Avec 60% des ressources monétaires mondiales, la Chine peut se permettre de proposer son aide dans la crise de la dette européenne. La Chine pourrait tenir, demain, le premier rôle en matière d’économie, de politique et, peut-être même, de culture. Lorsqu’un de mes camarades de classe à la fac m’a avoué qu’il désirait inclure un cours d’apprentissage de la langue chinoise dans son parcours universitaire, je me suis gentiment moqué de lui.

Je voyais ça comme un fantasme exotique. Je voyais les États-Unis comme le big-boss de ce monde. Il n’y avait qu’à constater comment notre culture a été infiltrée par leur cinéma, leur musique, l’anglicisme aussi. De même comment leur modèle économique s’est implanté, doucement mais sûrement, dans notre économie budgétaire. Mais au regard de l’actualité, surtout en ce qui concerne les récentes réunions du G20 à Cannes, je me suis rendu compte que les projets de mon collègue n’étaient pas si stupides.

Chez nous, en banlieue, l’anglais est la langue à parler. Elle est un signe de distinction et de classe. Quand tu parles anglais, on te respecte et parfois même on t’admire. Si un touriste suédois vient te demander la route vers l’hôtel le plus proche, ou si tu voyages dans un pays comme l’Inde, sois sûr que l’anglais te sera d’un agréable secours. Même si les cours d’anglais dispensés à l’école sont parfois (même toujours) lourds à supporter, mais ça, c’est une autre histoire.

En revanche, tous ceux qui avaient un attrait pour la Chine nous répugnaient, à commencer par l’écriture et la langue. Je ne me vois pas du tout écrire mon joli prénom en mandarin ! Pas pour rien que, quand on ne comprends pas une chose, l’expression veut que l’on dise “ c’est du chinois pour moi. ” Seuls les arts martiaux sont exempts de cette répugnance. Qui n’a pas rêvé de mettre un double coup de pied levé à son banquier ou à celui qui nous embête à l’école ? Les films d’arts martiaux chinois ont eu un rayonnement culturel dans le monde entier. On se souvient du poétique Tigre & Dragon du metteur en scène Ang Lee, et du percutant Tai Chi Master avec Jet lee comme protagoniste. Le cinéma chinois a percé et s’est fait une place dans le show-business international. Jusqu’à  s’imposer comme classique du cinéma moderne.

La Chine est aujourd’hui la deuxième puissance économique mondiale, derrière les États-Unis et devant le Japon. Elle est aussi le premier exportateur mondial devant l’Allemagne. J’en suis plus que convaincu, ce pays prendra bientôt la place des États-Unis. Alors la Chine, super puissance de demain ? Je ne veux pas attendre de la voir à son diapason pour me préparer. Vite ! Adieu l’anglais. Je veux apprendre le chinois !

Jimmy Saint-Louis

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021