grand, Bondy, Drancy, Epinay, Gagny, Montfermeil… Est-ce qu’elles y croient ? Elles disent que non, « c’est juste comme ça ». Mais leur regard les trahie. Elles espèrent. Ça se voit. Pour la plupart, c’est le premier casting de leur vie.

Awa a 17 ans, elle est en BEP sanitaire et social et se confesse : « Si ça c’était passé sur Paris, on n’y serait pas allées, alors là, on tente notre chance. » Elles tentent, se lancent. Rares sont celles qui répondent aux critères. Jolies, mais un peu trop petites, un peu trop « potelées ». Qu’importe, armées de leur féminité elles se déhanchent, tentent tant bien que mal de braver les dizaines de pairs d’yeux qui les scrutent. L’exercice est éprouvant. Les passants, le jury, autant de regards braqués sur leur chair, sur leurs talons qui s’entre-chassent maladroitement.

Il y a celles qui ont sorti la panoplie, pas vraiment de très bon goût. Hyper-lookées, sur-maquillées. Celles-ci ont leur minute de gloire et retournent chez elles. Et il y a celles qui créent la surprise. Une jeune fille d’origine africaine défile sans conviction. Pas maquillée, pas apprêtée, elle est venue comme elle est. Le jury l’interpelle. « Tu peux enlever tes lunettes ? », elle s’exécute et défile une deuxième fois. Pour elle, c’est bingo, elle est sélectionnée.

Elle et quelques autres qui ont « un petit quelque chose », certes. Mais elles sont surtout grandes et maigres. Sans conteste, les mannequins de demain seront un peu plus colorés, et on s’en réjouit. Avec un peu de chance, bientôt, elles auront aussi de la peau sur les os.

Joanna Yakin

Joanna Yakin

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022