Depuis plusieurs mois le bureau de poste de Bondy Nord rencontre de grandes difficultés. Manque de personnels aux guichets, files d’attentes interminables et fermetures inexpliquées du bureau : les habitants du quartier ont de plus en plus de mal à contenir leur colère. Reportage.

Il est 9h05 ce vendredi 30 septembre et un nombre important de Bondynois attendent déjà l’ouverture du bureau censé ouvrir à 9h00. Les minutes défilent : 9h10, 9h20, 9h30 et toujours rien. Les clients amassés devant le bureau de poste du quartier de la Noue-Caillet comprennent qu’il n’ouvrira pas ses portes aujourd’hui. Une fermeture qui dure depuis une semaine au grand dam des habitants du quartier. « C’est vraiment n’importe quoi ! Le bureau est fermé depuis lundi et on ne sait toujours pas pourquoi ! », s’emporte l’un d’entre eux. En effet, lundi 26 septembre le bureau de Poste n’a pas ouvert laissant sur la porte une petite note avec cette mention « Aujourd’hui votre bureau de poste restera fermé » renvoyant les clients vers le bureau de Bobigny Robespierre.

Plusieurs Bondynois croisés ce vendredi se plaignent d’être à chaque fois redirigés vers ce bureau de Bobigny, une annexe du bureau de la Noue-Caillet. Peu d’entre eux sont véhiculés, d’autres pestent à l’idée d’aller aussi loin pour simplement déposer ou retirer de l’argent de leur compte. Car même le distributeur automatique de billets à l’extérieur est hors-service. « On en a marre ! J’ai des enfants, une vie, je n’ai pas que ça à faire d’aller jusqu’à Bobigny pour retirer de l’argent pour ensuite revenir faire mes courses ici, on se fout de nous ! », nous confie une habitante du quartier. Une personne âgée qui habite Bondy Nord est remontée : « C’est inadmissible ! La Poste n’a pas ouvert une seule fois cette semaine, on ne nous donne aucune explication, on ne peut même pas récupérer nos lettres et colis, nous sommes abandonnés »..

Lorsque le bureau n’est pas fermé, les longues files d’attente, la forte affluence et le manque de personnel au guichet amènent des crispations, surtout les jours de marché (mardi, jeudi, samedi). A plusieurs reprises, des explications houleuses éclatent entre des habitants excédés de patienter longtemps et des employés qui semblent aujourd’hui dépassés.

Des employés exténués et la direction alertée
« Mes collègues étaient malades ou en vacances mais n’ont pas été remplacés. Un collègue s’est retrouvé tout seul pour tout gérer. C’était impossible, le service ne peut pas être assuré dans ces conditions », nous explique un employé du bureau de poste souhaitant garder l’anonymat. Ces conditions de travail : un sous-effectif quasi-permanent qui pousse les employés à bout. « C’est un ras-le-bol général. Je travaille ici depuis longtemps. J’ai été en congé pendant une longue période, à mon retour j’avais l’impression de travailler dans un autre établissement tellement le service s’est dégradé ». Le service communication du groupe La Poste Seine-Saint-Denis nous confirme que les agents de ce bureau de Bondy ont déposé un arrêt maladie au même moment. Faute d’effectif, aucun employé n’a pu être remplacé. Résultat : l’agence a dû baisser ses rideaux toute la semaine. La directrice du bureau de poste de Bobigny a été alertée par les dysfonctionnements de Bondy Nord. Ce lundi matin, elle a fait le déplacement dans les bureaux pour rencontrer individuellement tous les salariés. « C’est la première fois que cela arrive », nous assure-t-on.
Un quartier paralysé

A ce jour, c’est tout un quartier qui est paralysé par les nombreux problèmes de la Poste de la Noue-Caillet. Ce lundi, à midi, les files d’attente sont toujours aussi longues. Résignés, les habitants de la cité n’ont pas d’autre choix que de faire avec et de prendre leur mal en patience. Même si cela leur laisse un certain goût amer. « Déjà que nous sommes livrés à nous-mêmes ici alors si les employés ne sont pas motivés, qu’ils aillent travailler ailleurs mais qu’ils arrêtent de nous faire poireauter ».

Félix MUBENGA

Articles liés

  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021