J’y ai réfléchi longtemps, peut-être un peu trop longtemps, mais enfin je me suis décidé. J’y suis. A Bondy. Une ville dont je ne connaissais même pas l’existence avant l’embrasement des banlieues parisiennes. Un peu angoissé, mais qu’importe : l’angoisse est l’état naturel du journaliste que je suis depuis plus de trente ans. Et puis, voilà Mohammed et quelques autres, ceux qui peuplent ce feuilleton dont j’ai lu la plupart des épisodes sur le blog. Encore plus sympas que ce qu’on m’avait dit.

Je me sens tout de suite beaucoup mieux. D’abord, tenter de s’y retrouver dans cette ville. Les amis assurent le service de renseignements. La chambre où je loge sert d’une certaine manière de base d’attaque et offre toujours une possibilité de repli stratégique. Moyens de communication : les voitures de tous ceux qui veulent bien vous prendre à leur bord, la marche à pied. Intendance : les bistrots, surtout la pizzeria « Chez Sam » qu’aimablement on vous désigne. Je sens que peu à peu la ville va me coller à la peau, que l’endroit où je travaille et je dors commence déjà à se comporter en véritable maison. Et moi, en habitant.

Pierre-André Stauffer (paru le 27 janvier 2006)

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021