« Si tu veux connaître ton prénom envoie prénom suivi de ton prénom au 8 12 12. » Cette promesse alléchante n’est pas si loin de la réalité. Poids idéal, vie amoureuse, horoscope, nos racoleurs du petit écran osent tout. Contre deux SMS surtaxés à 1,35 euros Madame Irma offre ses réponses à ces questions existentielles. Qui sont les accros aux SMS qui rassurent (ou pas) ? Levez la main ! Comme dans les sondages, tout le monde dit préférer Arte plutôt que TF1, alors que les chiffres d’audience disent tout le contraire. Personne n’avoue volontiers avoir recours à ces services.

Qu’en disent les collégiens ? Voici les résultats de notre panel : « C’est nul, c’est de l’arnaque », estime Anaïs. « Les pubs passent dix mille fois à la télé, ils nous prennent vraiment pour des cons », déclare Cindy. Quant à Pauline : « Mes potes et moi on y croit pas c’est bidon. » Selma elle a trouvé une parade : « Si je veux savoir mon astro je regarde ça sur Internet ou des magazines. » En effet, c’est une solution plus économique si une envie subite lui prenait de savoir ce que les astres lui réservent.

La mode du texto surtaxé s’étend aussi aux questions stupides qu’on vous pose à la mi-temps d’un match de foot : « Qui a mis le seul but de la première mi-temps ? Envoyez 1 pour Henry, 2 pour Gourcuff par SMS au 7 13 13, si vous avez la bonne réponse vous participerez au tirage au sort pour gagner un chèque de 5 000 euros. » La téléréalité est très démocratie participative : « Qui entre Benoit ou Robin partira, c’est à vous de décidez en envoyant 1 ou 2 au 72 500 (2x 0.50 c + prix d’un SMS). » Allons tous perdre de l’argent alors qu’au final c’est souvent la production qui oriente le choix du téléspectateur vers son candidat favori.

Trouver un adepte de ces SMS étant une mission de six mois et notre temps disponible ne dépassant pas la semaine, nous avons décidé de nous sacrifier, quitte à éclater notre forfait, journalisme d’investigation oblige. Ce qui a donné lieu à des scènes étranges : « Noooon ! Zappe pas pendant les pubs, faut que je les regarde. » Cette phrase est ressortie deux, trois fois au milieu du dîner, à éviter quand il y a des invités, histoire de ne pas passer pour une idiote.

Après une petite sélection nous envoyons Disco3 au 8 88 80 pour donner une ambiance boîte de nuit à notre téléphone. Musique et lumière sont promises par la publicité alléchante. Etant donné que l’une de nous n’a pas l’occasion d’aller en boîte de nuit et que l’autre n’a pas l’âge ni le droit de s’y rendre, nous optons pour ce service qui peut créer l’illusion chez les sans-amis. Mais il ne suffit pas d’envoyer « qu’un » SMS, le club Jamba nous répond (par un message pas très clair) qu’il faut en ré-envoyer un en écrivant « OK » au même numéro pour recevoir un cadeau offert en plus de notre commande. Nous serons apparemment abonnées « sans engagement » pour 3 euros par semaine. La facture va faire mal ce mois-ci, nous qui ne pensions dépenser que 1,35 euros de plus.

Le club Jamba nous félicite et précise que nous pouvons tout annuler en renvoyant « stop » et fournit même pour toute question un numéro et une adresse e-mail à disposition. Après nous avoir envoyé tout un tas de messages peu compréhensibles, des chiffres et un langage technique pas facile à décoder. Nous recevons une adresse internet sur laquelle nous devons cliquer : donc le prix d’une connexion, pour pouvoir télécharger notre « disco pocket. » Problème technique : impossible d’y accéder. Tous ces SMS n’auront servi à rien, le téléphone conservera sa fonction première de téléphone pour téléphoner. La prochaine fois, on éteindra la lumière, on branchera des spots et on choisira une musique sur Youtube, ça coûtera moins cher.

Comme nous ne nous sommes pas évadées en boîte de nuit, nous décidons de continuer l’expérience en nous posant la question cruciale de 2010. Le retour de l’ex de Faïza. A elle de sacrifier son forfait. Après avoir craché un premier SMS surtaxé avec écrit « ex », on nous demande d’envoyer les deux prénoms avant d’avoir le verdict final. La Bridget Jones du Bondy Blog doit être maudite puisque arnaque suprême, le 8 12 12 n’a jamais daigné répondre. De toute façon, ce n’est pas une perte…

Sarah Ichou et Faïza Zerouala

Sarah Ichou

Articles liés

  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021