Avec 60% des ressources monétaires mondiales, la Chine peut se permettre de proposer son aide dans la crise de la dette européenne. La Chine pourrait tenir, demain, le premier rôle en matière d’économie, de politique et, peut-être même, de culture. Lorsqu’un de mes camarades de classe à la fac m’a avoué qu’il désirait inclure un cours d’apprentissage de la langue chinoise dans son parcours universitaire, je me suis gentiment moqué de lui.

Je voyais ça comme un fantasme exotique. Je voyais les États-Unis comme le big-boss de ce monde. Il n’y avait qu’à constater comment notre culture a été infiltrée par leur cinéma, leur musique, l’anglicisme aussi. De même comment leur modèle économique s’est implanté, doucement mais sûrement, dans notre économie budgétaire. Mais au regard de l’actualité, surtout en ce qui concerne les récentes réunions du G20 à Cannes, je me suis rendu compte que les projets de mon collègue n’étaient pas si stupides.

Chez nous, en banlieue, l’anglais est la langue à parler. Elle est un signe de distinction et de classe. Quand tu parles anglais, on te respecte et parfois même on t’admire. Si un touriste suédois vient te demander la route vers l’hôtel le plus proche, ou si tu voyages dans un pays comme l’Inde, sois sûr que l’anglais te sera d’un agréable secours. Même si les cours d’anglais dispensés à l’école sont parfois (même toujours) lourds à supporter, mais ça, c’est une autre histoire.

En revanche, tous ceux qui avaient un attrait pour la Chine nous répugnaient, à commencer par l’écriture et la langue. Je ne me vois pas du tout écrire mon joli prénom en mandarin ! Pas pour rien que, quand on ne comprends pas une chose, l’expression veut que l’on dise “ c’est du chinois pour moi. ” Seuls les arts martiaux sont exempts de cette répugnance. Qui n’a pas rêvé de mettre un double coup de pied levé à son banquier ou à celui qui nous embête à l’école ? Les films d’arts martiaux chinois ont eu un rayonnement culturel dans le monde entier. On se souvient du poétique Tigre & Dragon du metteur en scène Ang Lee, et du percutant Tai Chi Master avec Jet lee comme protagoniste. Le cinéma chinois a percé et s’est fait une place dans le show-business international. Jusqu’à  s’imposer comme classique du cinéma moderne.

La Chine est aujourd’hui la deuxième puissance économique mondiale, derrière les États-Unis et devant le Japon. Elle est aussi le premier exportateur mondial devant l’Allemagne. J’en suis plus que convaincu, ce pays prendra bientôt la place des États-Unis. Alors la Chine, super puissance de demain ? Je ne veux pas attendre de la voir à son diapason pour me préparer. Vite ! Adieu l’anglais. Je veux apprendre le chinois !

Jimmy Saint-Louis

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022