Jour du départ. Paris, gare de Lyon, TGV de 7 h 44, voie 13. Direction Lausanne. Nadia, Sada, Nacima, Elodie, Kamel et Hakim, la relève du Bondy Blog, vont faire un beau voyage. Programme découverte : presse écrite, radio et télé. Radouane, entraîneur-animateur au RC Blanqui, et Mohamed, professeur d’éco-gestion dans un lycée de Bobigny, les accompagnent. Une équipe de France 2 et un reporter cameraman de la chaîne britannique Channel 4 suivent leurs traces. Ensemble, ils ont quitté Bondy à 6 h 20, en RER. L’édition de Seine-Saint-Denis du Parisien consacre un article à leur expédition helvétique.

Dans les kiosques, les unes des magazines font la gueule : L’affaire des caricatures de Mahomet. Non à l’intolérance (Le Nouvel Obs); Criminalité, ce que l’on n’ose pas vous dire: sur l’origine des délinquants, sur le trucage des chiffres de la police, sur l’inefficacité de la justice (L’Express); Police et pouvoir : histoire secrète (Le Point); En avant vers le XIXe siècle: la grande régression. Fanatisme islamiste. Restauration du blasphème, etc.(Marianne). Le numéro spécial de Charlie Hebdo, Mahomet débordé par les intégristes, entame sa deuxième semaine de vente.

Dans un peu moins de quatre heures, Lausanne. Sada, en terminale au lycée Jean Renoir de Bondy, se destine au Droit. Elle veut comprendre comment un journal fonctionne; ce qui, dans une rédaction, préside au choix des sujets. Lycéenne à Jean Renoir et également en terminale, Nacima a les mêmes préoccupations : « Je veux être au cœur d’un journal, m’informer sur le traitement de l’info, voir la façon dont les événements sont rapportés. » Sada a l’impression qu’en règle générale, « le marketing » règne sur les médias. Elle le déplore. L’Hebdo va-t-il « revenir » sur l’affaire des caricatures dans sa prochaine édition ? Sada s’intéresse à la question. Elodie, étudiante en première année de droit, a « toujours voulu écrire des articles ». Participer au Bondy Blog est, pour elle, « une expérience en plus ». Elle souhaite devenir juge pour enfant.

Kamel a bien l’intention de saisir « la chance » que lui donne L’Hebdo, « la chance d’apprendre quelque chose de nouveau ». « Franchement, dit-il, une formation telle qu’on nous la propose, ça coûte habituellement très cher. Ce qui me plaît dans le journalisme, c’est la photographie, l’audiovisuel, le relationnel, poser des questions aux gens. Tout ce que je vais faire pendant cette semaine en Suisse et tous les contacts que je me suis fait depuis trois mois à Bondy, je le mettrai dans mon CV. » Hakim est « excité » à l’idée d’aller en Suisse, afin de continuer l’expérience du Bondy Blog, « sérieusement, vu qu’on nous a tendu la main. C’est un truc dont on parlera dans le monde entier », dit-il, sourire en coin. « Ce qui me plairait bien, ce serait de faire des interview en radio. » Ce qui plaît à Nadia, stagiaire à RFI et surveillante dans un lycée, « c’est cet échange entre Français et Suisses ». Elle veut voir si, côté helvétique, il y a une « neutralité » dans le traitement de l’info, « parce qu’ici, en France… » La porte du TGV se referme sur sa phrase dont on devine la suite. Le train part.

Antoine Menusier

BondyBlog

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021