Après le cultissime rap des sans-papiers dont nous a délecté notre chère Faïza nationale, je ne pouvais passer outre la pure merveille du moment : l’incontournable clip qui fait le buzz cette semaine, l’œuvre transcendante de Walid Djaghlouf : « Je t’aime Alisson très forte très forte », hymne à l’amour d’un bledard (Walid) à Alysson – prononcer « ali son » (comme le mur du son). Tentative de mariage gris ou vraie histoire d’amour, là est la question.

Walid nous offre une divine poésie. En entendant « Tu sors avec Chris tu m’as dit pas ça », j’ai du mal à décrire mes sensations. Béatitude, damnation, euphorie, dépression : je ne saurais choisir. On a affaire là à une véritable histoire d’amour, digne des plus grandes tragédies grecques. Selon le mythe, Walid s’entretiendrait via msn avec Alisson (sortie tout droit de la légende de Zelda). Il aurait ainsi tissé de cyber liens avec sa douce.

« Cœur sans namour jardin sans fleur », lui aurait-il avoué sur internet. Déclaration à laquelle elle aurait répondu « chewi chewi chewi ». Mais le drame s’opère lorsque Walid, fin détective, voit les photos d’Alysson sur facebook accompagnée de ce fameux Chris, (qui lui, pour le coup, aurait tout à fait son rôle dans le Seigneur des anneaux en tant qu’elfe). Gros coup dur pour Walid, qui désormais ne peut « plus sortir avec autre fille ». Cris d’alarme pour cœur en effervescence, le voilà obligé de retirer son T-shirt pour éviter l’incendie. Au bonheur de ces dames qui peuvent admirer durant son clip ce corps d’Apollon poids moustique. Mais voilà, à mon grand désespoir, il « l’aaaaaaaime très forte », même si sans aucuns scrupules, ni aucune retenue, « elle l’a fait blesser ».

Le pauvre Walid vivait – à l’instar d’une de mes chères compatriotes bondyblogueuses – une relation à sens unique. Au bled, on aurait plutôt dit en sens interdit, mais comme le code de la route algérien autorise de prendre les sens interdits, le bel étalon ne s’est pas fait prier. Déclaration après déclaration, la dulcinée en prend pour son grade, âme sensibles s’abstenir : des photos pré-pornographiques du couple décrié peuvent apparaître sur votre écran. Voir deux adolescents s’embrasser au son mélodieux de la voix de Walid peut heurter la sensibilité du public.

Il faut cependant saluer le génie du réalisateur : une telle création faite à partir d’une simple webcam dans un cybercafé algérien, chapeau l’artiste ! Des plans, des effets, des inserts, tout y est. Evidemment, la webcam ne bouge pas, seul Walid est en mouvement. Ce qui explique que le gros plan sur sa bouche soit aussi effrayant qu’une affiche pour la santé bucco-dentaire. Mick Jagger en pâlirait de jalousie.

Ainsi, après avoir affiché au grand jour la jeune adultérine, au point de faire passer Tiger Woods pour un enfant de cœur, le bellâtre, friand de succès, a décidé de se lancer dans le show-biz. Après les histoires d’amour unilatérales, voilà qu’il opte pour les featuring en solo. C’est donc en toute humilité qu’il décide de se lancer en duo avec Justin Timberlake dans une version épurée de « My love », en arabe cette fois. Fini le français qui plaît tant à Nadine, enfin c’est ce qu’il nous laisse croire, le bougre, jusqu’à ce que le suspens soit stoppé net par un « bécause » en milieu de clip.

Je vous le dit, même Amandine du 38 a du souci à se faire, à moins qu’ils ne se décident à faire un duo ensemble. Couple musical d’anthologie, que dis-je suprématie musicale qui ferait passer inaperçue la mort – ce qu’à Dieu ne plaise – de notre Johnny légendaire. Si Amandine du 38, qui a l’habitude avec les blédards, puisqu’elle « les apprenait à parler en français », décide de s’associer à Walid, je crois que leur génie combiné pourrait parvenir à ressusciter Michael.

Bon allez, j’arrête de cracher mon venin, mais en vérité, si je suis si moqueuse ce n’est pas par méchanceté, c’est pas pure et simple jalousie. Aujourd’hui, je dois vous avouer une chose qui ferait très plaisir à Eric Zemmour : oui, aujourd’hui, je le crie haut et fort, je meurs d’envie de m’appeler Alisson. Alors Walid, si tu m’entonds sache que je t’attonds…

Widad Kefti

Pour voir le clip cliquez ci-après : http://www.youtube.com/watch?v=pmNmnNWQtBY

Widad Kefti

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022