Depuis plusieurs mois, les détritus s’accumulent à l’entrée de certains halls d’immeuble de la Cité du marché de Bondy Nord. En cause : des riverains qui abandonnent leurs sacs poubelle et une nouvelle gestion de collecte des déchets. Le bureau de Bondy Habitat a pris plusieurs mesures pour tenter d’enrayer le problème. Sans succès pour l’instant.

A la Cité du marché de Bondy Nord (Seine-Saint-Denis), le problème dure depuis bientôt un an : les poubelles s’accumulent devant l’entrée et parfois dans certains halls d’immeuble. Depuis que l’établissement public territorial Est ensemble a repris la collecte des déchets en janvier dernier, de nombreux riverains se plaignent de problèmes dans le ramassage des ordures ménagères mais aussi de dépôts sauvages.

La situation ne cesse de se dégrader. A tel point que les gardiens de la Cité du marché ont pris la décision de fermer certains locaux à poubelles afin de limiter l’invasion de nuisibles (rats, souris, insectes) à l’entrée des immeubles. Autre difficulté : c’est là aussi que certains SDF viennent chercher de quoi se nourrir dans les déchets.

Les résidents des immeubles concernés sont incités à jeter leurs détritus dans les bennes prévues à cet effet à l’extérieur de la résidence, l’une prévue pour les bouteilles de verres et l’autre pour les ordures ménagères ainsi que les plastiques. Les agents de Bondy Habitat, une société de gestion d’habitations à loyers modérés, ont également invité les résidents à ne plus laisser d’encombrants devant leurs portes et dans les cages d’escaliers afin de permettre aux agents d’entretien et de maintenance de nettoyer, sans encombre, les nombreux étages des immeubles. Mais, pour le moment, force est de constater que la consigne n’est pas respectée. Des résidents laissent encore des poubelles devant le hall.

Entre mécontentement et exaspération

Durant plusieurs mois, les éboueurs – qui habituellement venaient ramasser ordures et encombrants deux à trois fois par semaine – ne passaient plus qu’une fois dans le quartier afin de ramasser les déchets. Ce qui laissait place à un amoncellement d’ordures divers et donc à l’arrivée des rats. A la demande des résidents, Bondy Habitat a lancé une vaste série d’opérations de nettoyage visant à tuer rats et souris qui se logeaient dans les buissons non loin des entrées d’immeuble.

La dernière en date a eu lieu pendant les vacances de la Toussaint. « On rentre du travail le soir et juste avant d’arriver à la porte, tu peux voir un rat passer juste devant toi, confie une riveraine, à bout de nerfs. Parfois, je dois attendre cinq minutes devant la porte dans le hall parce qu’il y a un gros rat qui en train de manger ce qu’il y a dans les sacs poubelles. C’est vraiment insupportable ». Les interventions de nettoyage initiées par Bondy Habitat sont donc loin d’avoir réglé le problème. Des sacs poubelle continuent à être déposés devant les immeubles. Les déchets s’accumulent. Conséquence : le ras-le-bol est grandissant. La colère monte chez les résidents mécontents de voir l’arrivée massive des nuisibles et qui ne savent plus vers qui se tourner.

« Du travail supplémentaire à des gardiens qui souffrent déjà »

Les gardiens se retrouvent forcés de prendre les déchets devant les halls d’immeubles et d’aller les jeter dans les bennes devant la résidence. Une tâche supplémentaire dans leur quotidien déjà chargé. « On est obligé d’ouvrir les sacs poubelles pour voir s’il n’y pas un papier avec le nom de la personne qui laisse ses ordures devant le sac, rapporte un gardien, excédé. Lorsqu’il y a un nom et qu’on va voir la personne, elle ose dire que ce n’est pas elle qui a mis le sac là ! Y en a marre… »

Nombre de riverains reprochent à certains résidents de ne pas jouer le jeu et de « donner du travail supplémentaire à des gardiens qui souffrent déjà assez ». Ils se sont donc organisés et ont décidé d’imprimer et de coller des affiches à l’entrée des bâtiments concernés. On peut y lire notamment que « les ordures laissées devant la porte d’entrée attirent chats errants et autres bestioles« . Ces affiches ont souvent été arrachées, mais recollées par la suite.

Le problème est toujours d’actualité. Cette semaine encore, devant le hall de l’un des immeubles trônaient des meubles abandonnés et un amoncellement d’ordures. Même si, selon les éboueurs qui ramassent les déchets et les encombrants dans le quartier, ce n’est pas à Bondy Nord que la situation est la plus difficile, habitants et gardiens d’immeuble ont le sentiment d’être abandonnés par les pouvoirs publics.

Félix MUBENGA

NDLR : Contactés à plusieurs reprises par le Bondy Blog, la mairie de Bondy et Est Ensemble n’ont pas répondu à nos sollicitations.

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021