Kab nous ouvre les portes d’un foyer Adef de Villepinte (93).

Ici à Paris, les foyers sont réservés aux travailleurs étrangers qui viennent pour la plupart d’Afrique. C’est en tout cas ce que l’on constate dans celui situé au 12/14 rue Henri Matisse, à Villepinte (93). Ce foyer Adef est un bâtiment de quatre étages construit vers 1979. Situé à côté du centre commercial du Galion, il fait face à la bibliothèque Élisa. Dès l’entrée, vous sentez bien que vous entrez dans un ghetto. Ici, à chaque chambre correspond souvent un pays d’origine, dont ses pièces ne font même pas vingt mètres carrés, le confort est absent et le loyer est de deux cent à trois cent euros.

Il n’est pas rare que se serrent ici (et ce pendant des années) jusqu’à cinq personnes dans une seule et même pièce. Le « propriétaire », c’est à dire le locataire de la chambre, a le privilège de dormir sur le lit et les colocataires se contenter d’un matelas par terre. Ainsi, comme d’autres résidents de ce type, c’est  une véritable ruche humaine. On y trouve des ateliers de couture, de réparation téléphonique, des ordinateurs, un lieu de prière dans le rez-de-chaussée, des petits étals de vente de cigarettes, cartes de recharge, des jeans, des boissons et même des brochettes.

Aulnays-sous-Bois, France, Wednesday, 13th of April, 2016: A man stands in a corridor of a house for homeless. The Foyer (in French: "home") is part of a social program and is located at 12, rue Henri Matisse, Aulnays-sous-Bois, in the suburbs of Paris. It belongs to ADEF, a non-profit that works with housing solutions. The company plans to demolish the place soon and move people to a new house.

Dans ce foyer, la population de l’Afrique noire domine. Le Mali et le Sénégal sont à l’honneur et la tranche d’âge est relativement jeune. Ce qui n’empêche pas une petite partie de vieux (la majorité sont des retraités) d’y séjourner.

De nos jours, ce foyer n’est pas en bon état, il ne répond plus aux normes d’une bonne habitation. Les conditions de vie habitants de ce foyer, déjà spartiates à l’ouverture, ont empirés avec la dégradation progressive du bâtiment de ce R+4. Aucun matériel de précaution ne s’y trouve, pour pouvoir être sauvé en cas de danger.
Aulnays-sous-Bois, France, Wednesday, 13th of April, 2016: One of the entrances of a building that is used for housing homeless in a social program. The Foyer (in French: "home") is located at 12, rue Henri Matisse, Aulnays-sous-Bois, in the suburbs of Paris, and it belongs to ADEF, a non-profit that works with housing solutions. The company plans to demolish the place soon and move people to a new house.

Là, on trouve aussi un grand restaurant équipé de tables, de chaises et de frigos remplis pour les clients du rez-de-chaussée.Les épices embaument la cuisine. Les plats sont fixés à 1.70€.  Mais on a la chance d’avoir des beignets pour le déjeuner. Tout en m’offrant un plat de yassa, la gérante, Sally, me parle du fonctionnement de son restaurant : « En ce qui me concerne mon travail, je prends tout les précautions nécessaires, surtout celles relatives à l’hygiène. Et mes plats sont fixés à un  bon prix pour que tout le monde y ait accès ». Chose surprenante dans cette résidence : les habitants ont copié-collé leur mode vie d’avant. Dans les cuisines collectives, qui se trouvent dans les couloirs, ils y cuisinent ainsi des plats traditionnels. Moussa nous raconte un peu l’ambiance dans les cuisines : « Bah ici chacun sait faire son plat. La plupart sont à base du riz… Hiébe, maté… Mais aussi du couscous pour nos frères arabes ».

Aulnays-sous-Bois, France, Wednesday, 13th of April, 2016: One of the kitchens of a building that is used for housing homeless in a social program. The Foyer (in French: "home") is located at 12, rue Henri Matisse, Aulnays-sous-Bois, in the suburbs of Paris, and it belongs to ADEF, a non-profit that works with housing solutions. The company plans to demolish the place soon and move people to a new house.

Aux heures de prières, les croyants vont à la mosquée. Nous notons aussi une harmonie qui règne dans les couloirs avec des discussions ici ou là, des échanges très aléatoires et animés au tour d’un bon thé. C’est d’ailleurs le cas dans la chambre 145.

Tout ceci est pour les résidents un moyen de se distraire, d’oublier la solitude, d’effacer la tristesse et l’angoisse. À mon avis, cette cohabitation parfaite avec des cultures différentes ne peut se retrouver nulle part d’autre que dans les foyers. À notre grande surprise, nous avons découvert une solidarité très significative entre les résidents. Entre culture, ethnies ou pays,  des coopérations ou associations prennent forme.

Aulnays-sous-Bois, France, Wednesday, 13th of April, 2016: Men talking in a corridor of a house for homeless. The Foyer (in French: "home") is part of a social program and is located at 12, rue Henri Matisse, Aulnays-sous-Bois, in the suburbs of Paris. It belongs to ADEF, a non-profit that works with housing solutions. The company plans to demolish the place soon and move people to a new house.

Des cotisations ont lieu à chaque fin de mois : une somme de dix euros est demandée afin d’améliorer les conditions de vie et celles de leurs familles (restées au pays d’origine) mais aussi faire des infrastructures.  Ainsi, Aliou Doukoure, un natif de Tamba (une région dans le sud du Sénégal) affirme : « Grâce à notre association nous arrivons à investir dans notre village, Moudery, sans l’aide du gouvernement. Un centre de santé bien équipé, des routes mais aussi l’accès à l’eau portable, de l’électricité mais aussi un distributeur de transfert d’argent pour nos familles… Tout cela, c’est nous qui l’avons mis en place grâce à notre association ».  Bilal, un Tunisien, ajoute : «  Je remercie tous les résidents de ce foyer et les encourage dans cet élan de solidarité qu’ils mènent depuis des années surtout dans des situations compliquées, comme la maladie ou le décès ».

Aulnays-sous-Bois, France, Wednesday, 13th of April, 2016: The gate of a building that is used for housing homeless in a social program. A lot of the inhabitants are unemployed and spend all their time there. The Foyer (in French: "home") is located at 12, rue Henri Matisse, Aulnays-sous-Bois, in the suburbs of Paris, and it belongs to ADEF, a non-profit that works with housing solutions. The company plans to demolish the place soon and move people to a new house.

« Le foyer va être réhabilité » nous déclare Diouf (âgé d’une cinquantaine d’années, c’est retraité qui garde sa machine à coudre dans sa chambre et fait de sacrées belles coupes).  Il est prévu que l’immeuble soit entièrement démoli pour être remplacé par une nouvelle tour. Cette dernière, encore en construction, va bientôt livrer ses jeux de clés et surtout, elle répondra aux normes de sécurité et d’hygiène.

Au coeur de cette résidence privatisée, chacun reste dans sa chambre sous forme de studio : là, vous avez tout (douche, cuisine, équipements sanitaires) dans un espace presque vingt mètres carrés. Ainsi, des questions sont soulevées pour savoir comment bénéficier des nouveaux logements.  Certains occupent une chambre grâce à un membre de la famille. D’autres hébergent amis, frères, neveux car on refuse de les voir dormir en plein air. Cette situation est fréquente chez nous, les Africains.

Aulnays-sous-Bois, France, Wednesday, 13th of April, 2016: A bedroom of a building that is used for housing homeless in a social program. Four to five people share the place at night. In the left corner, their mattresses and blankets. The Foyer (in French: "home") is located at 12, rue Henri Matisse, Aulnays-sous-Bois, in the suburbs of Paris, and it belongs to ADEF, a non-profit that works with housing solutions. The company plans to demolish the place soon and move people to a new house.

En revanche certains résidents de ce foyer déclarent qu’aujourd’hui le gouvernement et bailleurs doivent faire attention à ces normes non respectées. Certains, dans leurs attentes, souhaitent des espaces vert, un jardin, un garage pour les voitures et aussi plus d’aération dans le foyer par ce que c’est trop fermé.

Aulnays-sous-Bois, France, Wednesday, 13th of April, 2016: The back of a building that is used for housing homeless in a social program. The Foyer (in French: "home") is located at 12, rue Henri Matisse, Aulnays-sous-Bois, in the suburbs of Paris, and it belongs to ADEF, a non-profit that works with housing solutions. The company plans to demolish the place soon and move people to a new house.

N’oublions pas que les émigrés contribuent à l’économie de la France : ils payent des impôts, des taxes, il faut donc leur accorder davantage de considération, et de réfléchir à améliorer leur vie dans les foyers.

Texte : Kab / Photos : Vitor Cervi

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021
  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021