2005-2015 : SOUVIENS-TOI ? Les blogueurs se rappellent de leur octobre et novembre 2005. 
À Orly (94) en 2005, on participe sans le savoir au prologue de la tragédie annoncée. Depuis un moment le Ministre de l’Intérieur prône la tolérance zéro. Les hommes en bleu ont la pression. La pression du chiffre. Et nous, en bout de chaine, on ne comprend pas ce qui nous arrive. On étouffe.
On vient à peine de quitter l’hiver que ça sent déjà le souffre au quartier ! Aux Saules, la pression policière devient insupportable. Les contrôles au faciès se font plus fréquents. Les échanges sont de moins en moins cordiaux. Les fouilles au corps sont de plus en plus musclées. « De toute façon, tu finiras en taule comme tous les autres ». « Retourne dans ta jungle ! ». Le sentiment d’humiliation est à son paroxysme. L’outrage me fait du charme.
Je me rends compte que la fac est un sanctuaire et que je suis moins à plaindre que d’autres types déscolarisés, sans emploi, sans projet qui tuent le temps (et que le temps tue) en bas des tours. Nos débats deviennent des thérapies collectives. Les hommes en bleu veulent nous dresser. Ils nous prennent en chasse « Barrez-vous ! C’est notre territoire à nous maintenant ! ». Chacun y va de son humiliation subie. « Démarre ta caisse sale macaque » ! Nous rapporte JR pour s’être arrêté trop longtemps sur l’asphalte.  Maurice a eu droit à une douche lacrymogène à bout portant en guise d’exfoliant pour une insulte qu’il n’a pas proférée. Omar jugé trop arrogant s’est fait tabasser (coups de pieds et matraques dans les côtes, ça laisse moins de traces) par des policiers qui l’ont mis dans le coffre de leur voiture avant de le jeter à Choisy-le-Roi (94). Il a dû rentrer au quartier à pied. Les témoignages se succèdent. Je frissonne en écoutant la description givrée de la froideur d’une arme à feu embrassant la tempe d’un voisin. La police, nous, on est tous dépassés par une force supérieure qui fait ressortir à chacun son côté le plus sombre.
On n’est pas organisés politiquement. Il n’y a pas de structure ni d’endroit pour se faire entendre. On n’a pas de preuves. Notre parole ne vaut rien. La violence policière, le climat délétère, on en est les premiers chroniqueurs. Et pourtant on est inaudibles, pas crédibles. On se dit que ça va mal finir. « Mais qu’est-ce, mais qu’est-ce qu’on attend pour foutre le feu ? » s’interrogeaient Kool Shen et Joey Star dix ans plus tôt. Le 27 Octobre 2005, la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré nous renvoie à notre condition collective de brindille sèche à la merci du Notos de la violence « légitime ». Clichy-sous-Bois s’enflamme. Orly s’essouffle sur ses braises ardentes. Et partout en France, des révoltés répondent en écho à la déflagration Clichoise.
Balla Fofana

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021