J’y ai réfléchi longtemps, peut-être un peu trop longtemps, mais enfin je me suis décidé. J’y suis. A Bondy. Une ville dont je ne connaissais même pas l’existence avant l’embrasement des banlieues parisiennes. Un peu angoissé, mais qu’importe : l’angoisse est l’état naturel du journaliste que je suis depuis plus de trente ans. Et puis, voilà Mohammed et quelques autres, ceux qui peuplent ce feuilleton dont j’ai lu la plupart des épisodes sur le blog. Encore plus sympas que ce qu’on m’avait dit.

Je me sens tout de suite beaucoup mieux. D’abord, tenter de s’y retrouver dans cette ville. Les amis assurent le service de renseignements. La chambre où je loge sert d’une certaine manière de base d’attaque et offre toujours une possibilité de repli stratégique. Moyens de communication : les voitures de tous ceux qui veulent bien vous prendre à leur bord, la marche à pied. Intendance : les bistrots, surtout la pizzeria « Chez Sam » qu’aimablement on vous désigne. Je sens que peu à peu la ville va me coller à la peau, que l’endroit où je travaille et je dors commence déjà à se comporter en véritable maison. Et moi, en habitant.

Pierre-André Stauffer (paru le 27 janvier 2006)

Articles liés

  • Décoloniser les musées : « La question est éminemment politique »

    L'association Alter Natives a présenté les conclusions d'un programme d'échange entre musées européens et jeunes étudiants autour des objets spoliés pendant de la colonisation. La restitution des œuvres d’art à l’Afrique notamment reste un sujet brûlant. Il se heurte à de nombreux obstacles législatifs et aux mentalités. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 07/02/2023
  • Le combat des sans-papiers contre la dématérialisation

    Les associations, syndicats et travailleur.euses sans-papiers étaient rassemblés, mercredi dernier, devant la préfecture de Bobigny. Ils dénoncent la fermeture des guichets qui crée des files d’attente virtuelles interminables et rend les démarches de régularisation kafkaïennes. Reportage.

    Par Aissata Soumare
    Le 06/02/2023
  • Pour un accès égalitaire à la PMA, la Pride des banlieues lance une pétition

    En juin aura lieu la troisième édition de la Pride des banlieues. Les organisatrices et les organisateurs lancent une pétition pour revendiquer l'égalité d'accès à la procréation médicalement assistée (PMA). Malgré l’ouverture de la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes, les inégalités perdurent.

    Par Eva Fontenelle
    Le 03/02/2023