Hakim m’avait prévenu. « Toi, il va te prendre pour un type de la DST. » Je ne sais pas pour qui il m’a pris, mais le jeune Arabe qui tient la caisse de l’épicerie du coin n’a pas voulu me vendre les trois cigarettes que je lui demandais ce matin. « Ah non, pour des cigarettes, il faut aller au tabac, cinquante mètres plus loin. » « Vraiment? », lui ai-je demandé. « Vraiment », a-t-il fait. Mais il n’a pas juré. La veille, il en avait vendu quatre à Kamel. Quarante centimes d’euro pièce. Ça fait huit euros le paquet, trois de plus que dans le commerce. Seulement, quand on n’a pas les moyens de se payer un paquet au prix normal, la clope à l’unité c’est mieux que rien. Ça limite les frais et la consommation. Et c’est ainsi que Dieu est grand, comme dirait Fellag.

Antoine Menusier

Antoine Menusier

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021