Jour du départ. Paris, gare de Lyon, TGV de 7 h 44, voie 13. Direction Lausanne. Nadia, Sada, Nacima, Elodie, Kamel et Hakim, la relève du Bondy Blog, vont faire un beau voyage. Programme découverte : presse écrite, radio et télé. Radouane, entraîneur-animateur au RC Blanqui, et Mohamed, professeur d’éco-gestion dans un lycée de Bobigny, les accompagnent. Une équipe de France 2 et un reporter cameraman de la chaîne britannique Channel 4 suivent leurs traces. Ensemble, ils ont quitté Bondy à 6 h 20, en RER. L’édition de Seine-Saint-Denis du Parisien consacre un article à leur expédition helvétique.

Dans les kiosques, les unes des magazines font la gueule : L’affaire des caricatures de Mahomet. Non à l’intolérance (Le Nouvel Obs); Criminalité, ce que l’on n’ose pas vous dire: sur l’origine des délinquants, sur le trucage des chiffres de la police, sur l’inefficacité de la justice (L’Express); Police et pouvoir : histoire secrète (Le Point); En avant vers le XIXe siècle: la grande régression. Fanatisme islamiste. Restauration du blasphème, etc.(Marianne). Le numéro spécial de Charlie Hebdo, Mahomet débordé par les intégristes, entame sa deuxième semaine de vente.

Dans un peu moins de quatre heures, Lausanne. Sada, en terminale au lycée Jean Renoir de Bondy, se destine au Droit. Elle veut comprendre comment un journal fonctionne; ce qui, dans une rédaction, préside au choix des sujets. Lycéenne à Jean Renoir et également en terminale, Nacima a les mêmes préoccupations : « Je veux être au cœur d’un journal, m’informer sur le traitement de l’info, voir la façon dont les événements sont rapportés. » Sada a l’impression qu’en règle générale, « le marketing » règne sur les médias. Elle le déplore. L’Hebdo va-t-il « revenir » sur l’affaire des caricatures dans sa prochaine édition ? Sada s’intéresse à la question. Elodie, étudiante en première année de droit, a « toujours voulu écrire des articles ». Participer au Bondy Blog est, pour elle, « une expérience en plus ». Elle souhaite devenir juge pour enfant.

Kamel a bien l’intention de saisir « la chance » que lui donne L’Hebdo, « la chance d’apprendre quelque chose de nouveau ». « Franchement, dit-il, une formation telle qu’on nous la propose, ça coûte habituellement très cher. Ce qui me plaît dans le journalisme, c’est la photographie, l’audiovisuel, le relationnel, poser des questions aux gens. Tout ce que je vais faire pendant cette semaine en Suisse et tous les contacts que je me suis fait depuis trois mois à Bondy, je le mettrai dans mon CV. » Hakim est « excité » à l’idée d’aller en Suisse, afin de continuer l’expérience du Bondy Blog, « sérieusement, vu qu’on nous a tendu la main. C’est un truc dont on parlera dans le monde entier », dit-il, sourire en coin. « Ce qui me plairait bien, ce serait de faire des interview en radio. » Ce qui plaît à Nadia, stagiaire à RFI et surveillante dans un lycée, « c’est cet échange entre Français et Suisses ». Elle veut voir si, côté helvétique, il y a une « neutralité » dans le traitement de l’info, « parce qu’ici, en France… » La porte du TGV se referme sur sa phrase dont on devine la suite. Le train part.

Antoine Menusier

BondyBlog

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022