Samedi soir, je me suis enfin décidé à aller voir jouer notre équipe de handball. Ça fait plusieurs années, déjà, que Tremblay-en-France a rejoint l’élite, et je m’étais promis de les soutenir en assistant au moins une fois à l’un de leurs matchs. C’est choses faite et bien faite, puisque, après deux fois trente minutes de jeu et quelques palpitations cardiaques, j’ai perdu ma voix pour la bonne cause : sur le fil, « on a gagné » contre l’USAM Nîmes Gard, par 25 à 24. Je n’avais pas beaucoup plus d’oreille non plus, à cause des tambours et autres trompettes du club des supporters. Mais l’essentiel était acquis, le TFHB (Tremblay-en-France Handball) avait remporté son match de championnat lors de la 22e journée.

Bien décidé à rencontrer celui qui fait l’honneur de sa ville depuis quelques temps déjà, l’ailier droit de l’équipe, Samuel Ugolin, j’ai poliment apostrophé monsieur le maire, François Asensi, qui m’a aiguillé vers le directeur des sports de Tremblay, Michel Bodart. Celui-ci, tout à fait enclin à accéder à ma requête, a patiemment attendu à mes côtés la sortie des joueurs du vestiaire. Pendant l’attente, il se propose de me présenter le directeur du club, Jean-Pierre Trelcat, que je félicite et avec qui je converse des résultats du club.

Puis, je vois arriver Samuel Ugolin (ci-contre), qui accepte de répondre à mes questions. Je ne m’en rends pas compte encore, mais j’ai en face de moi mon ancien animateur « jeunesse ». Originaire de la cité des Grands ensembles, avenue de la Paix plus précisément, le jeune homme a grandi, étudié et fait ses gammes au handball à Tremblay-en-France. Il m’explique avoir commencé le hand en 1992 et n’avoir connu qu’un club dans toute sa carrière, de la catégorie des benjamins à celle des seniors. Aujourd’hui professionnels, lui et ses coéquipiers s’entraînent huit fois par semaine. Modeste, accessible, il n’oublie pas « d’où [il] vient ». Il a vécu l’ascension du club, a connu la nationale 3 en 1998, jusqu’à l’accession à la division 1 en 2005. En attestent les photos vieillies retraçant l’historique du club hébergées sur le site.

Actuellement 3e en championnat, derrière Montpellier et Chambéry, Samuel m’avoue que décrocher le titre ne sera pas chose aisée étant donné que les deux équipes « n’ont que des internationaux et une meilleure profondeur de banc que nous ». Mais il ajoute toutefois : « J’espère être encore au club le jour où ça arrivera. » A 29 ans, le gaucher est encore engagé pour deux ans avec le club. Il aimerait finir sa carrière au TFHB, « ce serait un beau cadeau », dit-il.

Lorsque j’évoque avec lui l’équipe de France, il me répond perplexe, mais avec un sourire au coin des lèvres, que son concurrent direct est le jeune et talentueux Luc Abalo, joueur de la Ciudad Real. Si ses chances de rejoindre les Experts sont minces, il demeure pour sa ville un exemple de réussite et de simplicité. Nous lui souhaitons bonne chance, ainsi qu’à ses coéquipiers, pour mercredi et la demi-finale de coupe de France contre Chambéry.

Et parce que l’on ne peut pas évoquer l’histoire du TFHB sans mentionner le nom de Thierry Ngninteng, pivot de l’équipe, décédé d’un accident de la route le 20 novembre 2005, j’ai une pensée particulière pour celui qui portait le numéro 93, par amour pour son département.

Killian Barthélémy

Photos : M. Jeanne

Killian Barthélémy

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021
  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021